L’Exposome : un concept porteur d’espoir en santé environnementale.

    L'Exposome : un concept porteur d'espoir en santé environnementale.C’est un article du « Quotidien du Médecin » (rubrique « Le praticien de l’environnement ») qui nous l’apprend : les évolutions de la biologie s’intéressent de plus en plus aux relations causales entre maladies et facteurs d’environnement avec évaluation des niveaux d’exposition et, si possible, des doses.

    La prise en compte des différents niveaux d’exposition de l’homme aux polluants de son environnement présente plusieurs difficultés :

    –          variations dans le temps et l’espace

    –          complexité liée à la multiplicité des agents environnementaux

    –          insuffisance des outils de mesure (quelques dizaines de polluants seulement peuvent être évalués).

     Sans mesure précise, pas d’estimation réelle de la morbidité et de la mortalité liées aux facteurs d’environnement. D’autant que dans les pays développés l’exposition se définissant par des doses faibles sur une longue durée, les pathologies qui en découlent sont du type chronique et plurifactoriel qui ne se révèlent souvent qu’après des années d’exposition.

    Autre difficulté. Faibles doses égale faibles risques. Mais, en fait, les erreurs dans l’estimation entraînent des erreurs dans les statistiques, ce qui peut entraîner des études s’avérant négatives alors qu’il existe bel et bien un lien entre l’environnement et la pathologie étudiée. Si bien que l’analyse précise des conditions d’exposition devient un enjeu crucial dans le domaine de la santé environnementale.

     Malgré le panel d’outils à notre disposition – questionnaires, modèles mathématiques, mesurage de biomarqueurs dans le sang, urine, cheveux – il s’avère impossible de rendre compte de la totalité des expositions environnementales qui nous affectent tout au long de notre vie. D’autant que deux autres facteurs peu mesurables interviennent ici : habitudes de vie, conditions de travail à quoi il faut ajouter l’éventuelle détermination génétique.

    C’est ici qu’intervient la notion d’exposome(par analogie avec la notion de génome). En quoi cela consiste-t-il ? « On anticipe l’idée que, avec le développement de l’épidémiologie moléculaire, c’est à dire des études dans lesquelles on analyse des paramètres biologiques dans les cellules, les tissus ou les fluides corporels, il sera possible d’obtenir une vision globale et intégrée de l’historique des expositions aux agents chimiques, physiques et infectieux » précise l’article du Quotidiendu Médecin.

    Nous pourrons alors aboutir à une nouvelle discipline, l' »exposomique » qui prendra place à côté de la génomique (analyse de la variabilité du génome) ou de la protéinomique (analyse du profil protéique).

    On entrevoit aisément l’orientation de cette démarche : en associant les méthodes de la biologie, les biotechnologies et la bio-informatique à la démarche épidémiologique, on espère pouvoir comparer des populations saines à des populations malades à partir de l’exposome individuel ce qui aboutira à la création d’une médecine prédictive personnalisée en matière de santé environnementale.

     Ce sera sans doute une avancée très heureuse en matière de santé publique, mais « prévenir valant mieux que guérir » nous pensons qu’il faut d’abord agir sans relâche pour libérer nos concitoyens de cette menace permanente et sournoise constituée par l’exposition aux agents chimiques de toutes sortes. Il existe déjà assez de facteurs naturels de morbidité pour que la médecine s’évertue à combattre en permanence ceux que nous nous infligeons à nous-mêmes à partir d’une notion de « progrès » aussi contestable que destructrice.

    Olivier TOMA – Primum-Non-Nocere

    Tags:

    • Après avoir dirigé plusieurs établissements de santé, il crée en 2005 le Comité de Développement Durable en Santé (C2DS). En 2009, il fonde l’agence de conseil Primum Non Nocere©, qui accompagne les établissements sanitaires et médico-sociaux dans la mise en d'une démarche de développement durable. Auteur de deux ouvrages : "Le développement durable et solidaire en santé" et "Hippocrate, au secours", il est également un artiste-peintre confirmé, avec plus de 600 œuvres à son actif exposées de Paris à New-York. Mais Olivier Toma, c'est avant tout le pionnier du développement durable en santé. Voilà près de 20 ans qu'il œuvre pour impulser une dynamique de développement durable dans les structures sanitaires et médico-sociales. Il est d'ailleurs à l'origine de la première éco-clinique de France respectant le label HQE, et a également créé le diplôme universitaire «Droit et gestion du développement durable en santé», à l’université de Montpellier. Engagé et passionné, il est force de propositions, d'idées et d'outils concrets mais il est surtout porteur d'une volonté farouche de créer un futur aux établissements sanitaires et médico-sociaux dans le respect du développement durable : " Imaginons un centre de lutte contre le cancer construit avec des matériaux non cancérigènes, une maison de retraite nettoyée à l’aide de produits moins nocifs pour les résidents qui les inhalent et les professionnels qui les manipulent, qui saurait trier et recycler ses déchets, évacuer de façon saine tous ses effluents, recycler les quantités colossales d’eau qu’elle consomme. Imaginons une clinique conçue en harmonie avec son environnement et fonctionnant avec des énergies vertes, ou encore un hôpital n’utilisant que des dispositifs médicaux exempts de toute toxicité, qui ne se contenterait plus d’une approche curative mais s’appliquerait à rendre ses patients acteurs de leur propre santé au travers d’actions d'éducation et de prévention,...'' Riche de convictions, Olivier Toma a l'art de convaincre et transmettre cette envie d’agir dans un seul objectif : faire avancer les hommes vers un monde meilleur et durable.

    • Voir les commentaires (1)

    • francis

      pour des compléments sur la notion d’exposome : http://www.officiel-prevention.com/formation/formation-continue-a-la-securite/detail_dossier_CHSCT.php?rub=89&ssrub=139&dossid=536

    Ads

    Vous pourriez aimer aussi

    Coût de construction : 357 hôpitaux passés au crible

    L’Anap, sous la signature d’Anabelle Billy, manager au sein du pôle « outils et ...

    la vigilance est de mise pour le choix des cosmétiques…

      Nous dénoncions en 2008 la présence de nombreuses molécules chimiques dans les cosmétiques ...

    L’ARPP publie une « Recommandation Développement Durable »  

    L’ARPP publie une « Recommandation Développement Durable »  

    L’ARPP publie une « Recommandation Développement Durable »   L’Autorité de Régulation Professionnelle de la Publicité vient de ...