Le retour des DEHP dans nos Dispositifs Médicaux ?

    CMRUne instruction du Ministère de la Santé en date du 17 juillet, relative à l’interdiction de l’utilisation des tubulures comportant du DEHP dans les services de pédiatrie, de néonatologie et de maternité, nous a alertés.

    Elle rappelle que la loi du 24 décembre 2012 relative à cette interdiction devait entrer en vigueur le 1er juillet 2015, mais « qu’en l’absence de solution thérapeutique alternative, et dans l’attente de l’arrivée sur le marché de nouveaux DM sans DEHP… les établissements de santé….pour ne pas faire obstacle à l’accomplissement de leurs missions….sont invités…..à privilégier les tubulures comportant la concentration en DEHP la plus faible possible » !

    Cela, nous amène à rappeler que dès 2010, le C2DS a porté un projet de loi pour faire interdire les phtalates dans les dispositifs médicaux relatifs aux nouveaux nés et femmes enceintes.
    Les phtalates sont considérés comme «CMR» (cancérogènes, mutagènes et reprotoxiques) pour l’homme et particulièrement dangereux pour les nouveaux nés et les femmes enceintes.
    Ils sont interdits dans tous les matériels de puériculture et jouets pour les enfants de moins de 3 ans. Le seul lieu de « contamination » était (reste donc), les maternités françaises !
    La loi du 24 décembre 2012 permettait de résoudre ce paradoxe et de faire cesser ce scandale sanitaire.

    Or, le 17 juillet 2015, alors que cette obligation est applicable depuis le 1er du même mois, la circulaire que nous évoquons vient nous indiquer qu’en « l’absence de solution thérapeutique alternative » il nous faut « privilégier les tubulures comportant la concentration de DEHP la plus faible possible » !!!
    Les ARS étant chargées de relayer pieusement ces instructions effarantes auprès des établissements. Effarantes car il est clair que cette dérogation provisoire aux interdictions de 2012, va ouvrir une boîte de Pandore qu’on croyait fermée à jamais.
    Effarante surtout parce-que certains fournisseurs de par le monde ont déjà – et depuis longtemps – supprimé ces substances CMR de leur DM !!! Et qu’ils ne demandent sans doute qu’à en équiper les établissements français.

    Aussi, dans la mesure où la concentration en DEHP qui affecte les DM qui vous seront fournis, ne vous est pas indiquée et n’est pas affichée, je vous engage à contacter en urgence tous vos fournisseurs référencés afin qu’ils pallient cette absence d’information et que cela devienne un critère de choix majeur pour les DM en néonat., pédiatrie et maternité.

    Je vous engage également à « déréférencer » les produits pouvant en contenir, dés lors que nous disposons d’alternatives respectant cette interdiction.

    Un courrier dans ce sens part à la DGS et DGOS la semaine prochaine.
    Je me tiens à votre disposition sur le sujet

    Bien cordialement.

    Olivier TOMA – PRIMUM-NON-NOCERE

    • Voir les commentaires

    Vous pourriez aimer aussi

    L'Europe classe le bisphénol A comme "extrêmement préoccupant"

    L’Europe classe le bisphénol A comme « extrêmement préoccupant »

    Déjà l’Agence européenne des produits chimiques (ECHA) avait défini le bisphénol A comme perturbateur endocrinien. L’Anses ...

    L’OMS fait le point sur la tuberculose

    L’OMS fait le point sur la tuberculose

    L’OMS a publié un rapport consacré à la tuberculose qui, en voie de régression, ...