Rassurez-vous : si notre taux de croissance est proche de zéro, le taux d’absentéisme explose dans notre système de santé.

    Rassurez-vous : si notre taux de croissance est proche de zéro, le taux d'absentéisme explose dans notre système de santé.C’est le constat qu’on peut faire d’après le rapport de l’institut Alma Consulting Group.

    Notre taux national s’établit à 3,84%, c’est à dire 14 jours par en moyenne par salarié, en baisse de 1%, soient 3,8 jours en moins, sur les trois dernières années. Mais que l’arbre ne cache pas la forêt : cette diminution est imputable à 37% d’entreprises dont le taux baisse plus fortement que pour 49% d’entreprises dont le taux augmente. Restent 14% d’entreprises où rien ne change si nos calculs sont bons.

    A noter un renversement surprenant par rapport aux idées toutes faites : le Nord et la région Rhône-Alpes ont un taux d’absentéisme plus élevé que celui du Sud !

    D’après Alma Consulting, cela tiendrait au tissu économique du Nord où les PME occupent une place essentielle et enregistrent une forte hausse.

    Le bassin parisien, grâce au dynamisme et la mobilité de l’emploi, enregistre un des taux les plus faibles. Quant au Grand-Ouest, il est champion toutes catégories de la présence au travail.

    Venons-en à ce qui nous préoccupe plus directement : le secteur de la santé

    Il bat tous les records cette année : 6,61%, c’est à dire 24 jours en moyenne par salarié, et enregistre une forte dégradation depuis 5 ans.

    Le rapport justifie cette dégradation de la manière suivante :  » La féminisation des équipes, le management, l’organisation du travail, ainsi que les contraintes économiques et  budgétaires que connaît le secteur, participent de manière significative à cette hausse « .

    Constat que nous faisons nous même dans notre ouvrage « Hippocrate, au secours » en indiquant un certain nombre de solutions qui nous paraissent devoir être appliquées très rapidement à notre système de santé si nous ne voulons pas le voir périr corps et biens.

    A l’opposé de la situation catastrophique que nous venons d’évoquer, il faut afficher le performance très positive des BTP avec un taux d’absentéisme à 2,97 % et 10,8 jours en moyenne par salarié (c’est à dire 2,22 fois moins que pour le système de santé !) – suivis de l’Industrie (3,58% et 13,1 j.) et enfin le secteur des Services qui opère un beau rétablissement avec 3,32% et 12,1 j. d’absentéisme.

    L’étude d’Alma Consulting relève au passage deux facteurs positifs quand au taux d’absentéisme.

    – l’appartenance à un grand Groupe : 3,7% contre

    – 4,32% pour les PME et

    – 4,58 à 4,71% pour les ETI (Entreprises de Taille Intermédiaire)

    Et l’âge:

    –          Le taux d’absentéisme des salariés de plus de 51 ans a baissé de 1,5% depuis 2009 mais il reste quand même supérieur à celui des moins de 30 ans : 3,81% pour les premiers, 2,34% pour les seconds.

    Intervient aussi le statut : 4,84% pour les ouvriers, 1,53% pour les cadres ! (dont on sait, par ailleurs, qu’ils ne comptent pas leurs heures de travail).

    Pour expliquer l’absentéisme au travail, les DRH intérrogés évoquent :

    –          les facteurs personnels (51%)

    –          l’usure physique et la démotivation (42%)

    Peu d’allusion à la structure sont évoqués. C’est ainsi que les facteurs liés au management n’arrivent qu’à la 7ème position, alors que – d’après le rapport – « ils sont déterminants dans la prévention du phénomène« .

    Notons enfin, concernant le coût de l’absentéisme dont Alma Consulting nous donne des chiffres très précis, que le coût d’indemnisation d’une journée d’absence est en moyenne plus élevé pour la santé ou le commerce que pour le transport.

    On se distingue comme on peut, n’est-il pas ???

     

    Olivier TOMA – Primum-Non-Nocere

    • Voir les commentaires

    Vous pourriez aimer aussi

    La première banque de la transition énergétique sera anglaise.

    Il s’agit de la Green Investment Bank, qui aura pour tâche de financer la ...

    Environnement et cancer (annexe de la page 37 du livre « Hippocrate, au secours !)

    Dossier de presse INSERM /AFSSET  » Cancers et environnement » du 02-10-2008 Consulter le dossier ...

    La collecte des DEEE ou le début du bon sens.

    Un Guide vient fort opportunément nous rappeler que la collecte et le recyclage des ...