Alerte ! Le lait maternel peut contenir des microplastiques

     

    Comment est-il possible que des chercheurs italiens aient pu retrouver des microplastiques dans du lait maternel ? Avec des conséquences sur la santé des nourrissons sur lesquelles on s’interroge encore. Mais qui pourrait croire que cette ingestion puisse leur être favorable ?

     

    Les Faits

     

    C’est la revue Polymers, qui a donné l’alerte tout récemment : les chercheurs ont découvert la présence de microplastiques dans du lait maternel humain ! Pour arriver à ce résultat, le lait de 34 femmes en bonne santé a été analysé une semaine après leur accouchement.
    Constat : 75% – c’est à dire 26 des 34 échantillons – contenaient des microplastiques.

     

    Pollutions multiples

     

    Que retrouve-t-on dans le lait maternel ?

    D’abord et avant tout du polyéthylène, du chlorure de polyvinyle et du polypropylène. Tous des composants qui interviennent dans les emballages en plastique.

    Comment cela se fait-il ?

    Pour répondre à cette question les chercheurs ont analysé les données spécifiques des jeunes mères : consommation de poissons ou crustacés dans les 7 jours précédents l’analyse, consommation de produits emballés dans du plastique, utilisation de produits de beauté contenus dans du plastique…

    Surprise ! La comparaison des échantillons en fonction de ces facteurs de risque n’a pu mettre en lumière quelque différence de quantité de microplastiques.

    Conclusion (quasi) obligée de l’étude : l’omniprésence de microplastiques dans l’environnement rend l’exposition des humains inévitable, par ingestion, inhalation ou contact cutané.

     

    La solution la plus naturelle est toujours la meilleure

     

    Cette solution ne peut être, bien entendu, que le lait maternel car, même si pour le moment on ne constate aucun impact de cette pollution aux microplastiques ingérés par les nourrissons, les chercheurs ne cachent pas leurs inquiétudes et conseillent vivement d’« intensifier les efforts de recherche scientifique pour approfondir les connaissances sur les risques potentiels pour la santé causés par l’internalisation et l’accumulation de microplastiques, en particulier chez les nourrissons ».

    On ne peut se montrer plus clair.

     

    Cependant, malgré ces résultats – pour le moment – négatifs, les chercheurs conseillent vivement aux jeunes mères d’allaiter elles-mêmes leurs nourrissons. Et cela pour une raison bien simple : les biberons contiennent également des microplastiques.

    Et les médecins concluent : les avantages de l’allaitement sont bien plus importants que les inconvénients causés par la présence de microplastiques polluants ». En ajoutant ce conseil aux femmes enceintes et aux jeunes mères : Évitez au maximum d’utiliser des produits emballés avec du plastique !

     

    Une fois de plus, notre promotion incessante en faveur de l’allaitement maternel, entreprise dès la fondation de PRIMUM-NON-NOCERE, se révèle prémonitoire et fondée. Espérons, pour la santé de nos enfants, que ces mises en garde seront entendues.

     

    Olivier TOMA – PRIMUM-NON-NOCERE – Associé Grant Thornton® France

     

    LIENS :

     

    https://www.lepoint.fr/environnement/des-microplastiques-retrouves-dans-du-lait-maternel-une-premiere-07-10-2022-2492897_1927.php

    https://www.sciencesetavenir.fr/sante/des-millions-de-microparticules-de-plastique-liberes-par-les-biberons_148514

    https://politiquedesante.fr/microbilles-de-plastique-et-destruction-des-espaces-maritimes/

    Tags:

    • Voir les commentaires (0)

    Ads