Une situation inquiétante : l’empreinte du numérique

    empreinte environnementale du numérique

    L’empreinte environnementale du numérique devient inquiétante.

    L’Arcep vient de publier un rapport et 11 propositions pour conjuguer développement des usages et réduction de l’empreinte environnementale du numérique.

    Nous vous proposons de découvrir l’ensemble de ce dossier grâce aux liens suivants :

    Pourquoi un tel dossier ?

    Parce qu’il est apparu que l’impact des réseaux de communication, des terminaux et des usages sur l’environnement est devenu un sujet de préoccupation permanent.

    Les faits.

    Suivant un certain nombre d’études, il apparaît que le numérique représente aujourd’hui 3 à 4 % des émissions de gaz à effet de serre (GES) dans le monde et 2,5 % de l’empreinte carbone nationale.

    Certes rien d’alarmant pour le moment eu égard aux chiffres relevés dans d’autres secteurs d’activité, mais on ne peut ignorer que la croissance annuelle de la consommation de numérique (volume de données, terminaux, etc.) ne peut qu’aggraver le problème si on ne la prend pas en considération. C’est d’ailleurs ce que laisse envisager le pré-rapport de la mission d’information sur l’empreinte environnementale du numérique du Sénat [3] qui chiffre les augmentations des émissions en GES du numérique à + 60 % d’ici à 2040, soit 6,7 % des émissions de GES nationales, si rien n’est entrepris d’ici là.

    A signaler que la phase de production des terminaux concentrerait à elle seule 70 % de l’empreinte carbone du numérique en France, selon le même rapport.

    Quelques chiffres.

    • Les terminaux génèrent l’essentiel des impacts environnementaux (de 65 à 92%) notamment les écrans et téléviseurs.
    • Viennent ensuite les centres de données (de 4 à 20%)
    • Puis les réseaux (de 4 à 13%).

     

    Toutes données qui ont conduit l’Arcep à lancer une plateforme de travail pour aboutir à mettre en œuvre « un numérique soutenable » ; entreprise à laquelle individus, associations, entreprises sont conviés à participer.

    C’est ainsi qu’ont été formulées 11 propositions pour conjuguer développement des usages et réduction de l’empreinte environnementale du numérique :

    https://www.bercynumerique.finances.gouv.fr/l-information-en-continu/pour-un-numerique-soutenable-un-rapport-et-11-propositions-pour-conjuguer

    Olivier TOMA – PRIMUM-NON-NOCERE

    https://rotek.fr/empreinte-carbone-du-numerique-septieme-continent/

    marchés publics et RSE

    En route vers une généralisation des critères RSE dans les marchés publics ?

    Dans cette décision le juge valide le critère RSE. Ainsi, adopter une démarche RSE dans son entreprise serait une plus-value …

    0 commentaire
    application déplacement au vert

    Les services numériques d’assistance au déplacement se mettent au vert !

    « Les services numériques (…) qui visent à faciliter les déplacements monomodaux ou multimodaux au moyen de services de transport, de …

    0 commentaire
    transfusion sang PBM

    De nouvelles perspectives pour la Fédération Française de Donneurs de Sang Bénévoles

    Gérer le capital sanguin de manière personnalisée.   Pour pallier les inconvénients éventuels de la transfusion sanguine la FFDSB a …

    0 commentaire
    • Voir les commentaires