La RSE convertit la Banque de France

    Banque de France -La Banque de France a décidé de prendre en compte les enjeux liés à la responsabilité sociétale d’entreprise  (RSE) dans ses composantes économiques, environnementales et sociales. Celles-ci entreront désormais  dans la définition  de ses missions. « Que ce soit dans sa gestion et en tant qu’entreprise au service de la société et à l’écoute de ses parties prenantes« , nous affirme-t-on.

    Il s’agit d’une volonté déterminée qui se traduit par une charte de développement durable où les engagements pris sont clairement identifiés.  De même la démarche veut-elle s’associer à la stratégie nationale pour la transition écologique et se qualifier d' »exemplaire« .

    Afin de bien remplir son rôle en tant que qu’actrice du développement durable, la BdF déclare vouloir anticiper et accompagner les évolutions nécessaires par « la diffusion des bonnes pratiques et la mise en place d’un système de pilotage de la performance« .

    Quatre grands axes ont ainsi guidé  la démarche initiée en 2007 et  ont permis de réaliser des avancées significatives dans les domaines suivants. Nous citons :

    • amélioration du bien-être au travail pour les agents de la Banque
    • développement de l’analyse sur l’émergence d’une économie verte plus soucieuse des enjeux de long terme
    • réduction de notre empreinte environnementale et mise en œuvre d’actions de responsabilité citoyenne, notamment dans le domaine du développement de l’éducation économique et financière du public et de l’appui porté au traitement du surendettement.

    Dans cet effort vers une pleine réalisation des objectifs de la RSE la BdF souligne « le rôle clé de l’ensemble de ses collaborateurs » et considère qu’une telle politique constitue » un vecteur de cohésion interne et de création de valeur contribuant à conforter l’image d’une institution en mouvement, en phase avec son temps« .

    Olivier TOMA – PRIMUM-NON-NOCERE

    https://politiquedesante.fr/2016/03/17/rse-et-competitivite-meme-combat/

    https://politiquedesante.fr/2014/04/16/le-rse-le-developpement-durable-et-le-bilan-2014/

    Tags:

    • Après avoir dirigé plusieurs établissements de santé, il crée en 2005 le Comité de Développement Durable en Santé (C2DS). En 2009, il fonde l’agence de conseil Primum Non Nocere©, qui accompagne les établissements sanitaires et médico-sociaux dans la mise en d'une démarche de développement durable. Auteur de deux ouvrages : "Le développement durable et solidaire en santé" et "Hippocrate, au secours", il est également un artiste-peintre confirmé, avec plus de 600 œuvres à son actif exposées de Paris à New-York. Mais Olivier Toma, c'est avant tout le pionnier du développement durable en santé. Voilà près de 20 ans qu'il œuvre pour impulser une dynamique de développement durable dans les structures sanitaires et médico-sociales. Il est d'ailleurs à l'origine de la première éco-clinique de France respectant le label HQE, et a également créé le diplôme universitaire «Droit et gestion du développement durable en santé», à l’université de Montpellier. Engagé et passionné, il est force de propositions, d'idées et d'outils concrets mais il est surtout porteur d'une volonté farouche de créer un futur aux établissements sanitaires et médico-sociaux dans le respect du développement durable : " Imaginons un centre de lutte contre le cancer construit avec des matériaux non cancérigènes, une maison de retraite nettoyée à l’aide de produits moins nocifs pour les résidents qui les inhalent et les professionnels qui les manipulent, qui saurait trier et recycler ses déchets, évacuer de façon saine tous ses effluents, recycler les quantités colossales d’eau qu’elle consomme. Imaginons une clinique conçue en harmonie avec son environnement et fonctionnant avec des énergies vertes, ou encore un hôpital n’utilisant que des dispositifs médicaux exempts de toute toxicité, qui ne se contenterait plus d’une approche curative mais s’appliquerait à rendre ses patients acteurs de leur propre santé au travers d’actions d'éducation et de prévention,...'' Riche de convictions, Olivier Toma a l'art de convaincre et transmettre cette envie d’agir dans un seul objectif : faire avancer les hommes vers un monde meilleur et durable.

    • Voir les commentaires (0)

    Ads

    Vous pourriez aimer aussi

    marchés publics et RSE

    En route vers une généralisation des critères RSE dans les marchés publics ?

    Dans cette décision le juge valide le critère RSE. Ainsi, adopter une démarche RSE ...

    Banque et environnement

    Les banques soutiennent la RSE.

    Dans le domaine du développement responsable, nous saluons des initiatives intéressantes D’abord celle de ...

    programme 2030

    Faire le point sur les Objectifs de Développement Durable

    Faire le point sur les Objectifs de Développement Durable Le Ministère de la Transition ...