CaféSanté #6 – Micronutrition & Alimentation santé (Part 1)

    « Que ton alimentation soit ta première médecine » affirmait Hippocrate, il y a 5 siècles av. JC. Aujourd’hui nous en sommes conscients, notre façon de manger se répercute sur notre santé. « Manger 5 fruits et légumes par jour », « ne pas manger trop gras, trop sucré », « manger varié et équilibré » sont des principes connus de tous. Mais suffisent-ils pour répondre aux besoins nutritionnels de chacun et préserver sa santé ?

    Pour optimiser son capital santé, l’alimentation doit être pauvre en calories et riches en nutriments avec un apport équilibré sur la journée en macronutriments (protides, lipides, glucides) et micronutriments (vitamines, oligoéléments, minéraux) indispensables à la vie et à l’équilibre de nos cellules. Or notre alimentation dite « moderne » est de plus en plus riche en calories et pauvre en nutriments, que l’on dénomme alimentation à calories vides. Il n’est donc pas rare d’être carencé surtout lorsque l’on fait partie d’une population à risque (sportif, fumeur, personne âgée, femme enceinte,…) ou que nous devenons vulnérable au stress quotidien du à notre vie trépidante. Il en découle un déséquilibre de notre Microbiote (nos bactéries intestinales qui nous protègent et régulent bon nombre de choses dont notre immunité) et une perméabilité intestinale, qui devrait être normalement étanche, faisant frontière entre l’extérieur et l’intérieur de notre corps. Les liens entre les déficits en micronutriments et ce déséquilibre de notre écosystème intestinal est fait par l’apparition de troubles fonctionnels qui ne cessent d’être mis en évidence : fatigue chronique, infections à répétition, troubles digestifs, maladies de peau, troubles ostéo-articulaire troubles du sommeil, prise de poids, diabète, maladies auto-immunes, cancers,… La micronutrition s’attaque à la cause du problème, c’est avant tout un raisonnement sur la physiologie cellulaire, dans le but d’optimiser le fonctionnement de chacune d’entre elle.

    Nathalie Caces :  » La stratégie de la micronutrition est double :  repérer les failles, établir les liens entre les troubles fonctionnels chez une personne et les manques en micronutriments. On dépiste ces déséquilibres par des questionnaires spécifiques, véritables scanners qui vont permettre une analyse de la qualité nutritionnelle du patient et d’une fragilité de la sphère digestive. C’est une prise en charge et un rééquilibrage alimentaire individuel, parfois complémenté en fonction des carences ou d’une déficience intestinale. C’est une réparation assez longue, mais qui va améliorer le bien-être du patient globalement et durablement. ».

    CaféSanté #6 du Vendredi 13 mai 2016 avec Nathalie Caces


    Nathalie Caces
    Infirmière Diplômée d’Etat (IDE) depuis 1993. Spécialisée et certifiée en micronutrition et nutrithérapie. Formatrice et consultante en micronutrition, membre de l’IEDM (Institut Européen en Diététique et Micronutrition) et du collège professionnel de santé « Bleu Blanc Coeur ».
    • Voir les commentaires

    Votre adresse mail ne sera pas publiée. Les champs requis sont indiqués *

    message *

    • nom *

    • mail *

    • site *

    Ads

    Vous pourriez aimer aussi

    Semaine du Développement Durable 2011

    Primum non nocere participe aux actions lancées dans les établissements de santé.

    CaféSanté #5 – Comment choisir ses cosmétiques sans risque ?

    Nous les utilisons chaque jour et pourtant… Nos cosmétiques contiennent de nombreux composés chimiques ...

    34 entreprises invitées pour parler Bilan Carbone

    Le jeudi 19 mai, nous recevions 34 entreprises adhérentes du GDE, le Groupement des ...