Le boum des médecines douces 

    Le boum des médecines douces 
    On les appelle médecines douces ou médecines alternatives et elles connaissent une forte croissance,  nos compatriotes se tournant de plus en plus vers elles. Même si les médecines dites traditionnelles – alors qu’il faudrait dire officielles – restent toujours en tête. Le baromètre des Pages Jaunes consacre une étude à ces médecines douces pour 2016.
    Voici les résultats obtenus par le baromètre :
    • Croissances des médecines douces : + 155 % depuis 2014. En tête des recherches : hypnothérapeutes, sophrologues ou magnétiseurs.
    • naturopathie, l’étiopathie (proche de l’ostéopathie) et  kinésiologie, viennent au 2ème rang des recherches sur les Pages Jaunes.
    • Le domaine de la santé en général progresse de 18 %, toutes médecines confondues.
    • En tête : les médecins généralistes avec 39 millions de recherches.
    Un constat

    La santé est une préoccupation majeure chez les Français. Mais ce sont :

    • les psychothérapeutes qui enregistrent la plus forte hausse en France (+261 %)
    • et les conseillers conjugaux qui mobilisent la plus fréquente pour Paris.

    Il n’est donc pas difficile de comprendre que les Français ont le moral dans les chaussettes. Et on ne peut que les comprendre. Mais on note aussi une recherche assez fréquente de dentistes, de dermatologues ou d’ophtalmologistes ce qui indique que les Français prennent soin de leur santé et de celle de leur enfants. Et c’est plutôt rassurant.

    Conclusion provisoire…

    La question que se posent les observateurs est : est-ce que les Français vont plus mal qu’en 2014 ou essaient-ils de se faire soigner plus qu’ils ne le faisaient auparavant ? Nous laissons à chacun le soin d’en décider.

    Mais une évidence s’impose : les Français recherchent un bien-être et une amélioration de leur santé qui évitent de passer par  les médicaments (chimiques).  C’est la raison de la montée en puissance des médecines douces qui leur offrent des soins différents et dont le principe respecte le fameux primum-non-nocere qui nous est si cher.

    Ces médecines alternatives et complémentaires sont de plus en plus pratiquées en institution de soins avec d’excellents résultats. Nombreux sont les médecins qui associent auriculothérapie er radiothérapie, hypnose ericksonienne et chirurgie, acupuncture et grossesse par siège, etc..

    Ces techniques non médicamenteuses, moins invasives, permettent de réduire les risques, les déchets, les impacts sur l’environnement et améliorer la santé humaine. Pourquoi ne sont-elles pas officiellement évaluées, et enseignées pour réduire ainsi les impacts significatifs à grande échelle…

    Mais peut-être n’existe-t-il pas le lobby du « sain » !!!

    Olivier TOMA – PRIMUM-NON-NOCERE

    • Voir les commentaires

    Ads

    Vous pourriez aimer aussi

    La salutogénèse : une révolution médicale en germe?

    La salutogénèse : une révolution médicale en germe?

    Voilà une démarche qui, en matière de santé, prend le contre-pied de la démarche classique. ...