Un projet pour lutter contre les violences hospitalières.

    viol hospUn des projets thématiques annuels choisi par la Fondation MACSF pour sa dixième année, a retenu tout notre intérêt. Rappelons que la récompense consiste en
    – un chèque de 5000 €
    – un soutien logistique et financier à l’échelle régionale et nationale pour la diffusion et la valorisation du projet retenu
    Cette année, sur les cinq thèmes proposés figure celui-ci : « Agir face aux violence à l’encontre des professionnels de santé ».

    Le projet porte donc sur une situation aussi préoccupante qu’inacceptable et on se souviendra que nous avons attiré l’attention des pouvoirs publics à de nombreuses reprises sur ces violences gratuites qui sont exercées sur les personnels soignants.
    Rappelons que l’ « Observatoire des violences hospitalières » recense chaque année 12000 cas nouveaux…..sans qu’une action vigoureuse semble avoir été décidée pour pallier cette situation !
    Dans notre ouvrage « Hippocrate au secours…ils sont devenus fous ! » nous écrivions : « … on sait comment régler le problème : il faut placer des caméras dans tous les établissements, dans tous les couloirs. Mais cela représente vingt mille euros d’investissement pour un établissement moyen ! [….] cela ne se fait pas. [….] Il n’y a donc actuellement aucune possibilité d’assurer et de garantir la sécurité des personnes dans un établissement de santé.
    Pour ne rien dire des biens : vols de toutes sortes se multiplient à l’envie.
    Il serait par exemple logique d’avoir la nuit, une sorte de « police sanitaire » dans tous les établissements de France quand on voit comment certaines populations traitent le personnel hospitalier. Hommes ou femmes. Nous ne disposons pas de cette « police ».
    La police institutionnelle visite, de temps en temps, les hôpitaux publics, mais de temps en temps seulement. Car, contrairement à ce qui avait été préconisé il y a quelques années, elle n’assure pas vraiment – tous les jours et 24H/24 – la visite des établissements de santé accueillant du public.
    Il n’est donc pas rare d’y subir des agressions. Cela ne se dit pas ou très peu car c’est complètement tabou pour des raisons parfaitement politiques et idéologiques. [….] C’est un sujet très sensible car il touche à de multiples aspects de la ligne politique générale des différents gouvernements depuis trente ans. De gauche comme de droite » (fin de citation).

    C’est dire si le projet retenu par la MACSF tombe à pic ! Une authentique « divine surprise ».

    Garantir la sécurité et la sérénité de nos salariés dans le secteur de la santé est un élément majeur en termes de RSSO (Responsabilité Sociale et Sociétale des Organisations). C’est même un devoir pour nous tous, responsables d’établissements de santé, que de garantir un lieu de travail sain et sécurisé. Tant aux patients qu’aux personnels qui leur sont affectés.

    Olivier TOMA – PRIMUM-NON-NOCERE

    • Voir les commentaires

    Ads

    Vous pourriez aimer aussi

    Où trouver de l’aluminium ? Mais dans les laits pour bébés bien sûr…..

    Une récente étude britannique montre que plus de la moitié des lots analysés de ...

    Parabènes et MI : mêmes fléaux ?!?

    Dans un de ses récents numéros le « Quotidien du Médecin » (12.05.2014) attire l’attention sur ...

    Le CESE évalue Grenelle et l’aiguillonne…

    Il est dans les attributions du CESE de donner un avis sur le bilan ...