Le Tritan, la lutte entre industriels

    bisphenol A

    « Le savoir c’est le pouvoir ». Ce dicton s’applique encore plus dans notre société ou les scientifiques sont juridiquement malmenés par les industriels.

    Bébé plastiquesEn décalage par rapport aux Etats-Unis, la France découvre des plastiques sans Bisphénol A « BPA free» (perturbateur endocrinien et désormais interdit). Certains plastiques BPA free sont fabriqués à base de TRITAN et présents dans plus de 600 produits pour le contact alimentaire, comme des gourdes, des biberons, des ustensiles de cuisines, des boites de conservations, des pièces de robots ménagers, etc,

    Le vieux continent ignore pourtant que le Tritan était au centre d’une bataille acharnée entre scientifiques (Certichem) et fabricants (Eastmann) il y a 5 ans de cela !

    Certichem a démontré que le Tritan présentait une activité oestrogénique plus importante que le BPA.

    Malgré les résultats de cette conclusion, les industriels ont adopté la position suivante :

    il n’y a aucune raison valable de concevoir des produits sans activité œstrogénique tant que la demande des consommateurs ne se fait pas sentir ».

    Quand on sait que la population générale ne possède pas cette préoccupation, les choses ne sont pas prêtes de changer.

    Pire encore, Certichem a perdu son procès contre le fabricant Eastman. Les jurés ont jugé Certichem pour publicité mensongère et ont également conclu que le Tritan n’avait pas d’activité œstrogénique !

    Entre temps, l’industrie du plastique a remis en route sa campagne pour minimiser les dangers du BPA. Un mois après la conclusion de l’affaire d’Eastman, l’American Chemistry Council a relancé son site en faveur du BPA : FactsAboutBPA.org (« la vérité sur le BPA »). Les pages dédiées à la santé des nourrissons avancent que le BPA n’est pas un produit nuisible, même aux bébés prématurés reprenant mot pour mot des arguments de 1998…..

    Aujourd’hui, le Tritan est promu sur certains sites internet écologiques qui en font la publicité sans méfiance.

    De notre côté, nous continuons de militer pour la substitution pure et simple des contenants plastiques au profit de matière plus recyclables et moins nocives tel que le verre.

     

    Pierre-GremetPierre Gremet,
    Conseiller Développement Durable à l’agence Primum Non Nocere.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Ce document est protégé par le Code de la propriété intellectuelle et ses dispositions sur les droits d’auteur. La société Primum Non Nocere détient l’exclusivité de ces droits. Toute reproduction, représentation ou diffusion par quelque moyen que ce soit est interdite et constitue le délit de contrefaçon.

     

     

    • Voir les commentaires

    Votre adresse mail ne sera pas publiée. Les champs requis sont indiqués *

    message *

    • nom *

    • mail *

    • site *

    Ads

    Vous pourriez aimer aussi

    Le coût des perturbateurs endocriniens en Europe

    -Article publié le 18 janvier 2016- Ces 157 milliards d’euros représentent 1,23 % du ...

    Vernis pour ongles : danger pressant

    Les vernis pour ongles qualifiés  «3-free», «5-free» ou même «8-free», prétendument inoffensifs suscitent de graves ...