Nourriture infantile : protégeons les générations futures

    loi egalim alimentation plastique lettre ouverte

    Vues : 303

    La loi Egalim dispose en son vingt-huitième article l’interdiction de l’utilisation de contenants alimentaires en plastique au sein des services de restauration collective au plus tard le 1er Janvier 2025. L’objectif de la mesure est de prendre en compte les risques que constituent les perturbateurs endocriniens présents dans le plastique pour la santé. Pourtant, nous sommes ébahis de constater que cette mesure n’est pas appliquée pour la nourriture infantile dans les maternités.

    Par ailleurs, la Convention citoyenne pour le climat portée par l’Élysée souhaite également supprimer tous les plastiques à usage unique et ce dès 2023, et instituer un CO2 score sur tous les produits de consommation, comprenant ainsi la nourriture infantile.  

    Voici la lettre ouverte que nous avons envoyée au ministère de la santé et des solidarités.  

    Monsieur le ministre,  

    L’agence Primum Non Nocere®, spécialisée en Responsabilité Sociétale des Organisations et Santé a été créée il y a 11 ans sous l’impulsion des professionnels des secteurs sanitaires et médico-sociaux concernés par l’application concrète de stratégies de développement durable au sein de leurs organisations et des préoccupations émergentes autour des questions de santé environnementale. 

    A ce titre, nous accompagnons de nombreux établissements sanitaires dont les maternités, avec l’objectif qu’elles adoptent une démarche éco-responsable. L’article 28 de la loi pour l’équilibre des relations commerciales dans le secteur agricole et alimentaire et une alimentation saine, durable et accessible à tous (loi EGAlim) dispose de l’interdiction d’utiliser des contenants alimentaires en plastique dans les services de restauration collective dont les maternités font partie.  

    Lors de nos visites au sein de ces établissements, nous avons été surpris de constater que cette disposition s’appliquait uniquement aux contenants alimentaires plastique destinés aux mères. En effet, les biberons en plastique à destination des nouveaux nés subsistent. Pourtant, l’enjeu d’une telle interdiction est de limiter l’exposition de la santé aux risques que représentent les perturbateurs endocriniens présents dans les contenants alimentaires faits de plastique. Pourtant, les nourrissons sont les plus vulnérables aux risques extérieurs.  

    Ainsi, nous demandons que cette disposition soit explicitement étendue et rendue obligatoire aux contenants alimentaires proposés aux nouveaux nés. En effet, la question de l’utilisation excessive du plastique et des risques causés par les perturbateurs endocriniens constituent des problématiques majeures en matière de santé environnementale, qu’il est urgent de prendre en compte.  

    En outre, nous tenons à souligner que la Convention citoyenne pour le climat portée par l’Elysée souhaite la mise en place d’un CO2 score pour tous les produits de consommation, y compris l’alimentation infantile.   

    Nous espérons que vous serez réceptif à l’urgence de notre demande.  

    Je vous prie d’agréer, Monsieur le ministre, l’expression de ma haute considération.  

    Olivier Toma, Fondateur

    • Voir les commentaires

    Vous pourriez aimer aussi

    Un peu de Perchlorate dans votre eau froide ?

    Du Phénoxyéthanol dans les produits pour bébé

    Vues : 26Il faut le croire puisque l’ANSM – à la suite du rapport réalisé ...

    Les graisses insaturées combattent les risques de mortalité

    Les graisses insaturées combattent les risques de mortalité

    Vues : 7C’est une étude de Cohorte qui nous confirme que pour améliorer la santé ...