Le NUTRI-SCORE et le Plan National Nutrition Santé

    plan national nutrition santé 2019 2023

    Contexte et bilan du Plan National Nutrition Santé

    Dans la présentation qu’elle faisait de son Programme National Nutrition Santé, Mme Agnès Buzyn, alors ministre de la santé, affirmait que « Les Français [avaient] bien conscience et étaient même prêts à s’engager dans une approche où « manger – bouger » deviendraient les mots-clés de la prévention sanitaire ». Elle poursuivait en affirmant que la nutrition en était un pilier essentiel depuis l’enfance jusqu’au grand âge. Elle constatait que malgré les progrès enregistrés depuis vingt ans dans la lutte contre l’expansion des pathologies liées à la nutrition, il devenait indispensable de renforcer les actions pour inverser les tendances, réduire la fréquence de l’obésité et de la dénutrition, limiter celle de l’hypertension artérielle et ses conséquences cardiovasculaires ou encore la survenue du diabète de type 2 et des cancers liés à une mauvaise nutrition.

    Partie sur de si bonnes bases elle présentait alors un dossier de 94 pages où le constat détaillé de l’action à envisager et les objectifs transversaux à la mise en place de ce PNNS étaient détaillés.

    Et elle terminait par la définition de 10 « Mesures Phares » de ce PNNS 2019-2023.

    Bien sûr il n’entre pas dans notre propos de procéder à un compte-rendu détaillé d’un tel document mais nous tenons néanmoins à attirer votre attention sur ces 10 mesures-phares dont nous vous reproduisons le contenu essentiel ci-après.

    Abrégé des 10 Mesures-Phares du PNNS 2019-2023.

    1. Promouvoir les nouvelles recommandations nutritionnelles.
    2. Augmenter les fibres, réduire les quantités de sel, sucres, gras dans les aliments de consommation courante.
    3. Réduire la consommation de sel de 30% d’ici 2025.
    4. Protéger les enfants et les adolescents d’une exposition à la publicité pour des aliments et boissons non recommandés.
    5. Encourager la mise en place de codes de conduite.
    6. Étendre l’éducation a l’alimentation de la maternelle au lycée.
    7. Développer la pratique d’Activité Physique Adaptée pour les  personnes atteintes de maladies chroniques.
    8. Renforcer la prescription d’Activité Physique Adaptée par les médecins.
    9. Veiller à l’alimentation de nos ainés.
    10. Promouvoir et partager au niveau national les actions locales innovantes, sources de créativité.

     

    Pour notre part nous aimerions conclure en rappelant que la restauration collective hors foyers et plus particulièrement les repas pris pendant l’hospitalisation pourraient être « promoteurs de santé » si l’on donnait les moyens à l’hôpital de fournir une alimentation saine et équilibrée. Réduire le taux de TVA sur les produits bio locaux et de saison permettrait à ces institutions qui ne récupèrent pas la TVA de promouvoir des produis sains partout sur le territoire .

    Olivier TOMA – PRIMUM-NON-NOCERE – Associé Grant Thornton® France.

    • Voir les commentaires

    Vous pourriez aimer aussi

    cyber sécurité groupe sing health

    À l’assaut des dossiers médicaux : cyber-attaques contre les groupes hospitaliers

    À l’assaut des dossiers médicaux : cyber-attaques contre les groupes hospitaliers. Nous ne savons pas ...

    maladie de lyme

    Epidémie de Lyme

    L’épidémie de Lyme, une zoonose déclarée en France. L’alerte sur cette épidémie est donnée ...