Lettre Ouverte à l’ARS Auvergne-Rhône-Alpes

    Lettre Ouverte à l'ARS Auvergne-Rhône-Alpes

    ARS Auvergne-Rhône-Alpes
    Docteur Jean-Yves GRALL
    Directeur Général
    241, rue Garibaldi
    69003 Lyon

     

    Lettre ouverte

     

    Béziers, le 9 février 2018

     

    Monsieur le Directeur Général,

    L’agence Primum Non Nocere®, spécialisée en Responsabilité Sociétale des Organisations et Santé a été créée il y a 8 ans sous l’impulsion des professionnels des secteurs sanitaires et médico-sociaux concernés par l’application concrète de stratégies de développement durable au sein de leurs organisations et des préoccupations émergentes autour des questions de santé environnementale.

    Nous sensibilisons depuis quelques années nos clients mais aussi le grand public sur l’importance de la qualité de l’air intérieur, et des bonnes pratiques visant à conserver un air intérieur sain. Nous avons été interpellés par l’installation de diffuseurs de parfums dans le métro de la ville de Lyon. Il est précisé que ces parfums sont des produits à base d’huiles essentielles, alors que certaines huiles essentielles sont irritantes pour la peau et pour les voies respiratoires. Toutes les huiles essentielles ne sont pas innofensives et certaines personnes y sont même allergiques. S’il est indiqué que les molécules choisies ne sont ni cancérigènes, ni allergènes, les citoyens ne sont pas pour autant informés de la composition exacte des parfums diffusés.

    De plus, l’installation de ces diffuseurs a pour objectif de générer une sensation de propreté chez l’usager. Or, il est scientifiquement inexact d’affirmer que l’odeur agréable de l’air ambiant est la preuve de la propreté du lieu. Nous regrettons ici la confusion provoquée chez l’usager, le conduisant à acheter des produits désodorisants dont la composition est toxique, comportant des allégations mensongères sur leurs effets assainissants. Les dernières études, de l’ANSES notamment, d émontrent en effet l’innefficacité et la dangerosité de ces produits.

    C’est pourquoi nous souhaitons aujourd’hui vous alerter sur le d éveloppement de ces pratiques qui relèvent plus du marketing que d’une véritable intention sanitaire de la part des entreprises qui mettent en place ces dispositifs, à l’heure où la nouvelle Stratégie nationale de santé chiffre le coût global de la pollution de l’air extérieur et intérieur à plus de 100 milliards d’euros annuels.

    Nous vous prions d’agréer, Monsieur le Directeur, l’expression de notre haute considération.

     

    Olivier TOMA-Fondateur

    • Voir les commentaires

    Vous pourriez aimer aussi

    "S'il suffisait qu'on s'aime..."

    « S’il suffisait qu’on s’aime… »

    Paris, le lundi 3 octobre 2016 C‘est enfin officiel, la Convention relative au développement ...

    Lettre ouverte  à l'établissement français du sang

    Lettre ouverte à l’établissement français du sang

    Etablissement Français du Sang Monsieur François Toujas Président de l’EFS 20 avenue du Stade ...