Un projet « bâtiment vert »

    Un projet "bâtiment vert"
    La société Omnes Capital, investit dans de petits projets éolien ou photovoltaïque et finance leur construction.  Elle les réunit pour les revendre ensuite à des investisseurs institutionnels. Elle vient de décider d’adopter la même démarche pour le bâtiment vert. Elle lance un département  « création » consacré à ce domaine et un fonds pour les bâtiments tertiaires publics et privés à « haute performance environnementale » de 100 millions d’euros.
    Objectif

    Il est ambitieux : « 500 000 mètres carrés construits ou rénovés« . Financés par le génie civil Pro BTP à hauteur de 50 millions d’euros ainsi que le Crédit agricole et la Caisse des dépôts. L’associé gérant d’Omnes Capital « PME », pense que les artisans auront des difficultés avec la RT 2020 [qui succèdera à la RT 2012]  car ils ne sont pas formés. Il veut donc assurer leur formation et favoriser des projets « emblématiques« , avance-t-il.

    Stratégie d’investissement

    Les deux piliers en sont :

    • les immeubles de bureaux,
    • les bâtiments publics tels que crèches, mairies, piscines, dans le cadre de partenariats public-privé.

    L’opération va démarrer par des projets sur Nantes, Toulouse, Bordeaux, Aix, Marseille, Lille ou encore Strasbourg. « Avec un objectif de détention de 5 ans en moyenne, les investissements concernent des projets tertiaires de petite taille et à forte dimension régionale. Des PME et ETI du secteur ainsi que des donneurs d’ordre public locaux seront associés aux projets. »

    Et le responsable de préciser :

    « Le parc immobilier tertiaire représente près de 1 milliard de mètres carrés en France, dont près de la moitié a plus de 35 ans et nécessite donc de lourds travaux de rénovation« .

    Gestion

    Elle sera assurée par un département « bâtiments durables » constitué de 4 investisseurs en cours de constitution.

    RT 2020

    On n’en connaît pas encore le contenu mais on sait qu’il visera trois éléments.

    • Celui d’un bâtiment à énergie positive.
    • Mesure de l’empreinte carbone, au-delà de la seule efficacité énergétique pour éviter la dérive d’une sur-utilisation de béton.
    • Quand on sait que 60 % des émissions de CO2 d’un bâtiment de 40 ans proviennent de la phase de construction qui dure 18 mois il y a de la marge à réaliser.
    • Les performances devront être tenues dans la durée. C’est à dire au delà de la mise en service comme actuellement. Il faut ainsi considérer qu’entre les prévisions et la réalité, les consommations sont multipliées par trois, « notamment du fait des usages informatiques qui ne sont pas pris en compte. »

    Un comité technique sera chargé de réviser le cahier des charges tous les six mois. Celui-ci comporte actuellement « trois exigences cumulatives » :

    • Assurer une performance meilleure de 10 % pour le neuf et de 40 % pour le bâti par rapport aux exigences en kWh/m2/an de la RT2012.
    • Un niveau de performance minimal sur une liste de 10 critères comprenant la qualité de l’air, la gestion de l’eau, l’empreinte CO2, les usages électriques.
    • Offrir une garantie dans la durée. Notamment en impliquant le promoteur dans la durée au-delà des un ou deux ans du lancement.

    Olivier TOMA – PRIMUM-NON-NOCERE

    • Voir les commentaires

    Vous pourriez aimer aussi

    Appel d’offres, santé mentale et gouffres financiers polynésiens.

    Un nouveau pôle de santé mentale doit être construit en Polynésie qui remplacera  l’ancien ...

    Le Label pilote BBCA vient de naître

    A l’occasion de la COP 21, le premier label « Bâtiment Bas Carbone » vient d’être ...