Des bilans santé pour les salariés de l’entreprise

    Bilan santé clinique Saint-Martin

    Des bilans santé pour les salariés de l’entreprise

    C’est ce que propose la clinique Saint-Martin de Vesoul à ses salariés : un bilan de santé. Avec l’accord de l’Agence régionale de santé.

    La clinique Saint-Martin

    Elle appartient désormais au groupe C2S et cherche à explorer de nouvelles voies de démarcation

    C’est donc en se référant à l’article 51 de la loi de financement de la Sécurité sociale qui permet de financer des projets à caractère préventif, qu’elle a mis en place ce dispositif qui  propose aux salariés un bilan de santé personnalisé. Heureuse initiative dans un département qui compte de nombreux emplois industrialisés.

    Le projet

    Le bilan en question sera établi en collaboration avec tous les partenaires de santé et en fonction des risques professionnels.

    Il se déroulera sur une journée entière qui permettra de procéder à  un check-up complet : cardiologique, psychologique, diététique, gynécologique, ORL….

    Au terme de ces contrôles, le patient disposera d’un bilan de restitution dont les résultats seront transmis à son médecin généraliste dans le respect du secret médical.

    L’intéressé désormais en mesure de faire le point régulièrement sur sa santé, pourra ainsi modifier certaines habitudes ou comportements nocifs et détecter éventuellement une pathologie potentielle.

    L’avantage

    D’après les témoignages des concepteurs et parties prenantes, ce dispositif devrait permettre d’ « éviter de renoncer aux soins, de réduire les inégalités territoriales ou encore de faire des économies».

    Quant aux entreprises l’avantage est indéniable puisqu’elles peuvent attendre de ces bilans « une diminution des arrêts maladie, de l’absentéisme ou encore renforcer leur attractivité »

    Seule conditions : les expérimentations doivent être autorisées par le directeur régional de l’Agence régionale de santé (ARS). Ce qui est le cas pour la clinique Saint-Martin de Vesoul.

    La directrice précise : « On a demandé l’expérimentation sur une durée de cinq ans. C’est l’ARS qui financera. Ce sera gratuit pour les entreprises. La seule condition est de mettre le salarié à disposition durant sa journée de travail ».

    On en est encore que dans la phase préparatoire car il faudra encore structurer l’ensemble du projet et obtenir toutes les autorisations nécessaires.

    Mais on peut légitimement penser qu’il sera intégralement mis en œuvre  à la rentrée de septembre 2019.

    Bonne chance à la clinique Saint-Martin qui ouvre une voie qui nous paraît très profitable à la santé des salariés.

     

    Olivier TOMA – PRIMUM-NON-NOCERE

    • Voir les commentaires

    Vous pourriez aimer aussi

    L’absentéisme hospitalier, révélateur d’une politique de santé à vau-l’eau.

    L’hôpital a inventé une nouvelle dîme qui côute cher : l’absentéisme Comme promis dans ...

    obésité infantile pollutions

    Les liens entre la pollution et l’obésité infantile

    La pollution sous toutes ses formes favorise l’obésité de nos enfants. Les dernières études ...

    Un "Guide" contre les violences hospitalières ? Sans rire  !

    Un « Guide » contre les violences hospitalières ? Sans rire !

    Un « guide » à l’usage de nos établissements de santé pour prévenir les « attentats » et ...