Comment les polluants chimiques s’attaquent à la quasi-totalité des femmes enceintes.

    Comment  les polluants chimiques s'attaquent à la quasi-totalité des femmes enceintes.C’est encore une étude qui nous vient des USA et qui nous apprend que le sang de la quasi-totalité des femmes américaines enceintes contiendraient de très nombreux polluants chimiques toxiques, dont certains sont considérés comme éradiqués depuis plus de 30 ans !

    L’étude a porté sur 268 femmes enceintes, elle a été menée par des chercheurs californiens à partir de des données réunies en 2003-2004 par la NHANES (National Health and Nutritional Examination Survey) et publiée dans la revue Environnement Health Perspectives.

    On y apprend que le sang de 99% des femmes enceintes contient un cocktail de 163 substances chimiques, de familles distinctes et dans des proportions diverses.

    On a trouvé : des PCB (polychlorobiphényles) des pesticides dont le fameux DDT interdit aux USA depuis 1972, des PFC (perfluorocarbures), des composés phénolés, des PBDE (Polybromodiphényléther) des phtalates bien sûr, des hydrocarbures polycycliques aromatiques (substances cancérigènes, mutagènes et tératogènes) et, cerise sur le gâteau, des perchlorates.

    Les chercheurs ont aussi retrouvé du Bisphénol A chez 96% des femmes testées. Vous savez cette substance censée renforcer la solidité du plastique et qui sera bientôt interdite dans les biberons européens car perturbatrice endocrinienne.

    Après la stupéfaction devant un si riche échantillonnage de poisons chimiques, l’inquiétude a envahi les auteurs de l’article car on ne sait toujours pas les conséquences que pourraient avoir dans l’avenir ces substances toxiques sur la mère et sur le développement fœtal.

    On peut cependant s’en faire une idée lorsqu’on rapproche cette étude de travaux plus anciens qui montraient que les substances que nous venons d’énumérer augmentaient le risque d’accouchement prématuré, la probabilité de malformations in utero, élevaient le taux de morbidité infantile et pouvaient diminuer l’espérance future de vie du bébé.

    A croire que nos industriels n’avaient pas invité la bonne fée « Santé » lors que baptême de leurs rejetons chimiques.

    Olivier TOMA – PRIMUM-NON-NOCERE

    • Voir les commentaires

    Vous pourriez aimer aussi

    Cinq hôpitaux taiwanais en pointe dans le domaine "biophilique". 

    Cinq hôpitaux taiwanais en pointe dans le domaine « biophilique ». 

    D’abord une définition : « Le terme biophilie (biophilia), a d’abord été proposé par le ...

    remboursement suisse

     Combien nous coûte le gaspillage des médicaments ?

    « Voilà une question qu’elle est bonne » aurait sans doute ricané Coluche. Mais il n’y ...