• Mention légale

    Ce document est protégé par le Code de la propriété intellectuelle et ses dispositions sur les droits d’auteur. La SCS Primum Non Nocere détient l’exclusivité de ces droits. Toute reproduction, représentation ou diffusion par quelque moyen que ce soit est interdite et constitue le délit de contrefaçon.

Phtalates : lutte ou gesticulation ?

Retour sur la chasse aux phtalates qu’on retrouve dans certains dispositifs médicaux, comme les transfuseurs, les perfuseurs les sondes de nutrition. Tous dispositifs qui devraient légalement être purifiés de toute présence de phtalates. Or, non seulement ce n’est pas le cas, mais certains fabricants sont assez indélicats (admirez l’euphémisme) pour imprimer la mention « sans phtalate » sur les étiquettes !

Si bien que l’Agence nationale du Médicament (ANSM), s’est fendue d’un rappel à l’attention des fabricants…. Pas sûr qu’il soit mieux entendu que les précédents. Il faudra sans doute « sortir les poignards » pour arriver à « convaincre » les industriels récalcitrants.

Pourquoi ce rappel ?

Parce-que  l’ANSM a opéré un contrôle sur  certain nombre de dispositifs médicaux en polychlorure de vinyle (PVC) plastifié.  Ce contrôle portait sur trois domaines thérapeutiques :

  • l’hémodialyse,
  • la nutrition entérale
  • la perfusion.

Tous ces dispositifs sont chargés d’introduire  ou de retirer des médicaments, des liquides biologiques ou autres substances dans l’organisme du patient. Or il est apparu que certains de ces dispositifs contenaient des quantités résiduelles de DEHP alors qu’ils étaient supposés ne pas contenir. Ce qui n’empêchait pas  l’étiquetage de plusieurs d’entre eux de les  présenter comme dépourvus de ces substances ! Rappelons que le DEHP est classé toxique pour la reproduction de catégorie 1B selon le règlement (CE) n°1272/2008. Théoriquement et légalement il est interdit.

Le jeux sont-ils faits ?

Mais la législation européenne (« travaillée » en permanence par l’intense lobbysme bruxellois) s’apprête à autoriser sa présence sous forme de « traces » (il faudra qu’on nous définisse ce qu’est une « trace »).

De quoi désarmer l’action de l’ANSM – qui n’aura sans doute pas à « sortir les poignards » comme nous l’évoquions plus haut et qui a donc benoîtement « décidé à ce stade, malgré l’obligation règlementaire […] de ne pas prendre de manière automatique, de décision de police sanitaire. En revanche, elle […] se réserve bien évidemment le droit d’exercer ses pouvoirs de police en la matière, à tout moment ».

En clair, cela veut dire « qu’on constate mais on ne verbalise pas« . Pas de quoi faire trembler les fabricants.

Mimodrame

Si bien que l’agence rappelle vertueusement « aux fabricants leur obligation d’étiquetage concernant la présence de phtalates classés comme carcinogène, mutagène ou toxique pour la reproduction de catégorie 1A ou 1B […] dans certains dispositifs médicaux ».
Elle leur explique aussi – des fois qu’ils ne l’auraient pas compris – « que la présence d’un taux résiduel en phtalates dans un dispositif médical ne permet pas de présenter le dispositif comme dispositif « sans phtalate ».

Et de leur demander des modifications d’étiquetage pour les dispositifs testés.

Comment les industriels ne seraient-ils pas émus par tant d’équanimité ?
Equanimité ou pas, on peut se demander comment ils pourraient se laisser convaincre alors qu’on leur annonce des mesures européennes qui vont rendre possible demain ce qui leur est « rappelé »  de ne pas faire aujourd’hui ?

Pure gesticulation.

Olivier TOMA – PRIMUM-NON-NOCERE

http://politiquedesante.fr/2016/05/03/phtalates-et-fast-foods-des-complices-averes/

http://politiquedesante.fr/2016/05/24/filtres-solaires-a-loxyde-de-zinc-danger-ecotoxicologique/

http://politiquedesante.fr/2015/01/09/quand-en-finirons-nous-avec-ces-phtalates-qui-attaquent-le-cerveau-de-nos-enfants/

  • Voir les commentaires

Ads

Vous pourriez aimer aussi

Les perturbateurs endocriniens nous empoisonnent…et nous coûtent cher.

Combien ? Combien nous coûtent les perturbateurs endocriniens alors que la Commission européenne (sans ...

Les fabricants de PVC s'entendent comme larrons en foire.

Les fabricants de PVC s’entendent comme larrons en foire.

Nous dénonçons depuis longtemps les dangers représentés par les substances polluantes émises dans l’air ...