Une « Commission des conditions de travail » dans les hôpitaux

    Une  » Commission des conditions de travail  » a été instituée fin janvier par le décret n° 2016-59 publié au JO du 30 janvier 2016. Elle sera commune aux personnels de direction de la fonction publique hospitalière. Son rôle consistera à intervenir auprès des comités consultatifs nationaux sur les sujets relatifs aux conditions de travail des personnels des corps de direction de la fonction publique hospitalière.

    Ses compétences

    • Offrir un espace d’analyse et de proposition pour apporter des solutions aux risques professionnels spécifiques des personnels des corps de direction.
    • Traiter les données relatives aux conditions et aux organisations de travail, à la santé et à la sécurité au travail, en se référant aux signalements enregistrés auprès du directeur général du centre national de gestion.
    • Participer à l’évaluation des politiques d’amélioration des conditions de travail, et des organisations de travail, ainsi que de prévention des risques professionnels.
    • Formuler tout avis et résolution relatifs aux mesures et procédures susceptibles d’améliorer les conditions de travail, les organisations de travail, la santé et la sécurité au travail.

    Composition

    La commission sera présidée par le directeur général de l’offre de soins ou son représentant, elle comprendra le directeur général de la cohésion sociale ou son représentant, le directeur général du centre national de gestion ou son représentant et neuf représentants des personnels désignés par les organisations syndicales.

    Mais est-ce suffisant ?

    Nous ne pouvons qu’applaudir à l’intérêt porté – enfin ! – aux conditions de travail des personnels de direction des hôpitaux. Nous considérons que c’est sans conteste une grande avancée sociale. Mais une question vient malgré tout gâcher notre satisfaction : quand allons-nous arrêter de créer des discriminations dans notre pays ? Discrimination, cela veut dire division entre les acteurs. Or « Toute maisons divisée contre elle-même… » on connaît la suite.
    N’aurait-il pas mieux valu créer enfin un véritable baromètre destiné à mesurer la santé des professionnels de santé ? De tous les professionnels de santé ?

    Quelques rappels indispensables.

    – IL est parfaitement justifié de considérer le métier de dirigeant d’hôpital, ou d’EHPAD et de clinique comme particulièrement complexe, exigeant, stressant. Nul ne saurait le contester. Mais il faudrait, dans le même temps, rappeler et porter remède :
    – au taux de suicide très élevé dans le secteur de la santé
    – aux 12000 cas de violences hospitalières qui nécessitent un véritable accompagnement.
    – Il faudrait aussi prendre en compte une idée sur laquelle nous sommes revenus à plusieurs reprises : l’aide au sevrage tabagique de ces professionnels de la santé dont le pourcentage tourne autour de 32% alors qu’il n’est que de 28 % en France !
    – Et nous ne manquerons pas de rappeler non plus la terrible question du  » burn out des médecins » sur laquelle une abondante littérature a été publiée dans la presse spécialisée et sur notre site.

    Moralité

    Rappeler que la santé des Français est largement dépendante de la santé des professionnels du secteur est un truisme qui ne peut surprendre que ceux qui ignorent tout des réalités du terrain.

    Olivier TOMA – PRIMUM-NON-NOCERE

    Vous pourriez aimer aussi

    phosphore_Politique_De_Sante_Primum_Non_Nocere

    Pas de phosphore, pas de vie ! C’est pourtant ce qui risque de nous arriver dans 30 à 40 ans.

    D’abord, un peu d’Histoire… Parce qu’au XIXème siècle Johann Thomas Hensing, professeur de médecine ...

    L'application de mesure du bien-être au travail

    L’application de mesure du bien-être au travail

    B2ST®, l’application qui permet de mesurer Bien Être, Santé et Satisfaction au travail dans ...