Santé en Europe : la France n’est pas au top !

    Santé en Europe  : la France n'est pas au top !Mauvaise surprise ! Si nous obtenons de bons résultats en termes d’espérance de vie, de natalité et de prévention routière, nous sommes parmi les plus mauvais de la classe en ce qui concerne la mortalité périnatale, le suicide et la mortalité prématurée.

    C’est le constat navrant que fait le premier rapport rendu public par le Haut Conseil de la Santé Publique (HCSP) qui compare la situation dans notre pays avec celle des autres nations des « 27 ».

    Sont à mettre dans la colonne « Crédit » pour nous :

    • L’espérance de vie des Françaises (85,3 ans) : la plus élevée de toute la zone UE.
    • Vient ensuite la natalité : 12,7 naissances pour 1 000 habitants. Pas mal mais moins que l’Irlande et le Royaume-Uni
    • Le nombre d’accidentés de la route en baisse constante depuis 1980. Nous obtenons même la 2e place des pays le plus « sûrs ». A relativiser toutefois car les blessés légers sont faiblement comptabilisés
    • Le nombre de tués est en baisse lui aussi. Mais avec 75 tués pour un million d’habitants en 2009 nous arrivons au 8e rang des 27. Des efforts sont encore nécessaires.
    • Enfin le rapport constate que la durée moyenne d’un séjour hospitalier en France est « relativement faible ». L’ambulatoire s’impose de plus en plus pour certains actes tels que la la cataracte et les chimiothérapies anticancéreuses. (Ce qui, dans ce dernier cas, pose des problèmes de pollution, que le rapport ne prend pas en compte).

    Dans la colonne « Débit »

    • L’espérance de vie des hommes en France, avec 77,8 ans d’espérance à la naissance, nous place là encore en 8ème place et peut être améliorée.
    • La mortalité périnatale reste fort préoccupante chez nous : 13,9 morts fœtales et néonatales pour 1000 naissances en 2009 !  Nous sommes en tête du classement. Sont clairement pointées du doigt : « La politique active de dépistage des anomalies congénitales et la pratique d’interruptions médicales de grossesse relativement tardives »
    • (Où apparaît clairement le lien entre les choix moraux d’une société et l’état de la santé publique).
      La mortalité prématurée, notamment des hommes,  nous distingue aussi tristement des autres pays d’Europe
    • Nous sommes encore à la 4ème place pour ce qui concerne l’usage de l’alcool, du tabac et des drogues. Juste après l’Estonie, la République Tchèque et l’Irlande. Malgré toutes nos campagnes de prévention ! Nous nous distinguons particulièrement en matière de consommation de cannabis  parmi les plus élevées d’Europe (mais le rapport ne nous dit rien sur les causes favorisant l’expansion du cannabis dans notre pays…)
    • Le suicide apparaît comme une préoccupation majeure pour la santé publique en France. Nous nous classons respectivement au 7ème rang des taux les plus élevés pour les hommes et au 5ème pour les femmes. Où est donc la « doulce France » où il faisait si bon vivre ?
    • Vient ensuite le taux d’incidence des cancers

                           – 361 pour 100 000 pour les hommes (moyenne européenne à 308 pour 100 000) et

                           – 255 pour 100 000 chez les femmes (contre 233/100 000).

    Ce sont des constatations pour le moins préoccupantes. Cependant les auteurs du rapport qui ne manquent visiblement pas d’humour remarquent : « Si un tel résultat peut supposer des faiblesses en matière de prévention, il peut aussi traduire une excellente qualité de dépistage » ! No comment.

    • Le rapport constate enfin que le  taux d’équipement en  imagerie médicale reste faible en France, et que les délais d’attente demeurent très élevés au regard de la moyenne européenne.

    Et les auteurs de conclure :

    « En matière de santé, la France est aujourd’hui un pays ‘moyen’, parfois meilleur que certains mais pas toujours »,

    Conclusion qui nous paraît éminemment « politique » puisqu’elle ne fâche personne et n’engage à rien.

    Olivier TOMA – Primum-Non-Nocere

    Tags:

    • Après avoir dirigé plusieurs établissements de santé, il crée en 2005 le Comité de Développement Durable en Santé (C2DS). En 2009, il fonde l’agence de conseil Primum Non Nocere©, qui accompagne les établissements sanitaires et médico-sociaux dans la mise en d'une démarche de développement durable. Auteur de deux ouvrages : "Le développement durable et solidaire en santé" et "Hippocrate, au secours", il est également un artiste-peintre confirmé, avec plus de 600 œuvres à son actif exposées de Paris à New-York. Mais Olivier Toma, c'est avant tout le pionnier du développement durable en santé. Voilà près de 20 ans qu'il œuvre pour impulser une dynamique de développement durable dans les structures sanitaires et médico-sociales. Il est d'ailleurs à l'origine de la première éco-clinique de France respectant le label HQE, et a également créé le diplôme universitaire «Droit et gestion du développement durable en santé», à l’université de Montpellier. Engagé et passionné, il est force de propositions, d'idées et d'outils concrets mais il est surtout porteur d'une volonté farouche de créer un futur aux établissements sanitaires et médico-sociaux dans le respect du développement durable : " Imaginons un centre de lutte contre le cancer construit avec des matériaux non cancérigènes, une maison de retraite nettoyée à l’aide de produits moins nocifs pour les résidents qui les inhalent et les professionnels qui les manipulent, qui saurait trier et recycler ses déchets, évacuer de façon saine tous ses effluents, recycler les quantités colossales d’eau qu’elle consomme. Imaginons une clinique conçue en harmonie avec son environnement et fonctionnant avec des énergies vertes, ou encore un hôpital n’utilisant que des dispositifs médicaux exempts de toute toxicité, qui ne se contenterait plus d’une approche curative mais s’appliquerait à rendre ses patients acteurs de leur propre santé au travers d’actions d'éducation et de prévention,...'' Riche de convictions, Olivier Toma a l'art de convaincre et transmettre cette envie d’agir dans un seul objectif : faire avancer les hommes vers un monde meilleur et durable.

    • Voir les commentaires (0)

    Ads

    Vous pourriez aimer aussi

    Demain, tous crétins ?

    Demain, tous crétins ?

    Un Documentaire de Sylvie Gilman  et Thierry de Lestrade Coproduction : ARTE France, YUZU ...

    Des « alliés » bien inquiétants pour vaincre la superbactérie SARM : les nanoparticules !!!

    L’actualité sanitaire est toujours pleine de surprises. Alors que l’UE débloque (sans jeu de ...