En 2010 : encore plus d’absences dans la Fonction publique hospitalière qu’en 2007.

    En  2010 : encore plus d'absences dans la Fonction publique hospitalière qu'en 2007.On est de plus en plus malades dans la fonction hospitalière. Du moins si on en juge par les chiffres concernant les absences pour raisons de santé, qui n’ont fait que progresser depuis la dernière enquête de 2007 et qui nous sont rapportés par « Regard-sur-tendance« 

    En 2010 on constate 8 % de progression globale.  Avec une augmentation corrélative  du nombre d’arrêts et du nombre d’agents.

    Sont en forte aggravation : la maladie ordinaire (+ 8 %) et l’accident du travail (+ 18 %). Sont pointées du doigt : la pénibilité élevée des métiers hospitaliers et le vieillissement de la population. De ce point de vue, le recul de l’âge de départ à la retraite n’arrangera pas les choses

    Quelques observations tendent à s’imposer dans ce triste tableau :

    – Les conditions de travail souvent contraignantes : travail de nuit, horaires décalés, rapport à la souffrance et aux familles… qu’il faut associer  au vieillissement de la population active.

    – Mutations de l’institution et de l’organisation : tarification à l’activité, plan de retour à l’équilibre (en langage technocratique cela veut dire : course après le fameux « déficit »)

    – Un climat économique des plus médiocres, malgré quelques cocoricos à la Dr Coué.

    Cette dégradation est-elle irréversible et n’y a-t-il pas d’action salutaire à mener qui puisse enrayer les absences et favoriser la reprise du travail des agents en arrêt ?

    Bien sûr que si et notre ouvrage à paraître « Hippocrate, au secours ! Ils sont devenus fous…. » en recense quelques unes que vous aurez le plaisir de découvrir notre éditeur aura validé la dernière version de cet ouvrage

    Olivier TOMA – Primum-Non-Nocere

    • Voir les commentaires