Les jardins maraîchers fleurissent dans les centres hospitaliers

    Les jardins maraîchers fleurissent dans les centres hospitaliers

    Un jardin maraîcher vient de naître à l’ombre des quatre tours du Centre Hospitalier de Valenciennes. Ses 500 m² entretenus par les jardiniers de l’hôpital produisent légumes et herbes aromatiques.

    Le jardin potager est ouvert aux patients qui peuvent y venir y redécouvrir le goût d’une alimentation naturelle : Agastache, Capucine rose, Crosnes du Japon, Hélianthis. Stevia… s’offrent aux amateurs de (bonne) cuisine. Mais il y a aussi des plantes plus roboratives comme les fèves, bien sûr, que les jardiniers vous feront goûter avec plaisir.

    Retrouver la nature et le bon goût

    Le potager est divisé en petits carrés ou rectangles (« bio » à 98%) amoureusement entretenus et munis de petites ardoises indiquant le nom de la plante. Un des objectifs poursuivis par les responsables potagers, consiste à faire redécouvrir des légumes oubliés comme « l’aubergine blanche (« cent fois meilleure »), la pomme de terre bleue d’Artois (de couleur noire), des betteraves jaunes (« au goût différent ») ».

    un potager au ch de ValenciennesL’idée de ce jardin maraîcher ne vient pas des élites médicales, mais a germé dans les esprits des agents des services espaces verts et diététique, pourtant si peu destinés à travailler ensemble habituellement. Comme quoi certaines synergies inattendues peuvent produire de très bonnes choses.

    Eduquer parents et enfants

    Cultiver, planter, semer, récolter ne suffisant pas à satisfaire son prosélytisme en faveur du bien-manger, le secteur cuisine propose régulièrement des animations pour une éducation à la nutrition. Cette sensibilisation est orientée vers les patients en endocrinologie, en réadaptation cardiaque ou en néphrologie par exemple, chez qui les apports en sel ou en matières grasses doivent être limités. Ces patients découvrent (ou redécouvrent) des herbes et des épices qui viendront compenser la fadeur de leurs plats. Et qui pourront ensuite reproduire certaines recettes chez eux.

    La pédiatrie n’est pas négligée puisque les enfants hospitalisés dans ce service s’occupent à fabriquer des épouvantails qui viendront protéger les cultures. En récompense, ils pourront cueillir des fraises et les déguster pendant leurs visites.

    On a mis en place une activité qui fait oublier que l’hôpital n’est pas seulement un lieu de souffrance et de soins.

    Echanges humains et protection environnementale

    Une journée « personnel » – le vendredi – est projetée pour permettre aux employés de bénéficier du jardin, d’y recueillir des conseils et des idées de plantations pour leurs propres besoins. Ces jardins sont d’ailleurs devenus de véritables lieux conviviaux où patients, visiteurs et jardiniers se questionnent et échangent dans une ambiance très ouverte.

    Ne manque même pas à ce petit coin de nature et de santé, une petite pâture qui pourrait paraître abandonnée et en jachère avec ses hautes herbes et ses fleurs, alors qu’elle est destinée à fournir le potager en coccinelles, abeilles et pucerons les plus sûrs remparts contre l’usage d’insecticides.

    Le CHU d’Angers

    C’est le même esprit qui a animé, près du service de médecine interne du CHU d’Angers, la création d’un jardin potager devenu lieu de promenade pour les patients, les personnels et les visiteurs, qui y partagent détente et bavardages mais aussi conseils à propos des légumes qui y sont produits. Et qui peuvent même profiter de la récolte puisque tous sont invités à emporter gratuitement les légumes chez eux après que le jardinier du CHU les ait récoltés.

    Incroyables comestibles

    Il s’agit là d’une application locale de l’esprit du mouvement Incredible edible qui commence à se développer en France. L’idée consiste à consolider le projet thérapeutique du service de médecine interne en améliorant l’environnement hospitalier pour les patients et les personnels. Et tout naturellement l’idée a germé de proposer, à l’entrée du bâtiment, un jardin qui fasse écho à celui que chacun peut cultiver chez soi.

    les incroyables comestibles au CHU d'AngersOn y a prévu des allées accessibles aux personnes à mobilité réduite ; un banc pour s’y reposer. Les jardiniers cultivent tomates, melons, fraises, courgettes, etc,  qui sont ensuite offerts aux visiteurs dans un endroit très spécifique : au pied d’un « arbre à poèmes« . Comme on s’en doute cet arbre est orné de petits papiers portant des citations sur le goût, la gourmandise et les jardins choisis et  déposés par les personnels et les usagers du service.

    Quant à Incredible edible, il s’agit d’un mouvement civique né en Angleterre à la fin des années 2000. Il se développe actuellement en France sous le nom d’Incroyables comestibles. L’objectif : « planter en ville là où l’espace le permet, co-réaliser un jardin et partager gratuitement le fruit d’un travail collectif avec l’ensemble des citoyens ».

    Virgile serait-il revenu parmi nous ?

    Olivier TOMA – PRIMUM-NON-NOCERE

    • Voir les commentaires

    Vous pourriez aimer aussi

    Cancer de l’oesophage : café ou thé très chaud peuvent le favoriser

    Cancer de l’oesophage : café ou thé très chaud peuvent le favoriser

    Evitez de boire trop chaud, café, thé ou maté, vous pourrez peut-être éviter un ...

    L'ADEME publie le guide "Alimentation et Environnement"

    L’ADEME publie le guide « Alimentation et Environnement »

    L’ADEME vient de publier un intéressant petit Guide de 17 pages, intitulé « ALIMENTATION ET ...