La Chine nous offre un nouveau cadeau empoisonné : ses framboises

    La Chine nous offre un nouveau cadeau empoisonné : ses framboises

    Une épidémie au Québec.

    Ce n’est pas une plaisanterie : le Québec a été le théâtre de plusieurs éclosions de norovirus – ensemble de virus associés aux gastroentérites – au cours de l’été 2017. Ceux-ci ont entraîné la maladie de plusieurs centaines de Québécois. Les recherches de la santé publique ont permis de découvrir l’origine de l’épidémie : des framboises cultivées (amoureusement) en Chine !

    La Direction de la vigie sanitaire du ministère de la Santé et des Services sociaux du Québec, le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation (MAPAQ) ont dressé l’oreille lorsqu’ils ont été alertés de l’apparition de plus de 700 cas confirmés ou potentiels d’intoxication.

    Or les enquêtes du MAPAQ ont fait apparaître que la consommation des framboises crues venues du céleste empire, était à l’origine potentielle de la contamination de ces 700 cas. C’est ainsi que de mi-juin à mi-août 2017, 11 rappels d’aliments furent décidés par le MAPAQ et l’Agence canadienne d’inspection des aliments. Ceux-ci trois concernaient trois importateurs québécois, Farinex (Gelsius), Mantab (Below Zero) et Alasko, qui avaient tous trois le même fournisseur chinois.

     

    La prévention

    La Chine nous offre un nouveau cadeau empoisonné : ses framboisesUn nouveau rappel avait complété les onze précédents et s’adressait à des acheteurs potentiels : hôtels, restaurants, pâtisseries, crémeries, bars laitiers, commerces de détail, centres d’accueil, résidences pour personnes âgées et garderies. On imagine les conséquences si tous ces commerces ou services avaient mis les framboises polluées au menu de leurs clients et résidants !

    Les symptômes.

    En général les malades ont souffert de nausées, de vomissements, de diarrhée, de crampes abdominales. Pour faire bonne mesure, certains ont subi des douleurs musculaires, de la fatigue, de la fièvre, des frissons et des maux de tête dans les deux jours suivant la consommation des framboises chinoises.

    Précautions à prendre

    Les norovirus sont très contagieux et, par définition, sont rapidement transmissibles : par contact direct avec une personne malade ou avec une surface contaminées ou, tout simplement, par consommation d’eau ou d’aliments contaminés.

     

    Conclusion en forme de mise en garde.

    Les consommateurs potentiels – que nous sommes tous – doivent absolument s’astreindre à la lecture des étiquettes, à exiger d’être informés sur la provenance des produits de bouche et surtout à privilégier, dans toute la mesure du possible, les produits bio, locaux et de saison.

    À toutes fins très utiles nous vous fournissons, en fichiers joints, une liste des codes internationaux utilisés sur vos étiquettes et une étiquette « origine France ». Ces documents vous aideront à acheter en connaissance de cause.

    Codes étiquetage origines internationales

    Code étiquetage origine France –
    La Chine nous offre un nouveau cadeau empoisonné : ses framboises

     

    Olivier TOMA – PRIMUM-NON-NOCERE

     

    • Voir les commentaires

    Vous pourriez aimer aussi

    Phtalates et fast-foods : des complices avérés.

    Les phtalates imprègnent les sachets dans lesquels les « fast-food » vous livrent hamburgers et fritures. ...

    alimentation

    l’alimentation un enjeu de développement durable

    Découvrez sans plus tarder le dernier document consacré à l’alimentation un nouvel enjeu de développement ...

    bébés et microplastiques

    Bébés et microplastiques : une lutte sans merci

    L’invasion des microplastiques s’attaque même aux bébés à naître. Vous trouvez ce titre ahurissant ? ...