• Mention légale

    Ce document est protégé par le Code de la propriété intellectuelle et ses dispositions sur les droits d’auteur. La SCS Primum Non Nocere détient l’exclusivité de ces droits. Toute reproduction, représentation ou diffusion par quelque moyen que ce soit est interdite et constitue le délit de contrefaçon.

Un plan pour améliorer la sécurité des soignants à l’hôpital. Vraiment ?

Un plan pour améliorer la sécurité des soignants à l'hôpital. Vraiment ?
Le ministre de la Santé a présenté aux principales fédérations hospitalières un plan destiné à assurer la sécurité des soignants. Plan qui fait suite aux scandaleuses dégradations des conditions de travail du personnel soignant, en particulier urgentiste. Ainsi le mardi 13 septembre un urgentiste de l’hôpital Delafontaine à Saint-Denis (93) a été violemment agressé : le frère d’un patient, mécontent d’attendre, lui a fracturé les deux mains. Sans commentaire.

La violence au quotidien et la menace terroriste

Le dernier bilan de l’ONVS (2014) a recensé 14.502 agressions contre les personnes et les biens, soient 16% de plus qu’en 2013. Parmi ces agressions 15% visent les urgences. Les agressions verbales et physiques sont le lot quotidien des hôpitaux, et le risque d’attentats, dans ce contexte, n’arrange rien.

Les six mesures de Marisol Touraine

  • 75 millions d’euros sur 3 ans, soient 25 millions d’euros par an, débloqués pour équiper les établissements en caméra de vidéosurveillance ou pour sécuriser les accès.
  • Chaque établissement devra élaborer un plan de sécurité d’établissement (PSE) pour traiter les questions de sécurité.
  • Les patients, comme les professionnels, pourront être formés en matière de vigilance, de prévention et de réaction face à une menace d’attentat, et face aux violences.
  • Les ARS (Agence Régionale de la Santé) ne sont pas négligées qui devront désigner les sites à protéger en priorité et coordonner les actions.
  • En cas d’attentat, le ministre prévoit un renforcement de la protection des établissements avec des patrouilles mobiles « Vigipirate – Sentinelle » sur les sites les plus sensibles afin de prévenir les risques de sur-attentat ! Une intervention après coup si on comprend bien ! Et on renforcerait immédiatement les effectifs dans les hôpitaux qui accueilleraient les victimes.
  • Enfin côté sécurité informatique le ministre dévoilera ultérieurement les mesures spécifiques prévues pour déjouer les cyberattaques contre les hôpitaux.

Parfait, mais réfléchissons

3000 établissements de santé recevront 25 millions : soient 8000 euros par établissement. Pense-t-on sérieusement ce budget suffisant pour financer le contrôle des entrées, une police hospitalière, de la vidéo surveillance….?

L’impression est celle d’un saupoudrage médiatique pré-électoral. 75 MILLIONS sur trois ans c’est presque de l’argent perdu car une telle somme ne permet absolument pas de résoudre le problème dans toute son urgence et son ampleur.

Trois questions complémentaires

  • Les mesures mise en place seront elles détaillées et connues ?
  • Ces mesures seront elles évaluées au regard des résultats de l’ONVS ?
  • Quels seront les critères d’attribution de ces fonds aux établissements ?

On attend les réponses du ministère avec intérêt.

Olivier TOMA – PRIMUM-NON-NOCERE

 


Photo en une : SIPA

  • Voir les commentaires

Ads

Vous pourriez aimer aussi

Une « Commission des conditions de travail » dans les hôpitaux

Une  » Commission des conditions de travail  » a été instituée fin janvier par ...

Talc et pyrophyllite dans l'économie mondiale : les atouts de la France

Talc et pyrophyllite dans l’économie mondiale : les atouts de la France

L’article précédent concernant le talc comme source de financement des Talibans ne doit pas ...

SPS "Soins aux Professionnels de Santé" : une initiative remarquable

SPS « Soins aux Professionnels de Santé » : une initiative remarquable

L’association « Soins aux Professionnels de Santé » SPS, est présidée par le Dr Éric HENRY. ...