• Mention légale

    Ce document est protégé par le Code de la propriété intellectuelle et ses dispositions sur les droits d’auteur. La SCS Primum Non Nocere détient l’exclusivité de ces droits. Toute reproduction, représentation ou diffusion par quelque moyen que ce soit est interdite et constitue le délit de contrefaçon.

La déclaration d’Ostrava ,premier pilier de la santé environnementale en Europe

La déclaration d’Ostrava ,premier pilier de la santé environnementale en Europe

Lors des conférences du processus européen Environnement et Santé qui se sont tenues à Ostrava en République Tchèque en juin 2017,  une plateforme unique  a été mise en place pour permettre de réunir les secteurs et des partenaires concernés.

Le but est d’élaborer des politiques communes et des mesures conjointes  en matière d’environnement et de santé qui allégeront la charge des maladies dues à des facteurs environnementaux pour les générations actuelles et futures. Il faut savoir qu’ 1.4 millions de décès par an sont dus à des facteurs environnementaux qui pourraient être évités et/ou éliminés.

La déclaration d’Ostrava ,premier pilier de la santé environnementale en Europe

Les ministres et les représentants des Etats membres de la Région européenne de l’OMS en charge de la santé et de l’environnement doivent mettre en œuvre des politiques efficaces fondées sur des bases factuelles, et doivent  faire progresser les travaux menés dans les domaines de l’environnement, de la santé et du bien-être dans cette Région.

Ils ont conscience que le droit à la santé est notamment compromis par la dégradation de l’environnement, par la pollution, par le changement climatique,  par l’exposition à des produits chimiques nocifs et par la déstabilisation des écosystèmes. Aussi, la lutte contre le changement climatique devient une préoccupation majeure, car l’on sait qu’elle a des effets positifs sur la santé.

Et, les gouvernements et les pouvoirs publics doivent prendre conscience des répercussions possibles de leurs décisions, de leurs mesures et de leurs interventions sur l’environnement et la santé humaine.

Aussi, ils sont résolus à mettre en avant les bienfaits pour la santé d’une production et d’une consommation durable, d’un passage des énergies fossiles aux énergies renouvelables dans un délai approprié, à œuvrer pour des systèmes de santé résilients face au changement climatique, à soutenir

une recherche ouverte, transparente et pertinente sur les risques connus et émergents en matière d’environnement et de santé et surtout tenir compte du principe de précaution.

La déclaration de cette sixième conférence définit 7 domaines d’actions :

– l’amélioration de la qualité de l’air intérieur et extérieur ;

– la garantie de l’accèsuniversel, équitable et durable à de l’eau de boisson ne présentant pas de risque sanitaire, à un assainissement et à l’hygiène ;

-à l’atténuation au maximum des effets nocifs des produits chimiques sur la santé humaine et l’environnement ;

– la prévention  et la suppression des effets environnementaux et sanitaires nocifs, des coûts et des inégalités liés à la gestion des déchets et aux sites pollués ;

-le renforcement de la capacité d’adaptation et de la résilience face aux risques sanitaires liés au changement climatique et soutenir la prise de mesures visant à atténuer le changement climatique ;

-le soutien des efforts des villes et régions d’Europe pour les aider à devenir plus saines, plus inclusives, plus sûres, plus résilientes et plus durables ;

-le renforcement de la durabilité environnementale des systèmes de santé et la réduction de leur impact environnemental par des moyens tels que l’usage efficient de l’énergie et des ressources, la bonne gestion des produits médicaux et chimiques tout au long de leur cycle de vie et une pollution limitée grâce à la gestion sûre des déchets et des eaux usées, sans que cela n’entrave la mission des services de santé.

Pour répondre à ces priorités , les Etats membres veulent s’employer à les mettre en œuvre à l’échelle nationale, en échangeant leurs savoirs et en instaurant une plate-forme de collaboration et de communication.

 

Ils s’engagent à élargir les connaissances et les capacités des professionnels de la santé et de l’environnement pour une évaluation de l’impact sanitaire.

La déclaration d’Ostrava ,premier pilier de la santé environnementale en Europe

Les ministres et représentants des États membres de la Région Européenne veulent donc conforter et accélérer les progrès réalisés en signant les engagements pris à cette sixième conférence ministérielle pour une meilleure santé, un meilleur environnement et un développement durable.

  • Voir les commentaires

Ads

Vous pourriez aimer aussi

Les instances européennes d’accord sur les mesures d’Efficacité Energétique : une première ?

Après six réunions les diverses instances européennes (Commission, Assemblée, Conseil) ont pondu un accord ...

Le premier baromètre de l’Observatoire de l’Immobilier Durable : encourageant !

L’Observatoire de l’Immobilier Durable nous livre les résultats du premier «baromètre  de la performance ...

Un bon créneau à occuper pour nos PME ? La Suède importe des déchets…

Aussi incroyable que cela paraisse, la Suède a suivi une politique tellement vertueuse en ...