Achats Responsables :  la norme ISO 20400 sur la ligne de départ

    C’est ce qui ressort de la dernière réunion du comité de projet de l’ISO chargé de rédiger la future norme volontaire ISO 20400 sur les achats responsables et qui a abouti à un accord définitif. Publication prévue en février ou mars prochain.

    Ce travail avait été entrepris en septembre 2013 par la commission de normalisation – grandes entreprises et pouvoirs publics. Il était destiné à définir les bonnes pratiques en matière d’achats responsables dans une norme volontaire internationale. Avec accord de l’AFNOR et de l’ISO. Il avait comporté une enquête publique, été ouverte en janvier 2016, où toutes les parties prenantes avaient été consultées en France.

    On en est désormais à la phase finale
    • Début décembre 2016 le comité technique ISO/PC 277 décide d’envoyer le texte en publication après qu’il ait été revu par les délégations des 37 pays impliqués.
    • Un projet de norme avait été  adopté par la majorité moins une voix : celle de Singapour.
    • Il s’articulait autour de trois questions de principe : droit fondamental, conditions de travail, droits de l’Homme ; Et deux sujets plus techniques : sphère d’influence et approche des risques.
    Publication

    La publication de la norme sera réalisée pour février ou mars 2017 affirme l’ISO/PC 277. Le texte se présentera comme un mode d’emploi à disposition des entreprises et de leur service achats qui auront à le mettre en oeuvre.

    Gagnant/Gagnant

    L’Ademe a mené une enquête auprès de 19 services achats d’entreprises françaises volontaires dans tous les secteurs d’activité.

    Il en ressort des perspectives très positives :

    • ces entreprises ont en effet estimé que leur retour sur investissement en matière d’achats responsables a été réalisé en deux ans.
    • qu’une politique d’achats responsables leur a permis de gagner des parts de marché et de réduire leurs impacts environnementaux, notamment en termes d’émissions de gaz à effet de serre.

    Ce qui a incité l’Ademe à entreprendre une deuxième étude destinée aux PME pour les accompagner dans la mise en œuvre d’une démarche d’achats responsables.

    Nous ne pouvons qu’approuver cette initiative car en matière de RSE les achats doivent être pensés et effectués en fonction de l’identification et de la réduction des impacts dont ils sont responsables.

    Olivier TOMA – PRIMUM-NON-NOCERE

    Ce contenu est réservé aux membres du site. Si vous avez déjà un compte, connectez-vous. Les nouveaux utilisateurs peuvent s'inscrire ci-dessous.

    Connexion pour les Utilisateurs enregistrés
       
    Nouvel Utilisateur
    *Champ requis

    Ads

    Vous pourriez aimer aussi

    Economiser sur nos achats « bio » ?

    C’est possible maintenant ! Après l’initiative InnProbio qui concerne les marchés publics et qui ...

    Citoyens, consommez tranquilles : l’ARPP vous protège !

    Nous avons sollicité à plusieurs reprises cet organisme – qui se présente comme « Organisme ...