Le Sénat adopte l’amendement Doha au protocole de Kyoto.

    bonne annéeLe projet de loi validant l’amendement au protocole de Kyoto a été adopté sans modification par le Sénat après adoption identique par l’Assemblée Nationale.
    Par cette adoption, nous sommes donc que le 23e pays à nous engager officiellement – après une période transitoire d’observation – dans un deuxième temps de ce protocole qui couvre la période qui va du 1er janvier 2013 au 31 décembre 2020, à l’instar des huit autres pays qui se sont déjà rangés auprès des 28 pays qui composent l’UE.
    On se rappellera que l’UE s’est fixé des objectifs ambitieux : 20 % de réduction de ses émissions de GES d’ici 2020, par rapport à 1990. Réduction qui pourrait être portée à 30 % si les autres puissances industrielles prenaient les mêmes résolutions. Maintenant qu’il est dûment adopté par le Législatif, ce projet de loi sera promulgué par l’Exécutif très rapidement et publié au J.O.
    Du moins est-ce ainsi que les choses devraient se passer.

    Cette ratification de l’amendement de Doha au protocole de Kyoto avait été lancée lors de la conférence des parties à la « Convention Climat » en décembre 2012. Elle succédait à une première phase comprise entre 2008 et 2012 pendant laquelle un objectif collectif de réduction des émissions des GES de 5,2 % par rapport à 1990 avaient été adopté par 37 pays développés. Outre les 28 états membres de l’UE, cet objectif réunissait l’Australie, la Biélorussie, le Kazakhstan, le Liechtenstein, Monaco, la Norvège, la Suisse, l’Ukraine.
    Au total, cet ensemble représentait 15 % des émissions mondiales…
    Le Canada avait décidé de se retirer du protocole fin 2011. Quant au Japon, à la Nouvelle-Zélande et à la Russie qui restent membre de fait du protocole, ils ont renoncé à s’engager dans la seconde période.

    Voici les objectifs de réduction adoptés par ces différents états :
    Australie : 2 – 5 à -15 %, voire – 25 % en cas de décision comparable des autres puissances.
    Biélorussie : -8 %
    Kazakhstan : -7 %
    Liechtenstein : -20 %, voire -30 % dans le même cas de figure.
    Monaco : -30 %
    Norvège : -30 à -40 %
    Suisse : -20 à -30 %
    Ukraine : -20 %
    Union Européenne : -20 %, voire -30 % toujours dans le même cas de figure.

    Voilà donc une année qui sur le plan de la protection de l’environnement commence bien chez nous.
    Espérons que les progrès en ce domaine vont aller en s’amplifiant.
    Bonne année à tous.

    Olivier TOMA PRIMUM-NON-NOCERE

    • Voir les commentaires

    Vous pourriez aimer aussi

    Le nouveau Décalogue du Bureau Européen de l’Environnement.

    Le BEE a présenté une évaluation de la politique environnementale de Chypre à la ...

    L’Energie Positive dispose d’un nouveau label « Effinergie + »

    L’association Effinergie qui avait déjà créé le label « BBC-Effinergie » en 2007, adapté ensuite à ...

    « Toxiques en héritage » (annexe de la page 154 du livre « Hippocrate, au secours !))

    Rapport « Des substances chimiques dangereuses dans le cordon ombilical » Greenpeace, sept.2005 Télécharger le rapport