VACCINER INTELLIGENT ?

    VACCINER INTELLIGENT ?Nous signalons une vidéo tout à fait exceptionnelle qui a eu les honneurs du Journal TV 19/20 de FR3  le Vendredi 02.décembre et que vous pourrez visionner en suivant le lien que nous vous indiquons.

    Cette vidéo réunit l’intervenante, un directeur de laboratoire pharmaceutique, deux patientes et le Pr Luc Montagnier. Et qu’y entend-on ? Des évidences, pour les lecteurs de Primum-Non-Nocere mais des évidences qui ont dû faire siffler les oreilles de beaucoup dans le monde de la santé en France.

    Les voici résumées ici :

    –          il y a des procédés qui permettent de réduire les risques et les effets secondaires

    –          et de se faire vacciner pour rien (!).

    –          On constate que les Français sont de plus en plus nombreux et de plus en plus méfiants par rapport à aux vaccins.

     Moyennant quoi pour en revenir au bon sens en ce domaine, il suffit

     –          de pratiquer une prise de sang « simple et peu onéreuse »

    –          de tenir compte des antécédents de la personne, de son niveau de nutrition et de son état de santé avant de vacciner.

     Ce qui entraînerait dans l’avenir

    –          la mise en place d’une vaccination au « cas par cas » et

    –          la fin des campagnes de vaccinations massives.

    –          chaque personne disposerait d’un « calendrier vaccinal personnel » puisque chacun de nous réagit de façon spécifique sur le plan immunologique et qu’il faut en tenir compte.

     Mieux. Voici quelques éléments de réflexion qui montrent que la vaccination de masse, n’est pas seulement inutile dans la plupart des cas, mais proprement inutile.

    Il a été démontré qu’il suffit de pratiquer une CRP (recherche de la C.Reactive Protéine) et une VS (Vitesse de Sédimentation) avec recherche des AC (Anti-Corps du vaccin envisagé), pour constater que presque tous les patients sont immunisés !

    Ce qui veut dire que l’imposition du « calendrier vaccination » est proprement scandaleuse.

    Quelqu’un (dont on peut deviner facilement les motivations) a décidé qu’il fallait une injection tous les mois, tous les ans, etc…..ce qui explique sans doute la santé florissante des fabricants de vaccins dont les plus célères ont presque réussi à se faire passer pour des bienfaiteurs de l’humanité !

    Mais il n’y a aucune réalité scientifique derrière de telles pratiques.

    On est   immunisé soit parce qu’on a rencontré le germe  soit parce qu’on a déjà reçu UNE SEULE injection.

    Les pratiques officielles en ce domaine évoluent donc entre celle de l’apprenti sorcier….et de l’escroquerie généralisée.

     Pour en revenir à l’émission elle même, constatons qu’une telle initiative « grand public » à une heure de « grande écoute » aurait été impensable dans un passé tout proche. Mais voilà, la grande campagne du H1N1 – où s’illustra l’inénarrable Roselyne Bachelot – et ses scandales politico-financiers à l’échelle internationale, est passée par là et a réveillé nos concitoyens de l’illusion collective dans laquelle les avait plongés les génies de la communication politico-industrielle.

     Le mythe de la vaccination massive et obligatoire, dont les grands groupes pharmaceutiques nous avait persuadé qu’elle constituait une panacée universelle, semble avoir vécu.

     Et c’est tant mieux car nous soutiendrons toujours inconditionnellement les initiatives qui limitent les risques, les coûts, les médicaments, à résultats égaux et dans le plus grand respect des citoyens et des patients.

    Olivier TOMA – Primum-Non-Nocere

    • Voir les commentaires

    Vous pourriez aimer aussi

    Protéger l’Environnement, c’est comme entretenir une « cocotte » : ça coûte trop cher !

    Dans Actu-Environnement.com du 13 Décembre 2010 nous avons lu avec stupéfaction que, d’après la ...

    Trop tard pour sauver la planète ?

    C’est ce que nous affirme Ban Ki Moon, secrétaire général de cette organisation internationale ...

    Les médecins et les infirmier(e)s premières victimes du BURN-OUT.

    Faisant suite aux travaux des chercheurs de l’Université de Louvain, le Service public belge, ...