Le Portugal à la veille de son indépendance énergétique ?

    Le Portugal à la veille de son indépendance énergétique ?

    Cette indépendance en matière d’énergie électrique étant (presque) assurée par le barrage d’Alto Lindoso dans le Nord du pays qui a contribué à la production d’énergie hydroélectrique du pays en couvrant pendant 139 heures (quasi les 6 jours de la Création) la consommation d’électricité portugaise. Donc uniquement par des énergies renouvelables.

    Le barrage s’est même payé le luxe de surenchérir en couvrant 103,6% de la consommation mensuelle électrique cumulée du Portugal durant le mois de mars 2018 : 4812 GWh pour 4647 GWh.

    Au total ce sont 1,8 millions de tonnes de CO2 qui ont n’ont pas été diffusées dans l’atmosphère !

    Certes, en l’absence de stockage de l’énergie d’origine renouvelable produite, on a eu recours à des centrales électriques thermiques ou des importations pour compléter l’approvisionnement en électricité au Portugal durant certaines périodes. Mais il n’en demeure pas moins qu’un pic de production égal à 143% de la consommation électrique a été atteint.

    Quelques Observations

    Le Portugal a donc  pu vivre durant 6 jours sur ses seules sources d’énergies renouvelables :

    • le 9 mars pendant une période de 70 heures.
    • le 12, durant 69 autres heures,où la consommation portugaise a été entièrement couverte par des sources d’énergie non-fossiles, non polluantes. Qui dit mieux ?

    Lumière… et ombres.

    Cet exploit énergétique portugais est à mettre au crédit des activités d’origine hydro-électrique (les barrages) et des éoliennes. Soient respectivement 55% et 42% des besoins de consommation.

    Le Portugal à la veille de son indépendance énergétique ?L’énergie éolienne est très implantée au Portugal où elle a couvert  23,3 % de la consommation d’électricité du pays de mi-2016 à mi-2017. Ce qui lui donne le troisième rang européen derrière le Danemark et l’Irlande. Et devant sa voisine l’Espagne qui arrive au quatrième rang.

    D’où l’enthousiasme de certains eurodéputé « Verts » qui voudraient pousser l’UE à hausser son objectif en termes de renouvelables, actuellement fixé à 27 % d’ici 2030.

    Ce qui n’est visiblement pas l’avis de tout le monde si on en juge par l’ouvrage que vient de publier Alban d’Arguin « Éoliennes, un scandale d’État » aux Éditions Synthèse (https://www.livresenfamille.fr/livres/sciences-politiques/etudes/14602-alban-d-arguin-eoliennes-un-scandale-d-etat.html?pk_campaign=Infolettre)

    La circonspection reste donc de mise devant des exploits techniques qui – ainsi que  nous en avons fait l’expérience à de multiples reprises – peuvent dissimuler derrière leurs résultats éblouissants, un lot inépuisable de déconvenues se révélant dans le temps et difficiles à corriger par la suite.

    Olivier TOMA – PRIMUM-NON-NOCERE

    Ce contenu est réservé aux membres du site. Si vous avez déjà un compte, connectez-vous. Les nouveaux utilisateurs peuvent s'inscrire ci-dessous.

    Connexion pour les Utilisateurs enregistrés
       
    Nouvel Utilisateur
    *Champ requis

    Ads

    Vous pourriez aimer aussi

    La loi sur la transition énergétique validée et promulguée.

    Le projet de loi sur la transition énergétique pour la croissance verte adoptée le ...

    Énergie photovoltaïque dans un hôpital belge

    Énergie photovoltaïque dans un hôpital belge

    Cette énergie photovoltaïque constitue 95% de la consommation du CHR de la Haute Senne ...

    La loi de transition énergétique en 7 points

    Une semaine de débats au Sénat et 1000 amendements examinés avant le vote intervenu ...