• Mention légale

    Ce document est protégé par le Code de la propriété intellectuelle et ses dispositions sur les droits d’auteur. La SCS Primum Non Nocere détient l’exclusivité de ces droits. Toute reproduction, représentation ou diffusion par quelque moyen que ce soit est interdite et constitue le délit de contrefaçon.

Quand le métro lyonnais se met au parfum

Quand le métro lyonnais se met au parfum

Le métro de Lyon a eu l’idée d’installer des diffuseurs de parfum dans neuf stations de son réseau. Pour le plus grand bonheur des voyageurs ? Voire……

 

Le dispositif:

Les diffuseurs (55 au total pour un coût unitaire de 1.000 euros !) se présentent sous la forme  de petits tuyaux alimentés par des bonbonnes de parfums situées au-dessus des quais. Ils larguent dans l’atmosphère à intervalles réguliers des odeurs d’agrumes et de thé vert, qui n’ont rien de désagréable en soi, bien sûr.  D’après les responsables, après la lumière pour la vue et la musique pour l’ouïes, il convenait de combler le voyageur en flattant son odorat. « Le métro peut avoir des odeurs spécifiques, donc, ce qu’on cherche à faire, c’est à marquer une identité olfactive du métro lyonnais » déclare même le responsable du service des voyageurs. Où va donc se nicher l’originalité ? À Lyon, on aurait pensé à des senteurs de saucisson brioché assorties de quelque subtil bouquet de Beaujolais. Mais les agrumes et le thé vert doivent faire plus « tendance ».

Les réactions

A priori les voyageurs oscillent entre perplexité et satisfaction.
L’un déclare « J’ai pas fait la différence encore« , tout en estimant que « c’est mieux, si ce n’est pas insistant« . Une autre voyageuse constate : « Non, ça ne sent jamais bon ici, ça sent le soufre, les égouts, c’est très désagréable » et se réjouit ensuite devant l’innovation  « c’est pas mal, ça sent bon, si ils pouvaient en mettre partout, ce serait top« .

Perspectives

huiles-essentielles

Les diffuseurs amélioreraient le sentiment de sécurité et de propreté dans le métro ! De propreté on veut bien, mais de sécurité ? Ce ne peut être qu’une impression. On s’en apercevra sans doute quand on lira les statistiques d' »incivilité » dans le métro.

Et, prévenant les objections possibles, on nous assure que ce dispositif ne présente « aucun danger pour la santé des voyageurs car ce parfum, fabriqué avec des huiles essentielles, est garanti non allergisant et non toxique« .

Nos remarques.

D’abord cette innovation n’en est pas une. En effet, la RATP avait tenté la même expérience dans les années 90.  Elle déversait  1,8 tonne de parfum (au doux nom proustien de « Madeleine ») sur les quais et dans les couloirs du métro. Les retours furent si peu positifs de la part usagers, qu’elle abandonna le projet….et économisa un argent à réserver à de meilleurs usages.

Deuxio, cette entreprise participe pour nous, sinon d’un délire absolu du moins d’une méconnaissance aberrante des risques encourus. En effet, la diffusion en continu d’huiles essentielles dans l’atmosphère du métro peut s’avérer très agressive pour les bronches des passagers et entraîner des réactions allergiques très désagréables. L’innocuité ou l’inoffensivité des huiles essentielles (quelles que soient leurs vertus par ailleurs) est un mythe qu’il nous faut dénoncer.

La seule bonne solution si on veut vraiment prendre soin des voyageurs, consiste à renouveler l’air du métro, à sur-ventiler aux heures de pointe et surtout pas à diffuser des molécules chimiques dans l’atmosphère. Produits qui, outre leurs effets allergisants peuvent entraîner de redoutables  perturbations endocriniennes.

Conclusion.

Quand le métro lyonnais se met au parfum

Il faut interdire l’émission de composés organiques volatils dans les lieux publics  (y compris les huiles essentielles qui, d’ailleurs, ne sont certainement pas utilisées seules).

Nous savons pertinemment désormais que la mauvaise QAI (qualtié de l’air intérieur), outre les souffrances qu’elle provoque, représente un coût de plusieurs milliards d’euros par an  !!!

Cela nous a conduits à définir les 10 éco attitudes à appliquer pour garantir une bonne qualité d’air intérieur

Nous vous les rappelons ici.

D’autre part nous saisons ce jour le ministre de la santé, la mairie de Lyon et l’ARS du secteur pour leur manifester notre très vive inquiétude devant cette initiative aberrante.

Olivier TOMA – PRIMUM-NON-NOCERE

Retrouvez nos articles

Propositions de l’agence Primum Non Nocere, pôle expertise du C2DS dans le cadre des textes relatifs à la qualité de l’air intérieur 

Le rapport alarmant de l’ANSES sur la qualité de l’air intérieur

La qualité de l’air intérieur dans les établissements publics exige des mesures rapides et impératives.

La qualité de l’air intérieur enfin sous surveillance dans les lieux d’accueil de nos enfants. A quand la QAI dans les établissements hospitaliers?

Le gouvernement publie un décret sur la qualité de l’air intérieur via l’étiquetage des produits de construction et de décoration susceptibles d’émissions de polluants volatils.

Gestion de la qualité de l’air intérieur

Estimation du coût de la pollution de l’air 

Qualité de l’air intérieur : un enjeu majeur de santé publique

Les épurateurs d’air mis au pilori par l’ANSES.

 

photos pixabay 

  • Voir les commentaires

Ads

Vous pourriez aimer aussi

Les méfaits d’une mauvaise QAI enfin démontrés.

Une nouvelle étude qui conforte notre combat incessant pour la Qualité de l’Air Intérieur. ...

Les 20 ans du Psas : Programme de surveillance air et santé

Les 20 ans du Psas : Programme de surveillance air et santé

Le Psas de Santé publique France vient de fêter ses 20 ans. Le bel ...

Le CO2 va-t-il rentrer dans le rang et devenir bénéfique ?

Le CO2 va-t-il rentrer dans le rang et devenir bénéfique ?

C’est ce qu’on peut légitimement se demander en apprenant que deux chercheurs de l’université ...