• Mention légale

    Ce document est protégé par le Code de la propriété intellectuelle et ses dispositions sur les droits d’auteur. La SCS Primum Non Nocere détient l’exclusivité de ces droits. Toute reproduction, représentation ou diffusion par quelque moyen que ce soit est interdite et constitue le délit de contrefaçon.

Un bateau-hôpital solaire au secours populations insulaires

Un bateau-hôpital solaire au secours populations insulaires

Une initiative de l’Association HumanityShip retient toute notre attention.

Il s’agit de la conception d’un bateau entièrement mû par l’énergie solaire qui aura pour mission d’apporter les soins nécessaires aux populations insulaires, les premières atteintes par les méfaits du « changement climatique »… quelle que soit son origine réelle.

Première sortie : 2025.

Ainsi l’HumanityShip en portant secours aux îles isolées, complètera-t-il le dispositif de secours  engagé par l’Aquarius qui vient en aide aux migrants en Méditerranée,

Origine et Conception

Ce navire met en œuvre les solutions de propulsion dites « propres ». À savoir : panneaux photovoltaïques, aile de traction et … pile à hydrogène.

Récemment créée par quatre personnes aux compétences complémentaires, à l’initiative d’un médecin français, cette association espère pouvoir secourir certaines îles très exposées en voie de développement et des zones côtières isolées dans le Pacifique, à partir de 2025, grâce à son navire-hôpital.

En effet,  d’après l’OMS, dans ces régions, on comptera 250 000 décès supplémentaires par an entre 2030 et 2050 du fait de la dégradation climatique :

  • accès à l’eau potable et à la nourriture problématiques,
  • augmentation de certaines maladies : paludisme ou dengue notamment.

Or la COP23 et l’OMS ont engagé une initiative pour protéger les petits États insulaires en priorité des conséquences sanitaires liées aux changements climatiques .

Les performances

Le navire-hôpital disposant d’un cerf-volant automatisé d’une surface de 50m2 qui viendra réduire les dépenses énergétiques et augmenter sa vitesse du navire, pourra intervenir en urgence dans le cas d’une catastrophe sanitaire ou naturelle.

Disposant d’un équipage d’une trentaine de personnes, il desservira un archipel pendant 3 à 5 ans et renforcera les systèmes de soin déjà en place, en apportant l’aide technique nécessaire mais en fournissant aussi des locaux ; par exemple des locaux pour maternité.

Il disposera en outre d’une zone de 200 m2 modulable, adaptable au type de mission humanitaire envisagé et pourra se transformer en bloc opératoire : pour l’ophtalmologie par exemple. Il pourra aussi remplir les fonctions d’un espace de consultation pour des soins primaires.

Les soins seront payants, quoique de manière symbolique : souvent une unité de la monnaie locale.

La technique

La conception de ce navire est écolo. La raison en est simple :  un paquebot pollue autant qu’un million de voitures et on prévoit que 17 % des émissions de gaz à effet de serre proviendront du trafic maritime en 2050… si rien n’est vigoureusement entrepris d’ici là.

On va donc utiliser au maximum des matériaux non polluants, recyclés et recyclables. Et zéro énergie fossile pour le propulser. Il avancera donc électriquement  en utilisant  un mix énergétique :

  • aile de traction intelligente, 700 m2 de panneaux solaires à très haut rendement et une pile à hydrogène.
  • 4 conteneurs chargés de 10 tonnes chacun seront embarqués et leur chargement-déchargement pourra s’effectuer sans aide extérieure à l’aide d’une cale et d’une barge de manutention.
  • quant à l’étude de faisabilité du projet – plusieurs millions d’euros – et notamment son rendement énergétique, elle a été confiée à l’École nationale supérieure de techniques avancées de Bretagne qui a donné son feu vert. 

Phase intermédiaire.

Un modèle réduit du navire-hôpital  va être traité en Polynésie dès l’année prochaine qui contribuera à faire avancer le développement d’un modèle économique  susceptible de  favoriser la création d’ un consortium d’ONG plus importantes pour lever des fond et financer le fonctionnement annuel.

Le réchauffement climatique n’a plus qu’à bien se tenir….

La suite en 2025 avec le lancement du premier bateau-hôpital écolo.

 

Olivier TOMA – PRIMUM-NON-NOCERE

 

  • Voir les commentaires

Ads

Vous pourriez aimer aussi

Les bactéries antibiorésistantes dans les effluents

Les bactéries antibiorésistantes dans les effluents

Le consortium scientifique de Sipibel vient de publier un rapport concernant le devenir des bactéries ...