Angela Merkel s’engage dans une politique en faveur du Développement Durable

    angelaEn Allemagne le Conseil pour le Développement Durable – dont la devise est Comprendre, Transmettre, Changer – a invité la Chancelière à venir présenter son programme en la matière lors d’une conférence tenue le 02.06.2014.
    Angela Merkel a pu ainsi affirmer que :  » le développement durable était un objectif fondamental de l’action du nouveau gouvernement……[qu’il] est, pour elle, indissociable de la notion de qualité de vie. »

    Voici un condensé des propositions et des mesures politiques qu’elle a présentées pour mettre en oeuvre la stratégie nationale en ce domaine jusqu’en juin 2016.

    • Insistance d’abord sur la nécessité de penser sur le long terme et dans un contexte international.
    • Capacité de forger de nouveaux concepts notamment dans la gestion des villes du fait de l’urbanisation croissante des populations. De ce point de vue l’élimination des déchets et conception des bâtiments font déjà l’objet d’une attention particulière en Allemagne.
    • Le G8 que l’Allemagne présidera l’an prochain devra faire avancer « la problématique des changements climatiques et les Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD)« .
    • Promesse d’intégrer le Code allemand du développement durable comme ligne directrice dans les entreprises.
    • Importance soulignée du rôle de la science pour le développement durable à l’échelle européenne.

    Au chapitre des initiatives présentées lors de cette conférence, on retiendra :

    •  La valorisation de 30.000 tonnes annuelles de fumier de cheval au bénéfice des besoins énergétiques de Hambourg.
    • Le recyclage des gravats issus des chantiers, en billes multi-usages mises au service de l’isolation (mais pas seulement) à Weimar.

     La conférence s’est terminée par la tenue de plusieurs forums autour des thèmes de  l’éducation, du développement durable dans le secteur privé, du recyclage, du rôle de l’Allemagne en politique climatique, des sols, du rôle des acteurs de la finance, des nouveaux produits « Made in Germany », de la mobilité et de la transition énergétique.
    Espérons que de tout ce brassage d’idées, sortiront des mesures efficaces prises par nos voisins « Teutons » pour guérir les nuisances infligées à notre environnement.

    Olivier TOMA PRIMUM-NON-NOCERE

    • Voir les commentaires

    Vous pourriez aimer aussi

    Jean-Louis Borloo rencontre l’agence Primum Non Nocere

    Samedi 30 avril 2011, l’ancien ministre de l’écologie et de la cohésion sociale a ...

    Une forêt verticale à Milan pour purifier l’air

    On n’arrête pas le progrès ? Peut-être. Un cabinet d’architectes – Boeri Studio – ...

    Les effets douteux de l’incinération médicale

    Éric Notebaert, professeur de clinique au Département de médecine familiale et médecine d’urgence de ...