Recycler les plastiques liés aux soins

    L’Hôpital Pierre-Boucher connaît bien le recyclage et il arrivera sans doute bientôt à recycler « l’ensemble des plastiques liés aux soins de santé pour les détourner des sites d’enfouissement ».

    Cet objectif a était mis en place il y a environ quatre mois au sein de quatre unités de l’hôpital : les blocs opératoires, les départements d’hygiène et de la salubrité, celui  de l’hémodynamie et l’urgence. Il va maintenant s’élargir à l’ensemble des départements de l’hôpital.  Tout qui est plastique : bouteilles de produits, emballages de seringues, compresses et champs bleus utilisés dans les blocs opératoires sera désormais recyclé.

    La fin d’un préjugé

    Cette initiative représenterait un vrai défi d’après Synergie Santé Environnement car  l’industrie du plastique au Québec ignore le réseau de santé, et encore moins les plastiques qui y sont utilisés, car  elle part du principe (faux) que tous les plastiques hospitaliers sont contaminés et doivent être enfouis alors qu’il n’en est rien, une large partie de ces plastiques étant encore stériles.

    Ainsi, pour mener à bien ce projet a-t-il fallu procéder à une étude de caractérisation de tous les plastiques de l’hôpital avec l’aide financière d’Environnement Canada. L’étude a pris 18 ans pour réaliser cette caractérisation destinée à identifier les types et les volumes pour chacun des départements de « Pierre-Boucher ».

    Tri à la source et réinsertion.

    Initiative remarquable, le tri est effectué par des stagiaires atteints de schizophrénie, grâce à une entente de partenariat avec l’organisme D’un Couvert à l’Autre. Ce qui associe une activité de salubrité publique à un projet de réinsertion socioprofessionnelle tout en favorisant le développement durable. Triple bénéfice.

    Après le tri les plastiques aboutissent à un récupérateur, sont transformés en granulés et vendus à un recycleur.

    Deux difficultés apparaissent alors :

    • Trouver un récupérateur fiable; mais la difficulté est en passe d’être résolue.
    • Dégager l’espace indispensable pour entreposer une grande quantité de matières récupérables intéressant les recycleurs. C’est cette difficulté qui a conduit à installer le système de façon graduelle.

    Liste des  plastiques « caractérisés » par année à Pierre-Boucher

    -Polyéthylène haute densité : 15,23 Tonnes Métriques
    -Plastiques non identifiés : 11,83 TM
    -Polypropylène : 9,60 TM
    -Polychlorure de vinyle (PVC) : 5,69 TM
    -Polystyrène : 1,85 TM
    -Polyéthylène téréphtalate (PET) : 1,81 TN
    -Polyéthylène basse densité (PEbd) :1,00 TN
    -Autres; variété de résines, matériaux composites : 0,11 TM

    Recyclages autres

    -Le papier nominatif est déchiqueté et recyclé
    -Les cartons (près de 4 tonnes par semaine)
    -Les boîtes de conserve provenant des services alimentaires
    -Les métaux
    -Les boîtes jaunes contenant les objets piquants ou tranchants sont décontaminées et réutilisables au moins 600 autres fois (projet pilote mis en place il y a 2 ans)
    -Les piles
    -Les appareils électroniques
    -Les téléphones

    Ce qui est rejeté et éliminé

    -Les déchets biomédicaux (incinérés)
    -Les produits pharmaceutiques (incinérés)
    -Les pansements (incinérés)
    -Objets piquants et tranchants
    -les jaquettes d’isolation jaunes (vont à l’enfouissement)
    -Les gants de vinyle (enfouissement)
    -Les culottes d’incontinence (enfouissement)
    -Aucune collecte sélective pour les patients ou les visiteurs

    Un remarquable exemple à suivre pour nos hôpitaux car non seulement Pierre-Boucher est le premier à mettre en place un tri sélectif par type de plastique mais, de plus, il est aux avant-gardes ce cette économie circulaire que nous appelons de tous nos vœux.

    Olivier TOMA – PRIMUM-NON-NOCERE

    • Voir les commentaires

    Votre adresse mail ne sera pas publiée. Les champs requis sont indiqués *

    message *

    • nom *

    • mail *

    • site *

    Ads

    Vous pourriez aimer aussi