Covid-19 : l’aération comme facteur de protection

    covid-19 aération prévention protection

    L’aération élément essentiel contre le Covid-19.

     

    Le « British Medical Journal » publie une étude selon laquelle l’aération est trop souvent négligée alors que le covid-19 se transmet principalement par l’air. Et d’insister sur la nécessité d’aérer les locaux, notamment « dans les centres de soins, les lieux de travail et les écoles ».

    Alors que la pandémie dure depuis plus d’un an.

    Alors que l’aération constitue un « moyen simple et crucial » pour éviter la propagation du virus, celle-ci est négligée la plupart du temps, déplorent les auteurs de l’article.

    En effet le virus se :

    transmet principalement d’une personne à l’autre par inhalation et à une distance relativement courte

    Si bien qu’on est :

    bien plus susceptible d’être infecté dans une pièce dont les fenêtres ne peuvent pas s’ouvrir ou qui ne dispose pas d’un système de ventilation

    C’est-à-dire de renouvellement de l’air.

    En comparaison, la transmission du SARS-Covid-2 par contact avec des surfaces est considérée comme relativement minime, toujours d’après ces auteurs.

     

    Que faire ?

     

    Ventiler au maximum, notamment en particulier « dans les centres de soins, les lieux de travail et les écoles ».

    Pourquoi ?

    Parce que les plus petites particules exhalées par les personnes infectées « peuvent rester en suspension dans l’air pendant des heures et représentent une voie importante de transmission ».

    Les auteurs affirment qu’il n’y a aucune différence entre les gouttelettes de salive qui tomberaient vite au sol, et les particules les plus fines qui restent en suspension dans l’air et qu’on appelle traditionnellement des « aérosols ». C’est cette distinction artificielle qui a empêché d’évaluer correctement le risque de transmission du Covid dans l’air, en mettant trop l’accent sur les gouttelettes.

    Lire aussi : recycler les masques usagés, les initiatives.

    Un constat sévère.

     

    Et les auteurs de dénoncer : « Après un an de pandémie, on est toujours en train de débattre du rôle et de l’importance de la transmission du SARS-CoV-2 par aérosols, qui n’est parfois que succinctement mentionnée dans certaines directives de contrôle de l’épidémie […] Fondamentalement, si vous inhalez des particules, quelle que soit leur taille ou leur nom, vous respirez des aérosols. »

     

    Nous voilà informés et avertis. Il n’y a plus qu’à passer à l’acte : Aérons, aérons, aérons !

     

    Olivier TOMA – PRIMUM-NON-NOCERE

    • Voir les commentaires

    Vous pourriez aimer aussi

    dépistage systématique de l'amblyopie

    Comment rendre le dépistage de l’amblyopie systématique pour tous les nouveaux nés à 9 mois ?

    Témoignage de Jean Alagna, Directeur Honoraire de la Sécurité Sociale de Béziers « L’amblyopie est une ...

    piano

    Faire ses gammes sur un piano dans un hôpital, pourquoi pas ?

    On connaissait les pianos dans les gares, les aéroports, les places publique laissés à ...