Le scandale des médicaments périmés, lâchés dans la nature.

    Le scandale des médicaments périmés, lâchés dans la nature.Le réseau Cyclamed est destiné à détruire les médicaments stockés et périmés par les Français. Il est financé par les industriels du médicament et gratuit pour le public.

    Ce réseau recueille et détruit environ 13.000 tonnes sur les 29000 estimées périmées.

    On considère que le reste se retrouve probablement dans nos poubelles. Notamment les déchets contaminés (DASRI) les « piquants » et « tranchants ». Il est évident qu’il faille trouver une solution pour que ces trois types de déchets spécifiques liés à des soins « hors établissements » et rejetés dans la nature, ne deviennent pas les outils d’une contamination et d’une toxicité environnementale majeure.

    Il n’y a pas de filière structurée pour les 3000 établissements de santé et les 30000 établissements médicosociaux de notre pays. Chacun doit se charger de détruire les médicaments périmés – en toute liberté et à ses frais – sans aucune intervention de l’Etat.

    En fait ils ont  le choix entre trois solutions : les retourner au producteur – les intégrer à des filières DASRI assez coûteuses – les mettre aux ordures, en choisissant entre l’incinération et l’enfouissement.

    L’incinération ramène, en fait, à la solution adoptée par Cyclamed.

    Reste le problème des médicaments enfouis qui libèrent des molécules dans la nature; de même que pour les médicaments liquides rejetés à l’égout alors que la plupart des stations d’épuration ne sont pas équipées pour traiter ces résidus médicamenteux.

    Il faut donc que le pouvoir politique mette en place un réseau structuré de traitement des médicaments en France ou qu’il élargisse les compétences de Cyclamed aux nécessités des établissements de santé en ces domaines.

    Et cela en plein accord avec l’art. 198 du Grenelle 2. CQFD

    Olivier TOMA – Primum Non Nocere

    Tags:

    • Après avoir dirigé plusieurs établissements de santé, il crée en 2005 le Comité de Développement Durable en Santé (C2DS). En 2009, il fonde l’agence de conseil Primum Non Nocere©, qui accompagne les établissements sanitaires et médico-sociaux dans la mise en d'une démarche de développement durable. Auteur de deux ouvrages : "Le développement durable et solidaire en santé" et "Hippocrate, au secours", il est également un artiste-peintre confirmé, avec plus de 600 œuvres à son actif exposées de Paris à New-York. Mais Olivier Toma, c'est avant tout le pionnier du développement durable en santé. Voilà près de 20 ans qu'il œuvre pour impulser une dynamique de développement durable dans les structures sanitaires et médico-sociales. Il est d'ailleurs à l'origine de la première éco-clinique de France respectant le label HQE, et a également créé le diplôme universitaire «Droit et gestion du développement durable en santé», à l’université de Montpellier. Engagé et passionné, il est force de propositions, d'idées et d'outils concrets mais il est surtout porteur d'une volonté farouche de créer un futur aux établissements sanitaires et médico-sociaux dans le respect du développement durable : " Imaginons un centre de lutte contre le cancer construit avec des matériaux non cancérigènes, une maison de retraite nettoyée à l’aide de produits moins nocifs pour les résidents qui les inhalent et les professionnels qui les manipulent, qui saurait trier et recycler ses déchets, évacuer de façon saine tous ses effluents, recycler les quantités colossales d’eau qu’elle consomme. Imaginons une clinique conçue en harmonie avec son environnement et fonctionnant avec des énergies vertes, ou encore un hôpital n’utilisant que des dispositifs médicaux exempts de toute toxicité, qui ne se contenterait plus d’une approche curative mais s’appliquerait à rendre ses patients acteurs de leur propre santé au travers d’actions d'éducation et de prévention,...'' Riche de convictions, Olivier Toma a l'art de convaincre et transmettre cette envie d’agir dans un seul objectif : faire avancer les hommes vers un monde meilleur et durable.

    • Voir les commentaires (0)

    Ads