Cosmétiques, étiquettes et mentions

    Cosmétiques, étiquettes et mentions

    Et si le « sans » était de trop sur vos étiquettes de cosmétiques ?

    Lorsque vous achetez un produit cosmétique quelconque vous prenez bien soin de vérifier qu’il est déclaré comme « sans » silicones, sans sulfates, sans parabènes ou sans alcool.

    Or il semblerait que cette pratique touche à sa fin bien que 53% des consommateurs préfèrent l’absence de produits indésirables dans leurs produits à la présence de produits bénéfiques !

    Ce qui fait que si pour l’année 2017 la vente des produits cosmétiques baissait de 0,9% par rapport à 2016, la vente des cosmétiques « sans paraben », elle, a augmentée de 2,3%

    De nombreuses marques affichent sur leurs étiquettes sans silicones, sans sulfates, sans polyéthylène glycol (PEG)… mais à compter du 1er juillet 2019, la plupart de ces allégations « sans » seront interdites par l’Autorité de régulation professionnelle de la publicité (l’ARPP). 

    Chargée de créer, de contrôler et de faire respecter les règles d’éthique depuis 1935 (ACO) et, depuis ARPP depuis 2008, cet organisme met à jour ses recommandations sur les allégations relatives aux produits cosmétiques.

    Le Règlement EU N°655/2013 définit l’ensemble de ces règles et énumère les recommandations relatives aux produits cosmétiques. En particulier les allégations spécifiques.

    L’ARPP  a dû mettre à jour ses recommandations au 1er juillet 2019 pour les accorder avec les dispositions prises en juillet 2017 par la Commission Européenne. C’est ainsi qu’à partir de cette date, les revendications « sans » ou les revendications avec une signification similaire ne seront pas autorisées quand elles impliquent un message dénigrant, notamment quand elles reposent principalement sur une perception négative présumée sur la sécurité de l’ingrédient ou d’un groupe d’ingrédients.

    Ce qui va indubitablement affecter la vente des allégations « sans », soient 20% des allégations cosmétiques en 2016. 

    Voici les 6 critères d’une allégation cosmétique « sans » telles que définies par l’ARPP/

    « 1.       Conformité avec la législation – Exemple : « sans benzène » est interdit puisque le « benzène est interdit dans les produits cosmétiques en Europe.

    « 2.       Véracité – Exemple : « sans silicones » est interdit si le produit en contient.

    « 3.       Éléments probants – Exemple : une allégation ne peut être donnée à un produit si « elle n’a pas été prouvée.

    « 4.       Sincérité – Exemple : L’allégation « sans parfum » ne peut être utilisé si aucun autre « produit similaire n’en contient

    « 5.       Équité – Exemple : « sans paraben » ne peut être utilisé puisque cela dénigre les « produits contenant du paraben

    « 6.       Choix en connaissance de causes – Exemple : « sans C₆H₆ » (benzène) ne peut être « utilisé car les allégations doivent être claires et compréhensibles pour l’utilisateur final « moyen.

    Les industriels ont désormais la charge de mettre à jour d’ici fin juillet l’étiquetage  de tous leurs produits concernés par la recommandation.

     

    Olivier TOMA – PRIMUM-NON-NOCERE

     

    Lien : mailto:https://www.topsante.com/beaute-soins/soins-du-visage/soins/exit-les-allegations-sans-sur-certaines-etiquettes-des-cosmetiques-632487

    • Voir les commentaires

    Ads

    Vous pourriez aimer aussi

    Pour une suppression du calendrier vaccinal, pour une vaccination personnalisée

    Pour une suppression du calendrier vaccinal, pour une vaccination personnalisée

    Qu’est-ce que la sérologie vaccinale ? La sérologie vaccinale est une méthode qui permet de ...

    L'Agenda 2030 pour le développement durable adopté par le Viêt-Nam ?

    L’Agenda 2030 pour le développement durable adopté par le Viêt-Nam ?

    C’est ce qu’on doit conclure de la conférence tenue à Hanoï par le ministère ...

    DIX MILLIARDS DE TERRIENS….ET MOI, ET MOI, ET MOI ?

    Les têtes pensantes de l’ONU ont calculé que nous serons 9.7 milliards sur Terre ...