La qualité de l’air intérieur (QAI) : un enjeu majeur de santé publique.

    QAIComme nous vous l’avions annoncé, un décret vient d’être publié par le gouvernement sur la question essentielle de la Qualité de l’Air Intérieur.

    En voici les articulations principaux :

    Le Contexte

    Grenelle 2, Pnse2, PST, SNDD…… et les risques qui concernent le secteur hospitalier, les crèches, les maisons de retraites, les bâtiments de bureaux, les hôtels, tant pour leur clients que pour leur propres salariés…..

    Les Déterminants de la QAI

    Les pollutions liées aux activités des occupants, aux équipements, aux matériaux de construction, de rénovation, de décoration, d’ameublement, l’entretien, la maintenance, le nettoyage, les pesticides et les apports de l’environnement extérieur.
    On distingue:

    – Les contaminants physico chimiques :
    – Les contaminants biologiques

    Les Enjeux de la Mesure de la QAI ?

    – Les Impacts sur la Santé:
    et notamment celle des nourrissons, des enfants et des femmes enceintes…….
    Seront abordés aussi le SBM (syndrome bâtiment malsain), l’asthme, les allergies, l’hypersensibilité bronchique, les MCS (Hyper Sensibilité Chimique Multiple) , les maladies respiratoires et cardiaques, les cancers,…

    – Les Impacts Economiques :
    – Accent mis sur la prévention, facteur de réduction des risques et des coûts.
    – Instauration d’une politique de « prévention »partagée,
    – Création d’une authentique Recherche et Développement en Santé.

    La Réglementation

    Les obligations des employeurs face aux mesures de prévention, d’analyse et de mesures.
    Le Plan Santé au Travail (PST 2010 – 2014) et l’exigence des plans de prévention aux agents chimiques, aux CMR, aux Nanos particules.
    Les dispositions du décret N° 2011-321 du 23 mars 2011

    Les Préconisations utiles

    – Tenir compte du taux d’émission de Composés Organiques Volatils
    – Adopter un nouveau « critère de choix »
    – Exiger l’étiquetage des polluants volatils dès aujourd’hui.
    – Choisir des matériaux exempts de nano particules,
    – Eco-labelliser les produits d’entretien et de maintenance
    – Réglementer une bonne ventilation des locaux
    – Des contraintes non négociables
    – Des chances pour la santé publique et pour la résorption des déficits.

    Dès maintenant il faut porter une grande attention aux matériaux achetés pendant cette période intermédiaire, car il est probable que certains industriels auront fâcheusement tendance à vider les stocks de ceux de leurs produits que l’étiquetage futur rendra « invendables »…après le 1er septembre 2013…
    En épousant l’esprit même de ce décret et en l’encourageant, affirmons qu’il serait dommage de construire les hôpitaux de demain ou de rénover le secteur hospitalier en France, en 2011, avec des matériaux émissifs et dangereux pour la santé humaine (sous prétexte que le décret n’est pas encore sorti) grâce aux subventions du plan Hôpital 2012, qui – nous le rappelons une fois de plus – injecte ou injectera dix milliards d’euros dans la rénovation du secteur….Donc avant l’entrée en application officielle du décret !
    Mobilisons nous pour ce grand chantier s’accomplisse en évitant totalement les matières connues pour être toxiques…et militons d’ores et déjà pour un plan hôpital 2020, qui intègrera les objectifs du Grenelle II et leur financement.

    « Gouverner » n’est-il pas « prévoir » ?

    Olivier TOMA – Primum-Non-Nocere

    Tags:

    • Après avoir dirigé plusieurs établissements de santé, il crée en 2005 le Comité de Développement Durable en Santé (C2DS). En 2009, il fonde l’agence de conseil Primum Non Nocere©, qui accompagne les établissements sanitaires et médico-sociaux dans la mise en d'une démarche de développement durable. Auteur de deux ouvrages : "Le développement durable et solidaire en santé" et "Hippocrate, au secours", il est également un artiste-peintre confirmé, avec plus de 600 œuvres à son actif exposées de Paris à New-York. Mais Olivier Toma, c'est avant tout le pionnier du développement durable en santé. Voilà près de 20 ans qu'il œuvre pour impulser une dynamique de développement durable dans les structures sanitaires et médico-sociales. Il est d'ailleurs à l'origine de la première éco-clinique de France respectant le label HQE, et a également créé le diplôme universitaire «Droit et gestion du développement durable en santé», à l’université de Montpellier. Engagé et passionné, il est force de propositions, d'idées et d'outils concrets mais il est surtout porteur d'une volonté farouche de créer un futur aux établissements sanitaires et médico-sociaux dans le respect du développement durable : " Imaginons un centre de lutte contre le cancer construit avec des matériaux non cancérigènes, une maison de retraite nettoyée à l’aide de produits moins nocifs pour les résidents qui les inhalent et les professionnels qui les manipulent, qui saurait trier et recycler ses déchets, évacuer de façon saine tous ses effluents, recycler les quantités colossales d’eau qu’elle consomme. Imaginons une clinique conçue en harmonie avec son environnement et fonctionnant avec des énergies vertes, ou encore un hôpital n’utilisant que des dispositifs médicaux exempts de toute toxicité, qui ne se contenterait plus d’une approche curative mais s’appliquerait à rendre ses patients acteurs de leur propre santé au travers d’actions d'éducation et de prévention,...'' Riche de convictions, Olivier Toma a l'art de convaincre et transmettre cette envie d’agir dans un seul objectif : faire avancer les hommes vers un monde meilleur et durable.

    • Voir les commentaires (2)

    • bailly

      c’est intéressant, mais on a du mal à comprendre ce qui correspond à vos propositions, et ce qui est réglementaire

      • Olivier TOMA

        En fait, plus rien n’est obligatoire jusqu’en 2018 !!!C’est le triste constat que nous faisons… donc tout ce que nous proposons reste à faire.
        Olivier TOMA

    Ads

    Vous pourriez aimer aussi

    Vapeur sèche : le procédé

    Vapeur sèche : le procédé

    La maîtrise de la qualité de l’air intérieur grâce au procédé vapeur sèche proposé ...

    AIR

    Les épurateurs d’air mis au pilori par l’Anses.

    Le problème de la qualité de l’air intérieur (QAI) est un de ceux qui ...

    covid-19 aération prévention protection

    Covid-19 : l’aération comme facteur de protection

    L’aération élément essentiel contre le Covid-19.   Le « British Medical Journal » publie une étude ...