Nos bébés sont résistants. A leur menu : de l’arsenic et des métaux toxiques ….

    Nos bébés sont résistants. A leur menu : de l’arsenic et des métaux toxiques ….Une étude suédoise a testé un certain nombre de laits de suite et des aliments de sevrage pour les nourrissons. Et elle y a relevé des niveaux « significatifs » de minéraux essentiels et …toxiques.

    Qu’on en juge. Plusieurs aliments pour bébés – dont les laits de riz – ont des niveaux relativement élevés d’arsenic. Il paraît qu’on ne connaît pas encore bien les effets des contaminants toxiques comme l’arsenic, le plomb et le cadmium, mais on peut se poser la question de savoir si la présence du riz s’impose dans la nourriture pour nourrissons. C’est même peu dire qu’il est urgent de déterminer les niveaux autorisés de ces substances dans les aliments pour nourrissons. Il nous semble qu’avant toute conclusion la clause de précaution s’impose car on nous fera difficilement croire que du plomb, de l’arsenic et du cadmium sont des substances souhaitables dans quelque nourriture que ce soit.

    Ce n’est pas la position de l’agence britannique (Food Standards Agency) qui affirme « que les niveaux mesurés de cadmium et d’autres contaminants dans ces aliments ne sont pas préoccupants pour la santé infantile. Les chercheurs de l’Institut Karolinska à Stockholm, auteurs de l’étude, se sont surtout attachés à tester les niveaux d’éléments toxiques et essentiels dans les aliments destinés aux nourrissons de moins de 6 mois. Ils tiennent à rappeler que l’allaitement exclusif est recommandé pendant cette période, mais ils font observer que les deux tiers environ des nourrissons européens reçoivent une alimentation solide à partir de l’âge de 4 mois.

    Ils ont ainsi évalué les niveaux de calcium, magnésium, fer, zinc, cuivre, manganèse, molybdène et du sélénium mais aussi d’arsenic, de cadmium, d’antimoine, de plomb et d’uranium sur 9 préparations et 9 aliments pour nourrissons tous destinés à la consommation à partir de l’âge de quatre mois. Ces produits (dont le détail figure sur l’article que nous vous indiquons en « lien ») fabriqués par les grands industriels, sont disponibles partout dans le monde et se présentent sous forme de poudre à diluer dans du liquide.

    L’étude révèle de grandes variations liés aux ingrédients utilisés, dans les concentrations des éléments les plus essentiels et toxiques dans le lait maternisé et les aliments. Dans les aliments dits « enrichis » avec des substances  essentielles : fer, zinc, molybdène et manganèse – les présences toxiques sont plusieurs fois ceux identifiés dans le lait maternel. Les aliments à base de riz,  notamment, sont très inquiétants en raison de leur niveau élevé en arsenic, constatent les chercheurs. Parmi ces derniers, deux avaient des concentrations élevées de tous les éléments toxiques et de tous les éléments essentiels sans exclusive.

    Et ces braves chercheurs suédois qui ne craignent pas la litote, trouvent

    –          la variation des concentrations de ces différents éléments dans les laits et aliments pour bébés

    –          les niveaux de composés potentiellement toxiques, comme l’arsenic : inquiétants.

    –          les niveaux trop élevés de certains éléments essentiels, comme le fer.

    INQUIETANTS !

    Message reçu 5/5 par l’Agence britannique qui, prudemment, s’est rapprochée de la Commission européenne pour définir les limites  supportables (DJA) de ces contaminants dans les aliments. Mais ne nous réjouissons pas trop vite, Messieurs les représentants des lobbies des grandes industries de la mal-bouffe pour bébés, eux qui connaissent si bien les couloirs de Bruxelles, vont certainement nous montrer ce qu’ils savent si bien faire : vider les règlements coercitifs de leur contenu.

    Pour notre part, nous avions sollicité le ministère de la santé en France pour demander s’il est bien logique de trouver de la taurine de synthèse dans les laits infantiles vendus en France par la quasi totalité des fabricants, alors qu’une campagne récente nous expliquait que la taurine était dangereuse dans les boissons énergisantes pour adultes !.

    En outre l’étiquetage des laits pour enfants  ne prévoit pas du tout non plus de nous indiquer la provenance des composants des laits infantile et c’est très regrettable.

    A quand un label sur la qualité du lait. ?

    Last but not least,  il n’est pas rare de trouver des laits « deuxième âge » vendus dans des bouteilles en plastique contenant du bisphénol A….par ailleurs interdit dans les biberons !

    Mais toujours utilisés dans les bouteilles de lait !! Cherchez l’erreur…

    Là encore, nous avons interpellé le ministère de la santé – par écrit  – sur ces aberrations. Depuis une année déjà. Mais nous attendons toujours une réponse.

    Une dernière question : n’est-il pas du rôle de l’AFSAPS que d’assurer ces tâches de police sanitaire pour lesquelles elle perçoit d’importantes subventions au lieu de laisser les citoyens se démener à sa place ? pour bénéficier d’un peu de cohérence de la part de leurs responsables ?

    Comment acheter en toute quiétude quand les responsables de la santé publique manifestent si peu de cohérence dans leurs décisions et que tout laisse à penser que la vérité sur ces questions nous est dissimulée pour des raisons plus ou moins avouables ?

    Olivier TOMA – Primum Non Nocere

    • Voir les commentaires

    Vous pourriez aimer aussi