6 semaines d’immobilisation de plus grâce au tabac. Chouette, non ?

    tabacL’AAOS-American Academy of Orthopaedic Surgeons apporte une nouvelle preuve des méfaits du tabagisme : il retarde la guérison de 6 semaines, augmente le taux de complications postopératoires et d’infections dans les cas de fractures ou de lésions traumatiques osseuses sur les fumeurs.

    Ce sont les études publiées dans Medline, Embase et la base Cochrane portant sur les effets du tabagisme sur l’os et la cicatrisation des tissus mous qui ont permis la publication de cette méta-analyse. Pour mettre en lumière l’éventuelle association entre le tabagisme, le temps de guérison et les diverses complications possibles, les chercheurs se sont concentrés sur les fractures les plus courantes, du tibia, du fémur, de la hanche, de la cheville et de l’humérus. 6.480 cas ont été pris en charge à la fois par traitement chirurgical et non chirurgical.

    Résultat sans contestation possible :

    –          6 semaines de plus pour guérir chez les patients qui fument que pour les non-fumeurs

    –          C’est à dire : 30 semaines en moyenne pour parvenir à la cicatrisation au lieu de  24 semaines chez un non-fumeur.

    –           Cerise sur le gâteau : un risque multiplié par 2,3 de « non réduction » de la fracture par rapport aux non-fumeurs.

    Ostéoporose

     Il est établi qu’une fracture des vertèbres, l’extrémité supérieure du fémur ou le poignet touchera, avant la fin de leur vie, 40% des femmes françaises de plus de cinquante ans.

    Ramenés en chiffres bruts, cela donne : 55.000 fractures du fémur, 40.000 fractures du poignet et 70.000 fractures vertébrales, par an dans notre pays. Le vieillissement de la population doublera probablement ces chiffres d’ici à 2025. Ce qui aggrave encore La question du tabagisme dans les pathologies osseuses. Si la promotion des suppléments vitaminiques et minéraux est  heureuse concernant la santé osseuse, il va de soi qu’elle ne dispense de dénoncer les facteurs évitables, comme le tabagisme.

    Il faut donc sensibiliser les patients fumeurs au risque accru de complications qu’ils encourent. D’autre part, les études permettent aussi d’affirmer que l’abandon même récent  avant l’intervention, est bénéfique par rapport à la poursuite du tabagisme. Sans aucune conséquence néfaste.

    Nous-même, dans notre ouvrage « Hippocrate, au secours…! » écrivions : « Certains praticiens dans la préparation d’un patient, préconisent l’arrêt du tabac quinze jours avant l’intervention chirurgicale car cette mesure réduirait le risque d’infections de près de 30% et améliorerait la cicatrisation de façon très conséquente« 

    Et nous donnions la parole à un précurseur français en ce domaine, le Dr Stéphane de Mortillet, chirurgien à Tours qui nous déclarait : « Il y a des opérations pour lesquelles je refuse dopérer sil ny a pas darrêt du tabac préalable quinze jours avant lintervention ». « Certes« , ajoutait-il, « je ne peux faire état ici  que dobservations vérifiées mais empiriques car il nexiste pas à ma connaissance détudes sur le thème des délais exacts à observer  pour arrêter de fumer avant une opération, ni, dailleurs sur la pratique elle-même. Globalement, il est toujours bénéfique darrêter de fumer avant une opération. Pour ma part, je demande à mes patients darrêter de fumer au moins quinze jours avant lintervention et au moins quinze jours après lopération…..etc…..  » Le reste de l’entretien apportant des précisions fort utiles pour mieux comprendre les processus en jeu.

    Nous sommes donc heureux, qu’une fois de plus, les évolutions en cours, viennent corroborer les observations et intuitions qui apparaissent dans notre ouvrage.

    Olivier TOMA – PRIMUM-NON-NOCERE

    Tags:

    • Après avoir dirigé plusieurs établissements de santé, il crée en 2005 le Comité de Développement Durable en Santé (C2DS). En 2009, il fonde l’agence de conseil Primum Non Nocere©, qui accompagne les établissements sanitaires et médico-sociaux dans la mise en d'une démarche de développement durable. Auteur de deux ouvrages : "Le développement durable et solidaire en santé" et "Hippocrate, au secours", il est également un artiste-peintre confirmé, avec plus de 600 œuvres à son actif exposées de Paris à New-York. Mais Olivier Toma, c'est avant tout le pionnier du développement durable en santé. Voilà près de 20 ans qu'il œuvre pour impulser une dynamique de développement durable dans les structures sanitaires et médico-sociales. Il est d'ailleurs à l'origine de la première éco-clinique de France respectant le label HQE, et a également créé le diplôme universitaire «Droit et gestion du développement durable en santé», à l’université de Montpellier. Engagé et passionné, il est force de propositions, d'idées et d'outils concrets mais il est surtout porteur d'une volonté farouche de créer un futur aux établissements sanitaires et médico-sociaux dans le respect du développement durable : " Imaginons un centre de lutte contre le cancer construit avec des matériaux non cancérigènes, une maison de retraite nettoyée à l’aide de produits moins nocifs pour les résidents qui les inhalent et les professionnels qui les manipulent, qui saurait trier et recycler ses déchets, évacuer de façon saine tous ses effluents, recycler les quantités colossales d’eau qu’elle consomme. Imaginons une clinique conçue en harmonie avec son environnement et fonctionnant avec des énergies vertes, ou encore un hôpital n’utilisant que des dispositifs médicaux exempts de toute toxicité, qui ne se contenterait plus d’une approche curative mais s’appliquerait à rendre ses patients acteurs de leur propre santé au travers d’actions d'éducation et de prévention,...'' Riche de convictions, Olivier Toma a l'art de convaincre et transmettre cette envie d’agir dans un seul objectif : faire avancer les hommes vers un monde meilleur et durable.

    • Voir les commentaires (0)

    Ads

    Vous pourriez aimer aussi

    Un coup de jeune dans la lutte contre l’obsolescence programmée…et abusive.

    C’est d’abord la Commission européenne qui s’attaque aux pratiques commerciales inadmissibles des industriels du ...

    8ème AGORA DU C2DS – Mardi 24 juin, Paris

    Télécharger le programme et formulaire d’inscription En juin 2014, la Charte de l’environnement fêtera ...