Absentéisme – la leucémie des hôpitaux publics

    (Voir nos articles sur le même sujet liens ci-dessous)

    absentéismeL’absentéisme carence gravement le fonctionnement des hôpitaux publics. Pour  22 d’entre eux les arrêts maladie du personnel  hospitalier atteint  un mois complet d’arrêts maladie.

    Qu’est-ce qui explique un tel record d’absentéisme ?
    Réponse provisoire : la difficulté du métier et le nombre de RTT.

    C’est ainsi qu’une enquête réalisée  sur la base publique de données fournie par Hospi Diag, montre que 22 établissements publics français ont souffert d’un taux d’absentéisme supérieur à 30 jours par agent et par an en 2014 !
    Soient 7 jours d’absentéisme de plus que la moyenne des hôpitaux publics : 23 jours.
    Elle-même  plus élevée de 7 jours par rapport à  au privé. Tous services confondus.

    L’étude a désigné un « dernier de la classe ».
    Il s’agit du centre hospitalier de Manosque dont les agents ont accumulé 40 jours d’absence en 2014. On dirait que l’air de Provence, si cher à Giono ou à Henri Bosco, ne profite pas pleinement aux agents hospitaliers de Manosque.
    En revanche, l’air d’Alsace a des vertus exceptionnelles puisque le Centre Hospitalier de Colmar – premier du classement – n’aligne que 14 jours d’absentéisme pour son personnel pour cette même année 2014.

    Si on se tourne vers les grands établissements hospitaliers de France on constate que l’Assistance publique – Hôpitaux de Marseille emporte le pompon du plus mauvais bilan en matière d’absentéisme.
    Ce qui a conduit à direction à réagir et à mettre en œuvre un plan d’action pour combattre  contre ce qu’elle appelle, fort pudiquement,  «l’absentéisme de confort».
    Dites-le avec des fleurs…

    Disparités géographiques et culturelles ?

    • Les directions évoquent quelquefois la culture locale pour expliquer l’absentéisme.
    • Elles l’expliquent aussi par  » la dureté du métier d’agent hospitalier, confronté quotidiennement à la maladie et à la mort « . On ne sache pas que la « dureté » soit plus insupportable à Marseille qu’à Colmar ? A moins que les agents alsaciens soient plus cuirassés contre la souffrance que leurs collègues des latitudes plus douces ?
    • On évoque encore « l’âge des personnels soignants« . Sans nous dire qui pratique le plus l’absentéisme : les vieux ou les jeunes.
    • L’étude pointe aussi le nombre élevé de jours de RTT négocié dans les établissements intervenant dans le niveau d’absentéisme.

    En définitive le point qui ressort le plus clairement  de cette étude sur l’absentéisme montre la nécessité impérative du jour de carence qui conduite le salarié à faire les frais de son premier jour d’arrêt maladie.

    C’est qui avait enrayé les courbes ascendantes de l’absentéisme en 2012.

    Mais Jean-Marc Ayrault – dont on se souvient peut-être qu’il logea à Matignon  pendant quelques mois – décida de supprimer  ce jour de carence en 2013. Ce qui  conduisit l’absentéisme à représenter la seule courbe ascendante de ces dernières années.

    Olivier TOMA – PRIMUM-NON-NOCERE

    http://politiquedesante.fr/2011/04/02/labsenteisme-hospitalier-revelateur-dune-politique-de-sante-a-vau-leau/

    http://politiquedesante.fr/2013/12/16/le-jour-de-carence-la-recette-contre-labsenteisme/

    http://politiquedesante.fr/2012/12/15/les-hopitaux-francais-battent-un-triste-record-14-dabsenteisme-pour-raison-de-santeun-comble-non/

     

    • Voir les commentaires

    Ads

    Vous pourriez aimer aussi

    L’absentéisme hospitalier, révélateur d’une politique de santé à vau-l’eau.

    L’hôpital a inventé une nouvelle dîme qui côute cher : l’absentéisme Comme promis dans ...

    La qualité et la sécurité des soins sont en sursis !

    Il faut sortir de l’inconhérence Le premier Janvier de chaque année les acteurs du ...

    6 milliards du PIA 3 pour le DD et la croissance verte

    C’est une vraie manne qui va arroser le secteur de la qualité environnementale grâce ...