Coût de construction : 357 hôpitaux passés au crible

    L’Anap, sous la signature d’Anabelle Billy, manager au sein du pôle « outils et recommandations » de l’Agence nationale d’appui à la performance des établissements de santé et médico-sociaux (Anap), livre les principaux enseignements de l’Observatoire des coûts de la construction hospitalière qui vient d’être publié. Nous en avons extrait pour vous quelques observations significatives.

    Il s’agit de la sixième édition de l’Observatoire des coûts de la construction hospitalière. L’étude porte sur  357 opérations réalisées entre 2004 et 2010 sous maîtrise d’ouvrage publique ou privée (hors PPP). Elle concerne un ensemble de surfaces d’environ 5 millions de m², dont près de 90% sont neuves. L’étude se donne un double objectif

    • donner aux décideurs une vision «sincère» des projets immobiliers hospitaliers, un référentiel qui leur permette de bien définir leurs investissements au départ.
    • les aider à  bien évaluer les offres qui leurs sont faites. Cela dans un contexte où la hausse des coûts semble devoir perdurer et où de nouvelles charges se dessinent avec la mise en place de la réglementation thermique 2012. Sans oublier la réduction des financements publics. D’où la nécessité pour les décideurs, de la vigilance, de la parfaite cohérence de leurs dépenses, de la réduction des projets et du recours, quelquefois nécessaire, à une assistance à maîtrise d’ouvrage spécialisée.

    Que constate l’étude ?

    Sur la période 2004-2008 la hausse s’est poursuivie pour atteindre  environ 10% par an, soit plus que l’évolution du BT01.

    Sont évoquées  – l’inflation des  prix des matières premières – le fort volume de la demande.  Le jeu de la concurrence n’intervenant qu’après la période.

    Comparaison entre maîtrise d’ouvrage publique et privée.

    Le coût moyen de construction constaté voisine :

    • 2 030 euros HT/m² pour les projets publics en loi MOP (pour une taille médiane de 40 000 m²),
    • 1 744 euros/m² pour la conception-réalisation  (taille médiane : 30 000 m²) et
    • 1 667 euros/m² pour le privé (taille médiane : 20 000 m²).

    A noter que lorsqu’on dépasse la  taille médiane, la hausse du coût tend à augmenter de manière plus conséquente. Sont en cause :

    • la complexité et la durée du chantier en raison de la taille
    • une concurrence moins forte.

     » Reste que pour l’hôpital général, coût, durée et taille médiane des opérations (20 000 m²) sont assez proches, que la maîtrise d’ouvrage soit publique (en conception-réalisation) ou privée. La compacité de l’ensemble des projets y est toutefois supérieure de 4 à 10% en conception-réalisation par rapport aux projets en loi MOP pour un gain de temps supérieur à 20 mois « .

    En projet.

    La prochaine édition de l’étude portera sur les constructions dans le secteur médico-social, particulièrement des Ephad (établissements d’hébergement pour les personnes âgées dépendantes).

    Olivier TOMA – Primum-Non-Nocere

    • Voir les commentaires

    Vous pourriez aimer aussi

    Le C2DS : la référence incontournable en matière de « santé écolo ».

    C’est ce qu’on peut conclure en toute légitimité de l’étude que l’Express vient de ...

    Quand le « virtuel » investit le monde de la santé : Amazon invente la clinique virtuelle à Seattle.

    Quand le « virtuel » investit le monde de la santé : Amazon invente la clinique virtuelle à Seattle.

    Voici venu le temps où lorsque nous serons malades nous pourrons bénéficier de « consultations ...

    Jean-Louis Borloo rencontre l’agence Primum Non Nocere

    Samedi 30 avril 2011, l’ancien ministre de l’écologie et de la cohésion sociale a ...