Purifions la chambre de bébé ?

    Purifions la chambre de bébé ? Le WECF (Women in Europe for a Common Future), réseau d’ONG européennes, a repris le mot « nesting » (nidification) pour lancer des Ateliers destinés aux jeunes parents. qui y apprennent comment favoriser un environnement sain pour leur enfant, dans l’ensemble de leur appartement.

    Déjà 110 ateliers ont déjà fonctionné, principalement en région parisienne et Rhône Alpes. En attendant plus. Ce succès s’explique par la prise de conscience des parents des dangers d’un air empoisonné par les émanations chimiques et leur intérêt pour une information destinée à un public plus large que celui des seuls spécialistes.

    Résumons ce qu’on apprend dans ces Ateliers.

    D’abord un constat : « La pollution de nos intérieurs est 3 à 4 fois supérieure à celle de l’air extérieur », d’après le chirurgien pédiatre Patrice Halimi, co-fondateur de l’Association santé environnement de France (ASEF). Les premiers touchés sont les bébés. Notamment  « ceux qui passent environ 20h par jour à l’intérieur, voire même dans leur lit », note le Dr Halimi : c’est à dire les bébés âgés de 0 à 3 ans.


    D’après Elisabeth Ruffinengo, chargée de mission au sein de l’organisme qui a lancé les ateliers Nesting, « les enfants sont plus fragiles que les adultes car ils passent par des fenêtres de susceptibilité » pendant lesquelles l’exposition à une ou plusieurs substances combinées représente un danger.  Au-dessous de de 3 ans l’enfant est plus sensible aux allergies et aux produits toxiques. Il risque aussi une contamination par ingestion, à cause de son contact fréquent avec le sol et sa propension à porter les objets à la bouche, souligne le Dr Halimi.

    Les ateliers Nesting recensent donc tous les risques de pollution dans la maison et donnent des conseils.

    LESQUELS ???

    AERER

    « L’aération est le premier commandement du jeune parent responsable » affirme le Dr Halimi. « Deux fois par jour, 10 minutes en été, 5 minutes en hiver », recommande Sophie Schmitz, en charge de la coordination des ateliers Nesting et de la formation des animateurs. Pas d’inquiétude inutile puisque l’air intérieur est plus pollué que l’air extérieur, par les fameux COV (composés organiques volatils). Les substances chimiques contenues dans les produits ménagers, les parfums (encens, bougies), mais aussi les meubles, les rideaux et les jouets sont pointés du doigt.

    DEGAZER

    Notamment le lit à barreaux dans lequel il a été constaté que le taux de formaldéhyde émis représente le quart de la valeur maximale recommandée pour la qualité de l’air. Or, c’est une substance irritant le nez et les voies respiratoires et identifiée comme un cancérogène du rhinopharynx. On le trouve dans les meubles en aggloméré ou le contreplaqué, dans la peinture ou les mousses synthétiques, constate le Dr Halimi et il recommande d’acheter des meubles en bois brut. A souligner l’intérêt du mobilier labellisé FSC, label des forêts éco-gérées. A défaut on peut aussi acheter le lit trois mois avant la naissance du bébé, et le faire dégazer dans un endroit aéré pendant cette période.

    LES JOUETS

    Eviter les peluches, nids à poussière et acariens – les jouets en plastique : ils contiennent souvent des phtalates, perturbateurs endocriniens (responsables de troubles du développement des caractères sexuels). Là aussi : choisir du bois brut ou des marques affichant « sans phtalates.

    LES PEINTURES

    Fuyez les peintures qui contiennent du benzène, autre substance volatile qui provoque des ennuis respiratoires, des cancers du sang et notamment des leucémies chez l’enfant. Attention aux meubles en PVC, aux jouets en plastique, aux tapis, aux rideaux ou aux  peluches où l’on subit souvent la présence de chlorure de vinyle (métaux lourds) et de retardateur de flamme bromé.

    Dans toutes ces circonstances et pour tous ces produits,  exigez les labels (NF Environnement « jouets et jeux de société » qui seront lancés en 2011) – achetez du bois brut, et des  joujoux en coton, facilement lessivables.

    Si vous suivez assidument les publications de notre blog, aucun de ces conseils de vous surprendra vraiment.

    Olivier TOMA – Primum-Non-Nocere

    Tags:

    • Après avoir dirigé plusieurs établissements de santé, il crée en 2005 le Comité de Développement Durable en Santé (C2DS). En 2009, il fonde l’agence de conseil Primum Non Nocere©, qui accompagne les établissements sanitaires et médico-sociaux dans la mise en d'une démarche de développement durable. Auteur de deux ouvrages : "Le développement durable et solidaire en santé" et "Hippocrate, au secours", il est également un artiste-peintre confirmé, avec plus de 600 œuvres à son actif exposées de Paris à New-York. Mais Olivier Toma, c'est avant tout le pionnier du développement durable en santé. Voilà près de 20 ans qu'il œuvre pour impulser une dynamique de développement durable dans les structures sanitaires et médico-sociales. Il est d'ailleurs à l'origine de la première éco-clinique de France respectant le label HQE, et a également créé le diplôme universitaire «Droit et gestion du développement durable en santé», à l’université de Montpellier. Engagé et passionné, il est force de propositions, d'idées et d'outils concrets mais il est surtout porteur d'une volonté farouche de créer un futur aux établissements sanitaires et médico-sociaux dans le respect du développement durable : " Imaginons un centre de lutte contre le cancer construit avec des matériaux non cancérigènes, une maison de retraite nettoyée à l’aide de produits moins nocifs pour les résidents qui les inhalent et les professionnels qui les manipulent, qui saurait trier et recycler ses déchets, évacuer de façon saine tous ses effluents, recycler les quantités colossales d’eau qu’elle consomme. Imaginons une clinique conçue en harmonie avec son environnement et fonctionnant avec des énergies vertes, ou encore un hôpital n’utilisant que des dispositifs médicaux exempts de toute toxicité, qui ne se contenterait plus d’une approche curative mais s’appliquerait à rendre ses patients acteurs de leur propre santé au travers d’actions d'éducation et de prévention,...'' Riche de convictions, Olivier Toma a l'art de convaincre et transmettre cette envie d’agir dans un seul objectif : faire avancer les hommes vers un monde meilleur et durable.

    • Voir les commentaires (0)

    Ads

    Vous pourriez aimer aussi

    Prix Entreprises Environnement

    Le Ministère de l’Ecologie, du Développement Durable, des Transports et du Logement et l’ADEME, ...

    Angela Merkel s’engage dans une politique en faveur du Développement Durable

    En Allemagne le Conseil pour le Développement Durable – dont la devise est Comprendre, ...

    7 Milliards…..

    Il ne vous aura pas échappé que la population mondiale s’élève statistiquement à 7 ...