Que faut-il retenir de la COP 25: santé et réchauffement climatique ?

    Que faut-il retenir de la COP 25: santé et réchauffement climatique ?

    Il s’agit de protéger les populations présentes et à venir contre le grand fléau du XXIème siècle : le réchauffement climatique. C’est là le rôle de la communauté sanitaire mondiale car des solutions existent et il faut les mettre en œuvre.
    Et la directrice de l’OMS de préciser :  » [Le personnel sanitaire est] en première ligne dans la lutte pour les protéger de l’impact du changement climatique – vagues de chaleur et autres phénomènes météorologiques extrêmes, flambées de maladies infectieuses comme le paludisme, la dengue et le choléra, effets de la malnutrition – ainsi que pour soigner tous ceux atteints de cancers, d’affections respiratoires, de maladies cardiovasculaires et d’autres maladies non transmissibles dues à la pollution de l’environnement« .
    Certes on peut espérer qu’un accord mondial a pu être conclu à l’occasion de la COP 25 qui se termine actuellement à Madrid. Accord qui peut se révéler crucial dans le domaine de la santé, en « offrant l’occasion de freiner le changement climatique et ses conséquences« .
    Mais, parallèlement il est nécessaire « de promouvoir des mesures propres à apporter des améliorations considérables et immédiates pour la santé en réduisant les coûts que les systèmes de santé et les communautés doivent supporter« .

    Et l’OMS de demander aux participants de la COP 25

    • Des mesures énergiques et efficaces pour limiter le changement climatique et éviter les risques inacceptables pour la santé dans le monde.
    • Un meilleur financement de l’adaptation au changement climatique, y compris des mesures de santé publique visant à réduire les risques liés aux phénomènes météorologiques extrêmes, aux maladies infectieuses, à la raréfaction de l’eau et à l’insécurité des approvisionnements alimentaires.
    • Des interventions de nature à la fois à freiner le changement climatique et à améliorer la santé, et notamment à réduire le nombre de décès par cancers, affections respiratoires et maladies cardiovasculaires imputables à la pollution atmosphérique (qui dépasse actuellement 7 millions par an).

    Elle s’engage à montrer l’exemple:

    • en sensibilisant les professionnels de la santé et le grand public aux effets du changement climatique sur la santé et aux avantages que les solutions à faible empreinte carbone peuvent aussi présenter pour la santé;
    • en contribuant à l’élaboration et à l’application de mesures limitant le changement climatique et protégeant nos pays, nos lieux de travail et nos communautés;
    • en nous efforçant de réduire le plus possible l’impact environnemental de nos propres systèmes de santé tout en améliorant les services de santé.
    Elle demande de signer un appel [et de le transmettre]  » à d’autres professionnels de la santé et aux réseaux plus larges auxquels [ le lecteur appartient]. Notre voix commune, clairement exprimée à la Conférence, permettra d’alerter le monde sur la contribution déterminante que le secteur de la santé peut apporter afin d’agir efficacement sur le climat  » conclut-elle.
    Voici les points forts que nous avons relevés dans les « Recommandations de l’OMS aux professionnels de santé » et sur lesquels nous voulons particulièrement attirer l’attention.

    Au niveau national/local qui nous intéresse ici :

    • Accroître la sensibilisation du grand public aux possibles avantages importants pour la santé et aux économies conséquentes qui pourraient découler de politiques de maîtrise des changements climatiques bien conçues.
    • Renforcer les capacités d’adaptation de votre système de santé [car] de nombreux effets prévus du changement climatique sur la santé sont évitables ou maîtrisables
    • Encourager les établissements de santé à montrer l’exemple.
    • Promouvoir les avantages pour la santé de la réduction des émissions de gaz à effet de serre.
    .
    Au niveau personnel

    • Mieux comprendre les menaces pour la santé liées au climat. Tous les professionnels de la santé devraient avoir accès à des modules de formation continue et de formation générale (voir « Faits et chiffres sur la santé et le changement climatique« )
    • Calculer et réduire votre propre empreinte carbone.
    • Promouvoir ces mesures auprès de vos collègues.

    Olivier TOMA – PRIMUM-NON-NOCERE

    • Voir les commentaires

    Vous pourriez aimer aussi

    Phtalates : lutte ou gesticulation ?

    Retour sur la chasse aux phtalates qu’on retrouve dans certains dispositifs médicaux, comme les ...

    Les pommes françaises empoisonnées par les pesticides

    Les pommes françaises empoisonnées par les pesticides

    Les pommes françaises, comme celle que la sorcière offre Blanche-Neige, sont empoisonnées. Ce n’est hélas ...

    mégots

    L’ennemi public N° 1 en matière de pollution : le mégot.

    Savez-vous quel est le déchet le plus commun, donc le plus agressif, au monde ...