• Mention légale

    Ce document est protégé par le Code de la propriété intellectuelle et ses dispositions sur les droits d’auteur. La SCS Primum Non Nocere détient l’exclusivité de ces droits. Toute reproduction, représentation ou diffusion par quelque moyen que ce soit est interdite et constitue le délit de contrefaçon.

Produire de l’énergie en marchant ? C’est possible.

La Chine modèle d'un développement durable ? Qui l'eût cru !

Produire de l’électricité en marchant devient possible dans une petite rue d’Oxford Street à Londres grâce à une innovation pour la transition énergétique qui permet de produire de l’électricité et de nettoyer l’air pollué en enregistrant les flux piétonniers. Certains y voient déjà une des solutions écologiques qui feront des villes de demain des lieux (quasi) paradisiaques.

Contre la pollution

C’est ainsi que des dispositifs en bois jalonnent désormais la rue pour accueillir des magasins éphémères. Les revêtements de ces constructions sont capables d’absorber le dioxyde de carbone, d’aspirer les bactéries et de repousser la poussière. Tout cela aboutit à un banc intelligent qui a été installé pour filtrer la pollution de l’air environnant.

L’utilisation du concept d’intelligence à toutes les sauces a de quoi étonner sinon irriter alors même qu’il ne s’agit que de dispositifs automatiques et réactifs donc parfaitement contraires à la notion d’intelligence qui suppose distance, réflexion, compréhension, évaluation (notamment morale) et choix. Mais notre culture moderne est ainsi déformée qu’elle attribue aux mots les significations qui conviennent à sa perte de contact avec le réel. Passons.

Pour la production énergétique

Elle est possible grâce à un parcours de dalles à revêtement piézoélectrique qui convertit les pas des promeneurs en énergie suivant leur poids et leur vitesse de marche. L’électricité est stockée dans des batteries situées à proximité avant d’être employée pour alimenter l’éclairage public de la rue ou encore un système de sonorisation diffusant le chant des oiseaux.

On a même poussé la sophistication jusqu’à concevoir un système d’émetteurs Bluetooth permettant aux passants de connaître – sur leur smartphone  – la quantité d’énergie qu’ils ont produite et même d’obtenir des bons de réduction à valoir dans les enseignes voisines.

Dieu merci Mammon n’est jamais oublié.

Toulouse innove elle aussi

Montpellier se veut « surdouée », Toulouse deviendra-t-elle « sur-inventive » ?

Le fait est qu’elle est en train de prendre une certaine avance dans le domaine de la domotique urbaine, avance à laquelle contribuent des laboratoires de recherche et des entreprises locales.

C’est ainsi qu’elle est en train de promouvoir – dans le domaine de la voirie, de l’hygiène publique ou de l’éclairage urbain, 12 technologies qui préfigurent la rue de demain. Cela va des « trottoirs producteurs d’énergie aux plaques de rues communicantes sur les services rendus, en passant par la géolocalisation des places de parking ».

«  Ces douze projets allient développement durable et analyse des comportements urbains afin de répondre au mieux aux nouveaux besoins dans l’espace public. Des pilotes ont été lancés ailleurs qu’à Toulouse sur plusieurs innovations, un facteur important pour pérenniser l’emploi [….] Toutes ces innovations sont respectueuses de l’environnement au sens sanitaire et économie d’énergie. Les lampadaires à détection de présence permettent une économie d’électricité conséquente. Même au niveau des produits de nettoyage, l’ensemble des composants utilisés sont écologiques et mettent en avant la chimie verte [….] La municipalité plus loin que les différents tests réalisés dans les rues de Toulouse, Alexandre Marciel « ambitionne de créer un cluster autour de la domotique urbaine et rêve d’une rue pilote qui regrouperait l’ensemble des innovations. Une rue où l’électricité qui alimente les lampadaires serait fournie par des trottoirs producteurs d’énergie équipés de dalles podo-électriques… Une rue du futur » (fin de citation).

Vous trouverez dans le lien suivant le détail de ces douze innovations : https://toulouse.latribune.fr/innovation/toulouse-rue-du-futur-05092011

Paris ne veut pas être en reste…

Mais d’autres initiatives ont déjà commencé à changer notre paysage urbain et les moyens d’éclairer nos rues à moindre coût tout en respectant notre environnement. Notamment à Paris : http://www.leparisien.fr/paris-75/paris-voici-la-premiere-rue-intelligente-de-la-capitale-28-03-2018-7634052.php

Olivier TOMA – PRIMUM-NON-NOCERE

  • Voir les commentaires

Ads

Vous pourriez aimer aussi

SSE, l'entreprise Québécoise d’économie sociale pilotée par des professionnels de santé

SSE, l’entreprise Québécoise d’économie sociale pilotée par des professionnels de santé

Synergie Santé Environnement a pour mission d’accompagner le secteur de la santé et des ...

Une maison bi-générationnelle à Limoges

Une maison bi-générationnelle à Limoges

La première maison bi-générationnelle du Limousin va bientôt ouvrir ses portes à Limoges dans ...