120 000 par jour… le chiffre à méditer.

    120.000 ! – l’équivalent de la population de Besançon – absents tous les jours…

    Inquiétante cette épidémie d‘absentéisme qui frappe le secteur de la santé si on en juge par les chiffres présentés par le député Jean-Luc Warsman en Octobre 2009 à l’Assemblée nationale (par ailleurs championne toutes catégories en matière d’absentéisme).

    Sans aucunement vouloir jouer le jeu de la discrimination entre public et privé – les deux mamelles irremplaçables de la santé – on peut résumer ce rapport aux chiffres suivants : taux d’absentéisme général = 10.40%.  C’est à dire qu’un salarié sur dix est absent en permanence dans ce secteur. A relativiser avec celui de l’Education nationale qui atteint 20% (deux salariés sur dix) dans certaines régions. Dans le secteur public le taux est de 11% et dans le privé de 6% en moyenne nationale.

    En d’autres termes, ce ne sont pas moins de 120 000 acteurs de santé qui sont eux même en maladie, chaque jour…

    Combien cela nous coûte-t-il ? Selon l’association nationale des DRH, 1% d’absentéisme coûte 1% de la masse salariale, ce qui, selon l’IFRAP représente une dépense de 11 milliards d’euros pour toute la fonction publique. Ou encore 2.1 milliards d’euros pour la seule fonction hospitalière qui représente 19% de la fonction publique.

    La cour des comptes, elle, relève une détérioration du taux global de présence passant de 90% en 1999 à 88% en 2002. Ce qui veut dire, à l’inverse, que le taux d’absentéisme a augmenté de 2% en 3 ans ! Encore un effort et, dans quelques décennies il ne restera plus que 50% du personnel total présent dans nos hôpitaux. Un peu comme les spermatozoïdes sous le coup des agressions chimiques dont nous vous rendons compte par ailleurs !

    Quant au sénateur Alain Vasselle il a déposé un amendement au PLFSS 2010 pour « relancer le débat sur le contrôle des arrêts maladie dans le fonction publique« .  Merveilleuse idée qui aura autant d’impact que les rapports de la Cours des comptes, qui finissent au fond des tiroirs aussitôt que publiés.

    Alors plusieurs études émanant de l’ENSP, de l’EHESP, de la Faculté de droit et science politique et portant sur l’absentéisme à l’hôpital, ont voulu avancer des pistes d’explication : vieillissement du personnel, moindre implication, 35 H et mauvaise organisation, manque de reconnaissance.

    Tout cela est juste mais, à notre avis, il manque l’essentiel.

    L’essentiel est d’avoir une vision à long terme de ce que doit devenir notre secteur de la santé, hors des lobbies et des corporatismes exacerbés. Pour cela, il est nécessaire de lancer un Grenelle de la santé, pour mettre tous les acteurs autour de la table et inventer le système qui garantira le financement et une santé préservée aux générations futures.

    Il est temps, avant la présidentielle de 2012 de « réclamer » ce Grenelle, pour que Xavier Bertrand et Nora Berra, nos « capitaines santé », remotivent leur troupes durablement…

    Olivier TOMAPrimum Non Nocere

    • Voir les commentaires

    Ads

    Vous pourriez aimer aussi

    La médiation animale, une aide précieuse dans le monde de la santé

    Nous vous présentons aujourd’hui, à travers quatre liens, quatre expériences consacrées à la médiation ...

    Employer des travailleurs handicapés ou faire appel à l'ESAT

    Employer des travailleurs handicapés ou faire appel à l’ESAT

    Comme on le sait, la loi prévoit que tout employeur d’au moins vingt salariés ...