Une maison bi-générationnelle à Limoges

    Une maison bi-générationnelle à Limoges
    La première maison bi-générationnelle du Limousin va bientôt ouvrir ses portes à Limoges dans un immeuble du XIXème siècle entièrement réhabilité pour accueillir des personnes âgées semi dépendantes et des étudiants.

    Ce projet s’insère dans le programme plus vaste mis en œuvre par la ville de Limoges, qui, sous l’impulsion de son maire Emile Roger LOMBERTIE, consiste à développer un concept de « ville santé citoyenne » placé sous la responsabilité d’un chargé de mission «développement durable et santé». Plusieurs initiatives ont déjà vu le jour comme par exemple la chasse aux excès de sel dans les repas des cantines scolaires – la surveillance de la qualité de l’air dans tous les lieux accueillant des enfants – l’assainissement des crèches débarrassées des perturbateurs endocriniens.

     Et, très bientôt, l’ouverture d’une maison bi-générationnelle

    Il s’agit d’un projet mené par la Mutualité Française Limousine, l’entreprise sociale Dom’aulim et les collectivités locales. Limoges mettant  à disposition un bâtiment de deux étages qui abritera à terme des logements tout neufs. 5 seront réservés aux personnes âgées semi dépendantes, et un 4 pièces sous les combles abritera 3 étudiants. Un ascenseur et une salle commune destinée à des activités  aînés/étudiants, sont au programme.

    Générations et cohabitation

    Les étudiants choisis feront des études médicales ou para- médicales. Ils devront consacrer chacun deux 1/2 journées aux personnes âgées par semaine. Soit au sein de la maison bi-générationnelle soit à l’extérieur si nécessaire (visite médicale par exemple).

    Soutien de la fondation Legrand

    La maison bi-générationnelle sera équipée par l’entreprise Legrand dot la fondation soutient le projet et qui dispose d’un grand savoir-faire en matière de domotique : installation de nombreux appareils pour faciliter la vie des résidents. Son PDG espère voir cette initiative se multiplier en France.

    Aspect social

    Cette maison bi générationnelle est avant tout destinée aux personnes âgées dont les moyens interdisent d’envisager une place en EHPAD et à des étudiants désargentés en difficulté de logement. Le projet a pris le nom d’AIMER (Aînés, Infirmiers, Médecins, Etudiants, Résidence). La résidence ouvrira ses portes au milieu de l’année 2017.

    Nous espérons que cet exemple sera suivi partout en France.

    Olivier TOMA – PRIMUM-NON-NOCERE

     

    Tags:

    • Après avoir dirigé plusieurs établissements de santé, il crée en 2005 le Comité de Développement Durable en Santé (C2DS). En 2009, il fonde l’agence de conseil Primum Non Nocere©, qui accompagne les établissements sanitaires et médico-sociaux dans la mise en d'une démarche de développement durable. Auteur de deux ouvrages : "Le développement durable et solidaire en santé" et "Hippocrate, au secours", il est également un artiste-peintre confirmé, avec plus de 600 œuvres à son actif exposées de Paris à New-York. Mais Olivier Toma, c'est avant tout le pionnier du développement durable en santé. Voilà près de 20 ans qu'il œuvre pour impulser une dynamique de développement durable dans les structures sanitaires et médico-sociales. Il est d'ailleurs à l'origine de la première éco-clinique de France respectant le label HQE, et a également créé le diplôme universitaire «Droit et gestion du développement durable en santé», à l’université de Montpellier. Engagé et passionné, il est force de propositions, d'idées et d'outils concrets mais il est surtout porteur d'une volonté farouche de créer un futur aux établissements sanitaires et médico-sociaux dans le respect du développement durable : " Imaginons un centre de lutte contre le cancer construit avec des matériaux non cancérigènes, une maison de retraite nettoyée à l’aide de produits moins nocifs pour les résidents qui les inhalent et les professionnels qui les manipulent, qui saurait trier et recycler ses déchets, évacuer de façon saine tous ses effluents, recycler les quantités colossales d’eau qu’elle consomme. Imaginons une clinique conçue en harmonie avec son environnement et fonctionnant avec des énergies vertes, ou encore un hôpital n’utilisant que des dispositifs médicaux exempts de toute toxicité, qui ne se contenterait plus d’une approche curative mais s’appliquerait à rendre ses patients acteurs de leur propre santé au travers d’actions d'éducation et de prévention,...'' Riche de convictions, Olivier Toma a l'art de convaincre et transmettre cette envie d’agir dans un seul objectif : faire avancer les hommes vers un monde meilleur et durable.

    • Voir les commentaires (0)

    Ads

    Vous pourriez aimer aussi