Les 10 étapes clefs d’un plan « produits de santé responsables »

    antibiorésistance

    Ce que certains sondages font apparaître, c’est la priorité que la majorité de nos concitoyens accorde au patriotisme industriel et les considérations financières à l’impact environnemental des produits pharmaceutiques.

    Il apparaît ainsi des études de l’Ifop que les Français ont du mal à identifier la provenance des médicaments qui leur sont proposés :

    • 80 % la connaissent mal et même très mal. Pourcentage qui monte à
    • 85% chez les plus de 65 ans.

    Mieux :

    • seuls 20% des responsables des commandes publiques à l’hôpital, se soucient de l’impact environnemental des médicaments. Pourcentage qui monte à 30 % pour les moins de 35 ans. Alors que la nationalité des laboratoires pharmaceutiques référencés par les établissements hospitaliers semble les préoccuper davantage.
    • Cependant 55 % des Français interrogés souhaiteraient voir privilégiés les industriels français et européens. Sans que ce choix tienne compte de la localisation des sites de production et des méthodes de production.

    D’autre part :

    • 62% des médecins et pharmaciens privilégient les médicaments présentant le meilleur avantage économique pour l’Assurance maladie.

    Et ils ne sont que :

    • 38 % à souhaiter que les professionnels de santé prescrivent les produits à la plus faible empreinte carbone.
    • Tendance écologique renforcée chez les moins de 35 ans (49 %) et les diplômés du supérieur (44 %).

    Chiesi donne l’exemple

    Nous devons l’ensemble de ces chiffres au laboratoire Chiesi qui les a présentés à l’occasion de la Journée mondiale de l’environnement, dans le cadre d’une table ronde sur l’impact environnemental des industries de santé.

    Cet industriel français d’origine italienne est le premier à s’être défini comme « entreprise à mission ». A cet effet, l’entreprise à pris des engagements concrets afin d’atteindre à la neutralité carbone dès 2035.

    Seront mis en place des accords d’écoresponsabilité avec l’ensemble de ses 70 fournisseurs.

    De plus, dans son domaine phare – le respiratoire -, le groupe développe actuellement un inhalateur de nouvelle génération. Celui-ci fonctionnera avec un gaz propulseur à empreinte carbone limitée.

    Le tout maintenant, consiste à influer sur les comportements de prescription, et à inciter les médecins à privilégier les médicaments éco-responsables.

    L’avenir et l’action

    Le nombre de laboratoires pharmaceutiques intéressés par cette démarche globale, va croissant. C’est ainsi que le LEEM, il y a déjà dix-huit mois, a présenté sa nouvelle politique du médicament « post-covid » et a annoncé la mise en place d’une liste d’actions, dont certaines directement orientées vers le développement durable.

    Le syndicat de l’industrie pharmaceutique, partie prenante de l’opération a confirmé son ambition de mieux maîtriser l’impact environnemental tout au long de la chaîne de valeur, jusqu’au recyclage des médicaments.

    Conseillés par le cabinet de conseil Kearney, les axes de développement suivants ont été évoqués :

    • Diffusion du vrac dans les hôpitaux,
    • Recours aux e-notices
    • Extension des dates de péremption pour certains produits.

     

    Mesures qui semblent aller dans le bon sens  pour limiter l’impact environnemental des industries de santé.

    Le lien suivant vous donnera une idée de l’impact du cycle de vie d’un médicament sur l’environnement :

    https://laconsciencedesetudiants.fr/2021/04/28/limpact-du-cycle-de-vie-dun-medicament-sur-lenvironnement/

    Les 10 étapes clefs d’un plan « produits de santé responsables »

    Voici, en complément de ces informations, les préconisations que nous pensons devoir être adoptées et mises en œuvre pour aboutir à quelque efficacité dans la course à la montre contre la menace de l’empreinte carbone.

    il faut réduire l’empreinte carbone mais aussi et plus globalement l’empreinte «  « écologique » des médicaments et des dispositifs médicaux. Se focaliser sur les émissions de gaz à effet de serre est important mais pas suffisant.

    Nous devons adopter une politique du médicament qui vise à :

    • Afficher la provenance des matières premières des médicaments et des dispositifs médicaux pour pourvoir calculer l’analyse de leur cycle de vie.
    • Créer une base de données de ces ACV , en open source, pour les professionnels pouvant ainsi réellement travailler sur l’éco conception des soins :

    http://politiquedesante.fr/eco-conception-des-soins-2/

    • Contrôler les effluents liquides des industriels dans le monde entier, pour éviter les rejets de molécules chimiques dans l’environnement :

    http://www.nationalgeographic.fr/environnement/le-point-commun-des-rivieres-du-monde-entier-les-residus-de-medicaments

    • Créer un « medicscore » intégrant l’efficacité, les prix et l’impact environnemental des médicaments.
    • Inclure l’indice PBT ( http://politiquedesante.fr/indice-pbt-medicaments/) dans la délivrance des Autorisations de mise sur le Marché (AMM)
    • Traiter les effluents médicamenteux des stations d’épuration :
      http://politiquedesante.fr/medicaments/
    • Collecter les excrétas humains à domicile pour les patients sous chimio thérapie :

    http://politiquedesante.fr/les-medicaments-cytostatiques-sont-cancerigenes-comment-en-
    proteger-les-professionnels/

    • Délivrer les médicaments à l’unité.
    • Mobiliser les sociétés savantes pour réduire les prescriptions médicamenteuses et notamment les antibiotiques pour lutter contre les bactéries multirésistantes.
    • Et relocaliser la production de médicaments princeps ou génériques en Europe ou en France.

     

    À partir de quoi nous pourrons enfin parler de lutte efficace contre l’impact environnemental des produits pharmaceutiques.

     

    Olivier TOMA – PRIMUM-NON-NOCERE

    • Voir les commentaires

    Vous pourriez aimer aussi

    antibiorésistance

    Antiobiorésistance : un défi pressant à relever.

    Antiobiorésistance : un défi pressant à relever. La situation actuelle. Alexander Fleming a découvert la ...

    Déclaration de performance extra financière : le nouveau rapport RSE

    Déclaration de performance extra financière : le nouveau rapport RSE

    Conformité aux normes européennes L’ordonnance du 19 juillet 2017 et le décret du 9 ...

    Le scandale des couches culottes jetables

    Le scandale des couches culottes jetables

    Saviez vous que 635 couches culottes jetables sont utilisées dans le monde à chaque ...