CONVENTION CNAM/ PHARMACIEN – Une évolution silencieuse…qui méritera un accompagnement structuré.

    Pharmacie

    Dans le cadre de la nouvelle convention qui lie les pharmaciens à l’assurance maladie, ces derniers doivent s’engager dans cet esprit :

    « Sont privilégiées les actions ayant un impact positif et durable sur l’environnement, les pharmaciens ayant à leur main de nombreux outils pour améliorer l’impact environnemental de leur officine » …

    « ARTICLE VII
    LE PHARMACIEN, ACTEUR DE L’ÉCOLOGIE


    Les enjeux écologiques et de développement durable ainsi que l’implication des pharmaciens dans la limitation de l’impact environnemental de leur activité constituent une priorité pour les partenaires conventionnels.


    1. Engagement du pharmacien pour une pratique professionnelle compatibles avec les enjeux de développement durable


    Il est important que le pharmacien titulaire mette en place au sein de son officine un « programme de développement durable ». Dans ce cadre, le pharmacien peut réaliser un projet pour son officine impliquant le cas échéant l’ensemble de son équipe aux éco-gestes tels que :


    – l’utilisation d’ampoules basses consommations et l’extinction des lumières en dehors des horaires d’ouverture et des périodes de garde et d’urgence (croix, vitrines, panneaux publicitaires, etc.) ;


    – la réduction des déchets d’emballage et des sacs distribués aux patients ;


    – la limitation des impressions et l’utilisation de produits d’entretien à faible impact environnemental ;


    – une politique d’achat responsable, consistant à privilégier des fournisseurs choisissant des emballages mono-matériau et recyclables, et en privilégiant les fournisseurs locaux s’ils existent ;


    – la diminution des transports, en optimisant les commandes de produits afin de limiter l’impact environnemental des livraisons ;


    le choix de produits dont la composition et l’origine des matières premières sont connues, en privilégiant les produits exempts de substances classées par la réglementation comme cancérogènes, mutagènes et toxiques pour la reproduction (CMR) et de perturbateurs endocriniens ;


    – l’implication dans les différentes filières de collecte de médicaments non utilisés, de tri et de recyclage et notamment la mise en œuvre de la collecte des déchets d’activités de soins à risques infectieux et assimilés, perforants ou électronique pour les patients en auto-traitement ou produits par les soins pharmaceutiques et les utilisateurs des autotests mentionnés à l’
    article L. 3121-2-2 du code de la santé publique.


    Il appartient également aux pharmaciens de mettre en place des actions de sensibilisation auprès des patients afin :


    – d’éviter le gaspillage en délivrant les justes quantités de médicaments et en s’assurant que les patients ne stockent pas inutilement des médicaments à leur domicile ;


    – de limiter l’impact environnemental des médicaments et produits délivrés à l’officine (impact environnemental des antibiotiques et développement des résistances en milieu aquatique, impact des traitements anticancéreux sur l’environnement et sur les personnes fragiles et risques liés aux perturbateurs endocriniens…) notamment en rapportant les médicaments et dispositifs médicaux à l’officine.


    Les partenaires conventionnels s’engagent à poursuivre leurs travaux sur le projet que les pharmaciens devront mettre en œuvre afin de tenir compte au mieux de ces enjeux dans leurs pratiques professionnelles.


    1. – Dispensation à l’unité des médicaments


    La délivrance de certains médicaments à l’unité lorsque leur conditionnement le permet assure le bon usage des médicaments et contribue à réduire le gaspillage des médicaments.


    Plus particulièrement, la dispensation à l’unité des antibiotiques a pour objectif de lutter contre l’antibiorésistance devenue une cause de mortalité et de limiter l’impact environnemental des antibiotiques, notamment en évitant les mauvaises pratiques des patients en cas de comprimés restants : conservation, réutilisation ou encore absence de retour à la pharmacie des médicaments. La limitation du nombre de comprimés restants en fin de traitement réduit de fait ces situations. »

     

    Pour accompagner cette dynamique, il est nécessaire de bâtir des outils pour structurer ces démarches, les rendre simples et accessibles et former les professionnels sur les enjeux de la RSE et de la santé environnementale.

    Il faudra aussi que les laboratoires pharmaceutiques permettent et facilitent des dispensations à l’unité. Ces derniers devraient aussi être incités à anticiper l’application de la LOI CLIMAT ET RESILIENCE en fournissant l’analyse du cycle de vie des médicaments ( ACV) pour enfin permettre et généraliser la dynamique de l’éco-conception des soins

     

    Il faut maintenant donner les moyens aux pharmaciens de nous conseiller et de nous accompagner sur notre parcours de santé. Nous créons donc pour eux, un guide des bonnes pratiques en Développement Durable en officine, des programmes de formation en e-learning disponibles en ligne.

    Voici le parcours 2022/2023 :

     

    • La qualité de l’air intérieur,
    • La gestion de l’énergie,
    • L’écoconception de la pharmacie, l’accessibilité, les nuisances sonores et lumineuses
    • Le plan de mobilité
    • Le tri, la collecte et la valorisation des déchets d’emballages et de conditionnements
    • La politique d’achats responsables
    • La prévention de l’exposition aux risques émergents : perturbateurs endocriniens, nanoparticules, interactions…
    • La qualité de vie au travail
    • La démarche THQSE® adaptée aux officines

    Nous créons également des livrets présentant les éco-gestes pour leurs patients. Prévention de l’exposition au champs électromagnétiques, optimisation de la qualité de l’air intérieur, renforcer l’immunité naturelle par une alimentation équilibrée, programme des 1000 jours pour les femmes enceintes, …etc.

    Les officines deviendront ainsi des « lieux-ressource » animées par des pharmaciens conseils en charge de la santé globale et préventive de la population.

    Le PNSE4 sera bientôt décliné dans toutes les régions en PRSE4. Les pharmaciens volontaires peuvent lancer des campagnes annuelles de sensibilisation de la population.

    Bravo aux équipes de la CNAM et à l’ensemble des signataires, les médecins peuvent s’en inspirer pour leur future convention…

    Et maintenant, rêvons un peu et expérimentons une consultation annuelle payante et remboursée pour tous les Français, pour prendre le temps de leur expliquer tous les éco-gestes en santé environnementale.

    En voici un bel exemple en vidéo de démarche à Très haute Qualité Sanitaire Sociale et  Environnementale ( THQSE®) 

    • Voir les commentaires

    Vous pourriez aimer aussi

    L'héritage écologique de Jacques Chirac

    ANSES et pesticides

    Les arguments douteux de l’ANSES sur les pesticides article – jugement TA Lyon 15 ...

    Trop tard pour sauver la planète ?

    C’est ce que nous affirme Ban Ki Moon, secrétaire général de cette organisation internationale ...