Plats industriels transformés

    Plats industriels transformés

    Les plats industriels «ultra-transformés» : danger !

    Deux nouvelles études européennes nous alertent sur les dangers cardiovasculaires et les risques de décès soupçonnés liés à la cuisine industrielle « ultra transformée ». À quoi il faut ajouter les risques accrus d’obésité, d’hypertension artérielle, de cancers. Et plus si affinités…

    on soupçonne l’accumulation de ces calamités liées à la consommation d’une « cuisine » ultra-transformée, c’est à dire composée de nombreux ingrédients – dont des additifs dangereux -, passés par plusieurs procédés industriels de transformation. On peut ranger dans ces catégories à éviter : les « plats prêts à réchauffer, des sodas sucrés ou contenant des édulcorants, des saucisses, soupes en poudre, snacks ou encore steaks végétaux reconstitués avec additifs »

    La première étude.

    Publiée dans le British Medical Journal (BMJ)  la première étude a été réalisée par plusieurs universités espagnoles sur près de 20.000 diplômés universitaires âgés en moyenne de 38 ans. Elle montre qu’une consommation plus élevée d’aliments ultra-transformés – à raison de plus de 4 portions par jour – est associée à un risque accru de mortalité toutes causes confondues de 62% comparativement à une consommation moindre : moins de 2 portions par jour.

    La deuxième étude.

    Conduite par l’Inserm et portant sur plus de 100.000 Français faisant partie de l’étude NutriNetSanté,  suivis pendant six ans minimum, elle a été publiée dans le même journal. Il s’agissait d’étudier les relations nutrition-santé. On a évalué la consommation de 3300 aliments et boissons classés selon leur degré de transformation industrielle. Et l’étude a montré que l’absorption d’aliments transformés à un degré élevé [peut-être] associée à un risque plus important de maladies cardiovasculaires (1409 cas sur 105.159 participants).

    Les défauts majeurs.

    Les aliments hyper-transformés sont plus riches en sel, en graisse saturée et sucre et ils contiennent moins de vitamines et de fibres.

    Malheureusement l’étude ne démontre toutefois pas de lien direct entre la consommation de ces plats industriels et l’augmentation des risques cardiovasculaires. Mais les chercheurs le considèrent toutefois comme  statistiquement significatif, d’après la responsable de l’étude, en déclarant à l’AFP : Par exemple, à statut tabagique, niveau d’activité physique et poids équivalents, les personnes qui avaient une proportion d’aliments ultra-transformés dans leur alimentation plus élevée avaient plus de risque de développer une maladie cardiovasculaire.

    Conclusion.

    Pas de panique. Il faut éviter la consommation régulière de ces aliments et ne les utiliser qu’en dépannage. Il convient de compenser leurs effets par des aliments bruts : légumes, fruits, lentilles, poisson et incite à être vigilant à la liste des ingrédients.

    Il faut aussi porter une attention toute particulière à la présence éventuelle d’additif dans leur composition.

    Le Nutri-Score conçu par Santé publique France informe également sur la qualité des produits présents dans les supermarchés.

    Nous vous communiquons un lien vers un article du quotidien du médecin qui confirme et précise les conclusions de l’article ci-dessus

     

    Olivier TOMA – PRIMUM-NON-NOCERE

     

    LIENS : https://www.lequotidiendumedecin.fr/actualites/article/2019/05/31/une-equipe-francaise-demontre-une-association-entre-aliments-ultra-transformes-et-risque-cardio-vasculaire_869422?xtor=EPR-1-%5BNL_derniere_heure%5D-20190531&utm_campaign=NL_derniere

    • Voir les commentaires

    Ads

    Vous pourriez aimer aussi

    Naissance attendue du nouveau logo "Nutri-Score"

    Naissance attendue du nouveau logo « Nutri-Score »

    Le nouveau logo « Nutri-Score » est apparu sur les emballages des produits alimentaires au printemps ...

    Gastronomie et Hôpital : un mariage (im)possible ?

    Des produits de qualité dans la restauration collective … en 2022 !

    Des produits de qualité dans la restauration collective … en 2022 ! Cet article est ...