Territoires à mission

    territoires à mission THQSE

    Le développement durable, un défi de société, pour des TERRITOIRES A MISSION.

    De quoi parle-t-on précisément ? Quelle évolution depuis l’an 2000 ?

    Le concept du développement durable est né en 1987 dans le rapport BRUNDTLAND par la Commission mondiale sur l’environnement et le développement de l’Organisation des Nations unies, présidée par la Norvégienne Gro Harlem Brundtland.

    C’est par la suite qu’arrive la RSE (Responsabilité Sociétale des Entreprises) qui est la prise en compte par l’entreprise de ses interactions avec la société qui l’entoure.

    Cette approche permet à une organisation de réduire ses impacts environnementaux, d’optimiser ses dépenses, de créer du lien social, de réduire les impacts de ses activités sur la santé humaine et d’impacter positivement la société par des actions vertueuses et exemplaires duplicables . Et tout ceci, tout en maximisant l’image de l’organisation elle-même.

    La décennie 2010-2020, quel bilan ?

    Dès la publication de la loi GRENELLE 1 (2009), ce fut le début de la prise de conscience des impacts que notre secteur génère pour transporter, accueillir, nourrir et informer nos clients.

    Cette première période a été une « transition » pour faire comprendre les enjeux (sociaux, économiques, environnementaux et sociétaux) au plus grand nombre.

    Les sujets suivants sont intégrés dans la réflexion des dirigeants : optimisation des consommations d’eau, réduction des sources d’énergies non renouvelables, mesure des émissions de gaz à effet de serre, prévention des risques chimiques, modélisation des achats responsables, amélioration de la qualité de l’air, mesure de la qualité de vie au travail, suppression des perturbateurs endocriniens, mesure de la qualité perçue…

    Sur le terrain, les consciences ont émergé. Le public est de plus en plus exigeant sur ces sujets et les professionnels sont de plus en plus engagés sur tout le territoire.

    … « La décennie 2010/2020 fut la décennie de la prise de conscience, du « Pourquoi agir ? », alors que la décennie dans laquelle nous entrons sera la décennie du « Comment Agir ? ». »

    Quelles sont les grandes tendances de la décennie à venir ? 

    Elle sera « disruptive ». Et nous devrons nous y adapter.

    Tout d’abord des outils très innovants sont à la disposition des établissements. Plus de 500 d’entre eux se sont déjà connectés à un outil de pilotage de leur stratégie RSE (PRIMUM OFFICE®), à une application en ligne  de mesure du bien-être et de la santé au travail (B2ST®), à une  plateforme de sourcing au niveau des achats pour investir uniquement dans des produits et procédés innovants et moins impactants (Le LAB RSE®), à une application collaborative qui met les outils numériques au  service du bien commun (WEAKT®). Une nouvelle dynamique arrive également, très prometteuse, l’analyse en « écoconception des services, des produits et des bâtiments »  pour innover et réduire les impacts liés à nos métiers.

    Mais c’est aussi le label de qualité THQSE® (Très Haute Qualité Sanitaire, Sociale et Environnementale) qui intègre les objectifs de développement durable de l’ONU, les réglementations du Grenelle et les objectifs du PNSE (Plan National Santé Environnement).

    C’est l’intégration de la Santé Environnementale dans les organisations.

    Enfin, c’est la loi PACTE qui permet de mettre en œuvre des entreprises « à mission » qui définissent leur raison d’être, leur objectifs et les moyens de les atteindre. Alors on peut d’ores et déjà rêver à des « territoires à mission » qui fédèreront les entreprises, les aéroports, les ports, le secteur de la petite enfance, de la culture, des spectacles, les collectivités, les établissements de santé et scolaires autour d’objectifs communs.

    Nos territoires sont des lieux de vie, des lieux de santé, qui peuvent devenir de véritables « territoires à mission » .

    Imaginons… qu’un territoire motive ses acteurs à partager des objectifs communs… Hôpitaux, cliniques, crèches, écoles, lycées, théâtres, office du tourisme, viticulteurs, entreprises, associations, collectivités , service de médecine du travail, s’engagent ensemble dans une même direction, avec un pilotage externe (non politique)  pour transformer ces objectifs en résultats tangibles et duplicables…

    Des objectifs simples, des moyens mutualisés, des compétences partagées autour d’objectifs vertueux…

    Rêvons… de ces territoires qui pourraient décider de devenir :

    • Territoires sans déchets non revalorisés,
    • Territoires sans perturbateurs endocriniens,
    • Territoires à qualité d’air pur,
    • Territoires à économie circulaire,
    • Territoires de bien-être et santé,
    • Territoires à mobilité douce,
    • Territoires THQSE ( Très Haute Qualité Sanitaire, Sociale et environnementale)

    Lançons… la dynamique à l’échelle de notre territoire en associant les parties prenantes pour définir – comme dans une entreprise à mission –  les objectifs communs et les plans d’actions. C’est la garantie d’une amélioration du dialogue social, de la fierté d’appartenance et de culture partagée et surtout de résultats rapides.

    A nous de jouer !

     

    Olivier TOMA.

     

     

    • Voir les commentaires

    Vous pourriez aimer aussi

    L'héritage écologique de Jacques Chirac

    ERI 360° : Un label qui nous veut du bien

    ERI 360° : Un label qui nous veut du bien.   Ce Label ERI 360°, ...

    RSE et norme ISO 26000

    Le groupe de travail de l’ISO sur la responsabilité sociétale (constitué de multiples parties ...

    Bpifrance s’investit dans la RSE

    Le groupe Bpifrance a décidé de développer ses efforts en matière de responsabilité sociale ...