Changement climatique : Les grandes manœuvres

    Changement climatique : Les grandes manœuvres

    Changement climatique : Les grandes manœuvres.

    François de Rugy le 20 décembre dernier a décidé « d’ouvrir des discussions stratégiques » sur des secteurs comme l’urbanisme, l’agriculture et le tourisme.

    Initiative commentée longuement par Ronan Dantec, sénateur de Loire-Atlantique et président de la commission  du CNTE spécialisée sur l’adaptation, dans AED info.

    Nous vous en extrayons quelques passages significatifs et vous renvoyons au texte même du « Plan national d’adaptation au changement climatique » ou « Pnacc 2 » pour une plus ample information : https://www.ecologique-solidaire.gouv.fr/adaptation-france-au-changement-climatique .

    En résumé Ronan Dantec estime que le « Pnacc 2 » arrive au bon moment pour rassembler les différents acteurs et agir, du fait du deux facteurs :

    • La somme de connaissances accumulées
    • la prise de conscience des Français et des élus sur l’urgence du « réchauffement » .

    Et il souligne les points suivants :

    • L’importance de l’échelon territorial qui gagne du terrain dans la mise en place de ce plan et qui va permettre au gouvernement de faire évoluer les normes d’urbanisme en prévision « du monde d’après » quand nous aurons atteint + 2° au milieu du siècle.
    • Le fait que désormais on sait mieux « quel message [est] à faire passer », et « à quoi s’adapter », ce qui permettra de « construire des politiques publiques ».
    • L’irréalisme de la notion de « stockage d’eau » qui pourrait satisfaire les besoins du bétail mais s’avérerait insuffisant pour le fourrage.
    • A contrario, la nécessaire évolution des modèles pour chaque filière de production que le Pnacc 2 va pouvoir amorcer.
    • Les changements d’ordre touristiques que vont entraîner l’absence de neige, la modification biologique des grands lacs touristiques, la chaleur trop grande sur le pourtour méditerranéen, entraînant des évolutions nécessaires pour les régions moins chaudes.
    • L’importance du financement entraînant une mobilisation de toute l’économie et de la société qui devront intégrer le paramètre de « l’adaptation » dans toutes leurs activités. Les régions sévèrement touchées bénéficiant alors d’une péréquation nationale.

    Voilà quelques aperçus qui ne demandent qu’à être confirmés et complétés.

    Une réserve.

    Ce qui nous inquiète cependant c’est que l’idée même d’ « adaptation » suggère que nous avons renoncé à faire tous les efforts nécessaires pour réduire notre empreinte.

    Quoiqu’il en soit, il nous a semblé bon de vous faire partager cette information. On pourra consulter le dossier complet sur

    https://www.aefinfo.fr/acces-depeche/598173.

    Olivier TOMA – PRIMUM-NON-NOCERE

    • Voir les commentaires

    Ads

    Vous pourriez aimer aussi

    30 % de réduction des GES d’ici 2030 …. mais c’est au Canada.

    C’est du moins l’engagement officiel du gouvernement canadien en prévision de la conférence de ...

    Antibiotiques et réchauffement climatique : une alliance perverse !

    Les antibiotiques modifieraient-ils le climat se sont demandés les chercheurs ? Il apparaît que ...